Qu’est-ce qu’une Maison d’Assistants Maternels (MAM) ?

Maison d’Assistants Maternels ou Maison d’Assistance maternelle, le nom de cette structure est abrévié par les trois initiales MAM. Il s’agit d’un lieu dédié, différent du domicile des assistants maternels où ceux-ci exercent leur profession.

Les lois qui permettent de définir une Maison d’Assistants Maternels

L’article L. 421-1 du Code de l’Action Sociale et des Familles (CASF) qui s’énonce comme suit indique que l’assistant maternel exerce son métier à son domicile :

« L’assistant maternel est la personne qui, moyennant rémunération, accueille habituellement et de façon non permanente des mineurs à son domicile. L’assistant maternel accueille des mineurs confiés par leurs parents, directement ou par l’intermédiaire d’un service d’accueil mentionné à l’article L. 2324-1 du Code de la Santé publique. Il exerce sa profession comme salarié de particuliers employeurs ou de personnes morales de droit public ou de personnes morales de droit privé dans les conditions prévues au chapitre III du présent livre, après avoir été agréé à cet effet. »

Cet article a subi une dérogation, d’où l’article L. 424-1 suivant qui définit la MAM :

« Par dérogation à l’article L. 421-1, l’assistant maternel peut accueillir des mineurs au sein d’une Maison d’Assistants Maternels.

Le nombre d’assistants maternels pouvant exercer dans une même maison ne peut excéder quatre. »

airnounou mam definition

Différences entre Maison d’Assistance Maternelle (MAM) et crèche

La première différence est l’employeur de l’assistant maternel ou de l’assistante maternelle. Dans une Maison d’Assistance Maternelle, les employeurs sont les parents. Dans une crèche, les professionnels sont employés par la structure.

airnounou mam definition

La seconde différence réside dans le nombre d’enfants à charge. Les mini-crèches peuvent recevoir jusqu’à 20 enfants. Les vieilles crèches sont souvent de plus grande envergure et sont en mesure d’accueillir jusqu’à une centaine d’enfants. Cependant, on peut prendre une cinquantaine d’enfants par crèche en moyenne. Les Maisons d’Assistance Maternelles, elles, ne peuvent accueillir que 16 enfants au maximum, parce qu’un ou une assmat ne peut pas s’occuper plus de 4 enfants alors qu’une MAM regroupe 4 assmat au maximum.

Dans une crèche, un éducateur peut avoir 5 bébés ou 8 enfants autonomes à sa charge (et c’est tout à fait normal s’il se sent parfois débordé). Il arrive en effet que les 5 bouts de chou réclament tous à manger en même temps. Ce n’est qu’un exemple, mais tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il est possible, pour une Maison d’Assistants Maternels, de n’avoir que 2 assistants maternels. Il y a donc moins de monde dans une MAM, ce qui peut être moins débordant, moins stressant, aussi bien pour l’enfant que pour l’éducateur. Le mode de garde est alors différent pour une crèche et pour une Maison d’Assistants Maternels. On peut en déduire que dans une MAM, les enfants bénéficient de plus d’attention.

En conclusion, les membres d’une Maison d’Assistants Maternels ont un contrat semblable à celui des assmat exerçant leur métier à domicile. On compte un contrat par enfant. La délégation d’accueil y est possible.

En résumé, le mode d’accueil chez une MAM est l’intermédiaire entre l’accueil individuel à domicile et l’accueil collectif auprès d’une micro-crèche.

Comment adopter une alimentation saine pendant la grossesse ?

Une alimentation saine est un élément important d’un mode de vie sain à tout moment, mais elle est particulièrement vitale si vous êtes enceinte ou si vous prévoyez une grossesse. Manger sainement pendant la grossesse aidera votre bébé à se développer et à grandir.

Vous n’avez pas besoin de suivre un régime alimentaire particulier, mais il est important de manger chaque jour une variété d’aliments différents pour obtenir le bon équilibre de nutriments dont vous et votre bébé avez besoin. 

Certains aliments doivent également être évités pendant la grossesse.

Il n’est pas nécessaire de “manger pour 2”.

Vous constaterez probablement que vous avez plus faim que d’habitude, mais vous n’avez pas besoin de “manger pour 2” – même si vous attendez des jumeaux ou des triplés.

Essayez de prendre un petit déjeuner sain tous les jours, car cela peut vous aider à éviter de grignoter des aliments riches en graisses et en sucre.

Manger sainement signifie souvent modifier les quantités des différents aliments que vous consommez, de manière à varier votre régime alimentaire, plutôt que de supprimer tous vos aliments préférés. 

Vous n’avez pas besoin d’atteindre cet équilibre à chaque repas, mais essayez de trouver le bon équilibre sur une semaine.

Il est préférable d’obtenir des vitamines et des minéraux à partir des aliments que vous mangez, mais lorsque vous êtes enceinte, vous devez également prendre un supplément d’acide folique, pour être sûre d’obtenir tout ce dont vous avez besoin. Pour en savoir plus, découvrez comment utiliser l’acide folique pendant la grossesse.

Les fruits et légumes pendant la grossesse

Mangez beaucoup de fruits et de légumes, car ils fournissent des vitamines et des minéraux, ainsi que des fibres, qui facilitent la digestion et peuvent aider à prévenir la constipation.

Mangez au moins cinq portions de fruits et légumes variés chaque jour, qu’ils soient frais, surgelés, en conserve, séchés ou en jus. Lavez toujours soigneusement les fruits et légumes frais.

Les féculents (glucides) pendant la grossesse

Les féculents sont une source importante d’énergie, de certaines vitamines et de fibres, et ils vous aident à vous sentir plein sans contenir trop de calories. Ils comprennent le pain, les pommes de terre, les céréales pour le petit déjeuner, le riz, les pâtes, les nouilles, le maïs, le millet, l’avoine, les ignames et la farine de maïs. Si vous mangez des frites, optez pour des frites à faible teneur en graisses et en sel.

Ces aliments devraient représenter un peu plus d’un tiers de votre alimentation. Au lieu de consommer des féculents raffinés (blancs), optez pour des aliments à grains entiers ou riches en fibres, comme les pâtes de blé complet, le riz brun ou simplement en laissant la peau sur les pommes de terre.

Les protéines pendant la grossesse

Mangez chaque jour des aliments riches en protéines. Parmi les sources de protéines, citons

  • les haricots
  • impulsions
  • poisson
  • œufs
  • la viande (mais évitez le foie)
  • volaille
  • noix

Choisissez une viande maigre, enlevez la peau des volailles et essayez de ne pas ajouter de graisse ou d’huile supplémentaire lorsque vous cuisinez la viande.

Assurez-vous que la volaille, les hamburgers, les saucisses et les morceaux de viande entiers comme l’agneau, le bœuf et le porc sont bien cuits jusqu’à ce qu’ils soient complètement cuits à la vapeur. Vérifiez qu’il n’y a pas de viande rose, et que les jus ne contiennent pas de rose ou de rouge.

Essayez de manger deux portions de poisson par semaine, dont une doit être composée de poissons gras comme le saumon, les sardines ou le maquereau. Renseignez-vous sur les bienfaits du poisson et des crustacés pour la santé. Il existe certains types de poissons que vous devez éviter lorsque vous êtes enceinte ou que vous prévoyez de l’être, notamment le requin, l’espadon et le marlin.

Lorsque vous êtes enceinte, vous devez éviter de consommer plus de deux portions de poissons gras par semaine, comme le saumon, la truite, le maquereau et le hareng, car ils peuvent contenir des polluants (toxines).

Vous devez éviter de manger certains œufs crus ou partiellement cuits, car il y a un risque de salmonelle.

Les produits laitiers pendant la grossesse

Les produits laitiers tels que le lait, le fromage, le fromage frais et le yaourt sont importants pendant la grossesse car ils contiennent du calcium et d’autres nutriments dont vous et votre bébé avez besoin.

Choisissez autant que possible des variétés à faible teneur en matières grasses, comme le lait demi-écrémé, 1 % de matières grasses ou écrémé, le yaourt à faible teneur en matières grasses et en sucre et le fromage à pâte dure allégé.

Si vous préférez les produits laitiers de substitution, comme les boissons au soja et les yaourts, optez pour des versions non sucrées et enrichies en calcium.

Certains fromages sont à éviter pendant la grossesse, notamment les fromages non pasteurisés. Pour savoir quels fromages vous ne devez pas consommer pendant votre grossesse, consultez notre page sur les aliments à éviter pendant la grossesse.

Les aliments à forte teneur en matières grasses, en sucre ou les deux

Les aliments et boissons sucrés sont souvent riches en calories, ce qui peut contribuer à la prise de poids. La consommation d’aliments et de boissons sucrés peut également entraîner des caries dentaires. 

La graisse est très riche en calories, donc manger trop d’aliments gras, ou les manger trop souvent, peut vous faire prendre du poids. Manger trop de graisses saturées peut également augmenter la quantité de cholestérol dans votre sang, ce qui augmente vos chances de développer une maladie cardiaque.

Parmi les aliments riches en graisses, en sucre ou les deux, on trouve :

  • toutes les matières grasses à tartiner (comme le beurre)
  • huiles
  • les sauces pour salade
  • crème
  • chocolat
  • crisps
  • biscuits
  • pâtisseries
  • crème glacée
  • gâteau
  • puddings
  • boissons gazeuses

Si vous consommez des aliments et des boissons riches en graisses et en sucre, consommez-les moins souvent et en petites quantités. 

Essayez de réduire les graisses saturées et consommez plutôt de petites quantités d’aliments riches en graisses insaturées, comme les huiles végétales. Renseignez-vous sur les graisses saturées et insaturées.

Les collations saines pendant la grossesse

Si vous avez faim entre les repas, essayez de ne pas manger d’en-cas riches en graisses et/ou en sucre, tels que des bonbons, des biscuits, des chips ou du chocolat. Choisissez plutôt quelque chose de plus sain, comme :

  • des petits sandwiches ou du pain pita avec du fromage râpé, du jambon maigre, de la purée de thon, du saumon ou des sardines, avec de la salade
  • les légumes à salade, tels que la carotte, le céleri ou le concombre
  • yaourt aux fruits allégé en matières grasses et en sucre, yaourt nature ou fromage frais aux fruits
  • houmous avec du pain pita complet ou des bâtonnets de légumes
  • des abricots, des figues ou des pruneaux prêts à consommer
  • soupes de légumes et de haricots
  • un petit bol de céréales non sucrées pour le petit déjeuner, ou de bouillie, avec du lait
  • boissons lactées
  • fruits frais
  • des haricots cuits sur des toasts ou une petite pomme de terre cuite au four
  • une petite tranche de pain au malt, un gâteau au thé fruité ou une tranche de pain aux fruits grillés

Lorsque vous choisissez des en-cas, vous pouvez utiliser les étiquettes des produits alimentaires pour vous aider. En savoir plus sur l’étiquetage des aliments, notamment sur la manière dont le code “vert, orange, rouge” peut vous aider à faire rapidement des choix plus sains.

Préparer les aliments en toute sécurité

Lavez les fruits, les légumes et les salades pour éliminer toute trace de terre, qui peut contenir du toxoplasme (un parasite qui peut causer la toxoplasmose) pouvant nuire à votre bébé à naître.

Lavez toutes les surfaces et ustensiles, ainsi que vos mains, après avoir préparé des aliments crus (volaille, viande, œufs, poisson, crustacés et légumes crus) pour vous aider à éviter une intoxication alimentaire.

Veillez à ce que les aliments crus soient conservés séparément des aliments prêts à consommer, sinon il y a un risque de contamination.

Utilisez un couteau et une planche à découper séparés pour les viandes crues.

Faites chauffer les plats cuisinés jusqu’à ce qu’ils soient complètement chauds, ce qui est particulièrement important pour les plats contenant de la volaille.

Vous devez également vous assurer que certains aliments, tels que les œufs, la volaille, les hamburgers, les saucisses et les morceaux de viande entiers comme l’agneau, le bœuf et le porc, sont bien cuits jusqu’à ce qu’ils soient entièrement cuits à la vapeur.

Que mettre dans le sac de la nounou ?

11 choses à emporter avec soi

Lorsque l’on vous engage comme nounou, vous souhaitez être au top niveau et être la plus préparée possible. Vous regorgez certainement d’idées ingénieuses et avait plus d’un tour dans votre sac, mais être nounou ou baby Sitter ne peut pas laisser toujours place à l’improvisation. Vous devez être organisée et parée à toutes les situations…

Voici une liste de ce que vous devez garder dans votre sac de nounou ou de baby-sitter, même si vous  ne  faites qu’emmener l’enfant que vous gardez, à quelques pas de chez vous. 

1. Liste des contacts en cas d’urgence

En cas d’urgence il est préférable d’appeler les parents (et/ou le 18). Dans le cas où vous ne serez peut être pas en mesure de les joindre, veiller à avoir préalablement demandé aux parents de vous fournir une liste comprenant au moins deux numéros de téléphone supplémentaires comme le numéro  du travail, le numéro d’un parent proche, ou celui du voisin. Demandez également le numéro du médecin traitant de l’enfant. Vous pouvez aussi proposer aux parents de discuter sur une conduite à suivre en cas d’urgence mineur ou majeur.

2. Liste des médicaments et des allergies

En tant que nounou, vous devez savoir si l’enfant dont vous avez la charge à des allergies ou prend des médicaments. Conservez ces informations dans votre carnet de nounou que vous emporterez avec vous si vous devez sortir …et, en cas d’allergies alimentaires, placez des rappels dans la cuisine. L’une des premières questions que l’on vous pose dans un cabinet médical ou aux urgences est la suivante : « l’enfant prend t’il des médicaments ? » et « l’enfant est t’il allergique à quelque chose ? » Le fait de disposer de ces informations cruciales peut aider l’enfant à recevoir le meilleur médicament avec le moins d’effets secondaires possible.

3. Une trousse de premiers secours

On trouve des trousses de premiers secours assez facilement dans la plupart des pharmacies ou des grandes surfaces. Veiller à ce que la votre dispose au moins de pansements de petites et grandes tailles, d’une pommade antibiotique, de lingettes nettoyantes antiseptiques, de compresses, d’une pince à épiler, et de désinfectant pour les mains. Petit conseil : si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez-vous  à une formation aux premiers secours et à la ranimation cardio-vasculaire. Si c’est déjà le cas, pensez à mettre à jour vos formations.

4. Mouchoirs et lingettes humides

Les enfants se salissent très rapidement, alors veillez à toujours avoir sur vous un ou des paquets de mouchoirs de poche et des lingettes humides pour nettoyer l’enfant en cas de salissure.

5. Carnet de notes

Notez dans un seul endroit que se soit sur un carnet ou sur le bloc note de votre téléphone, toutes les questions ou les informations dont vous avez parlé avec les parents.

6. Argent

De manière général, il est toujours préférable de sortir en ayant de l’argent sur soi en cas d’imprévu.

7. Crème solaire

Les beaux jours arrivent ? Appliquez un écran solaire sur les enfants pour les protéger lorsqu’ils sont à l’extérieur même par temps nuageux. La plupart des fabricants proposent des flacons de petites tailles qui ne prennent pas de place et qui sont faciles à insérer dans un sac. 

8. Nécessaire pour l’hygiène

Même si l’enfant est propre et va au pot, il est toujours utile d’avoir un change en cas d’accident, de couches et lingettes et d’un tapis à langer.

9. Collations

Avant de sortir, prépare des petites collations toujours en prenant en compte les éventuelles allergies de l’enfant. Ces petits en-cas donneront de l’énergie à l’enfant en cas de petite faim ou de coup de fatigue.

10. Bouteille d’eau

Très important, ne surtout pas négliger l’hydratation, il est important que l’enfant ait de nombreuses pauses pour boire tout au long de la journée. Les petits formats tiendront très bien dans un sac à langer sans l’alourdir.

11. Jouets et livres préférés

Conserver dans votre sac le jouet et/ou livre préféré de l’enfant. Si vous êtes confrontée à une longue attente ou un long trajet cela sera un excellent moyen de les amuser et de les occuper.

Pour conclure : En tant que nounou ou baby-sitter, le fait d’avoir préparé une liste au préalable et de savoir ce qu’il faut emporter impérativement avant chaque sorties qu’elle soit longue ou courte vous permettra d’être plus détendue et plus sereine pour faire face à toutes les situations inattendues et avec brio ! Surtout n’hésitez pas à échanger avec les parents et à leur poser toutes vos questions.

Sécuriser sa piscine pour passer un été serein

Quoi de mieux que de se baigner dans une piscine en été lorsqu’il fait chaud ? C’est une activité qui plaît aussi bien aux petits qu’aux grands. Mais si des enfants fréquentent votre piscine, il faut que vous mettiez en place tous les moyens nécessaires pour leur protection. En effet, chaque année, un grand nombre d’enfants meurent noyés dans les piscines.

C’est pourquoi, en plus de surveiller les enfants, il faut absolument sécuriser tous les abords des points d’eau ou opter pour des piscines moins dangereuses.

La sécurisation d’une piscine est imposée par la loi

Si vous optez pour une piscine gonflable, la loi n’impose pas de dispositif particulier quant à leur sécurisation. C’est généralement le cas pour tous les modèles de bassins hors sol. Tout simplement parce que ces types de piscines sont souvent moins dangereux que ceux de type enterré ou semi-enterré. Néanmoins, il faut être vigilant et bien surveiller constamment les enfants.

Pour les piscines encastrées ou semi-encastrées, par contre, il est obligatoire de les doter d’un des 4 dispositifs de sécurité préconisés par la loi pour prévenir tout risque lié à leur utilisation, notamment la noyade.

Les piscines privées à usage individuel ou collectif, les piscines privées en plein air, les piscines familiales ou réservées à des résidents, les piscines privatives de location de vacances, de villages de vacances et celles d’hôtels sont toutes concernées par cette obligation. 

Les moyens de sécuriser une piscine

Pour la sécurisation de votre bassin, vous avez le choix entre les 4 recommandations de la loi en matière de dispositif de sécurité. Les propriétaires de piscine doivent en choisir un pour leur installation. Il existe beaucoup de lois et de normes en terme de dispositif de sécurité pour les piscines. Veuillez, en complément, vous référer aux lois en vigueur dans votre pays. Notre article traite uniquement des lois françaises.

Les barrières de protection d’accès au bassin (norme NF P.90-306)

La barrière ou clôture de protection est un dispositif installé autour de la piscine. C’est un moyen efficace pour empêcher les enfants en bas âge de s’approcher du bassin puisque sa hauteur minimale est de 1,10 m.

Son système de fermeture est assez complexe pour qu’il soit difficile de l’ouvrir. Si votre piscine se trouve dans un espace ouvert où tout le monde accède facilement, la barrière de protection est recommandée pour sa sécurisation. Cela parait anodin mais cet élément à lui seul permet déjà de sauver un grand nombre d’enfants chaque année de la noyade.

Les systèmes d’alarme (norme NF P.90-307)

Pour sécuriser votre piscine et prévenir tout risque que pourraient encourir vos enfants, vous pouvez aussi mettre en place une alarme sonore autour de votre bassin (alarme périmétrique à infrarouge) ou dedans (alarme immergée). Veillez à consulter un spécialiste pour l’installation.

L’alarme périmétrique se déclenchera lorsqu’un enfant s’approche trop près de la piscine tandis que le modèle immergé vous avertira lorsqu’il tombera dans l’eau. Vous devez juste vous assurer que le dispositif fonctionne correctement lors de son installation afin d’assurer une protection maximale. 

Les couvertures de sécurité et dispositifs d’accrochage (norme NF P.30-308)

Pour empêcher également l’immersion involontaire des enfants de moins de 5 ans dans votre bassin d’eau, vous pouvez recourir aux couvertures de sécurité pour piscine. Ce dispositif se déroule au-dessus de la piscine lorsque celle-ci n’est pas utilisée.

Ces éléments de sécurisation sont solides, car ils peuvent supporter jusqu’à 100 kg, voire 200 kg, ce qui en fait une protection efficace aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Les couvertures pour piscine se déclinent en plusieurs modèles. Vous avez le choix entre un volet roulant automatique, une couverture à barre et une bâche avec filet. 

Les abris pour piscine (norme NF P.90-309)

Les abris pour piscine sont des installations fermées. Ils s’utilisent comme un couvercle pour votre bassin. Résistant à toutes les conditions météorologiques, surtout au vent, ces dispositifs empêcheront vos enfants d’accéder à la piscine et préviendront ainsi tout risque de noyade ou autre danger lié à l’immersion de votre enfant dans l’eau. Hé oui, quoi de mieux que de fermer complètement l’accès à votre piscine ? En plus de la garder propre, vous pouvez éviter bien des désagréments à vos enfants…

Même si tous ces moyens de sécurisation pour piscine sont efficaces, il est toujours bon de garder un œil sur les enfants ou les faire surveiller par un adulte pour plus de précautions. Vous pouvez aussi installer un système de vidéosurveillance qui vous aidera à passer un été encore plus tranquille.

Nos conseils pour le premier jour à la maternelle.

Pour chaque famille, le premier jour à la maternelle marque une transition très importante ! Vous devez vraiment vous préparez à ce jour, car la réussite de cette rentrée en maternelle, dépendra aussi de vous. Découvrez nos meilleurs conseils pour vous assurer que vous et votre enfant êtes prêts pour le jour J.

Comme pour l’accueil chez l’assistante-maternelle, nous avons rassemblé quelques conseils qui vous aideront à préparer cette séparation parfois difficile.

Avant le jour J

Préparez votre enfant psychologiquement.

Votre enfant va subir un grand changement dans sa petite vie, vous devez le préparer à ce qu’il vivra une fois en maternelle. Prenez le temps de lui expliquer, à travers des images, vidéos et autres moyens, la façon dont se passeront ses journées à la maternelle. Rassurez le un maximum et n’hésitez pas à vous répéter encore et encore, dans les moindres détails.

Apprenez-lui, la nouvelle routine !

Pendant plusieurs jours habituez votre famille, à vivre au rythme de cette nouvelle routine, des horaires de sommeil qui coïncideront à celles de la maternelle.

Levez-vous à l’heure à laquelle vous devrez vous réveiller, les jours où votre enfant sera en préscolaire. Faites la même chose pour l’heure du coucher appropriée pour une bonne nuit de sommeil.

Visitez l’école maternelle.

Une chose qui vous aidera pour la préparation à la rentrée, est bien évidemment la visite de l’école maternelle que votre enfant va intégrer. Vous devez le faire au minimum une fois à l’avance avec votre enfant.

Le fait de pouvoir découvrir l’établissement à proximité de vous pendant, procurera à l’enfant un sentiment de sécurité. Une fois sur les lieux assurez-vous qu’il est son propre espace à explorer, ce qui l’aidera à se sentir à l’aise dans son nouvel environnement.

Plusieurs professionnels, préconisent de faire une journée de découverte et de pratique, avant le jour de la rentrée quand c’est possible. Malheureusement, cela vas dépendre de chaque établissement, renseignez-vous afin de savoir si l’école maternelle répondra à une telle demande.

Cela, permettra à votre enfant de moins appréhender le lieu où ils vont passer la plus grande majorité de leurs temps.

Faire confiance au personnel scolaire.

Il n’est pas si facile de donner sa confiance aux personnes qu’on ne connaît pas. Mais pour votre enfant cette étape est très importante.

Si vous faites confiance à la maternelle et plus particulièrement au personnel, alors votre enfant sera également en confiance.

À l’inverse, si vous êtes anxieux(se), il le sentira et votre risque de ressentir exactement la même chose.

Faites lui un achat bien spécial.

Un cadeau de rentrée est une façon excitante de se préparer pour le premier jour d’une nouvelle étape.

Rappelez-vous ce sentiment de satisfaction lorsque nos parents, nous achetaient des nouveaux vêtements, cartables, ou encore chaussures juste avant la rentrée.

Le principe est le même, votre achat doit procurer un sentiment de plaisir pour votre enfant. Vous devez bien entendu faire le lien, entre le cadeau et la rentrée en maternelle.

N’hésitez pas à lui présenter ce cadeau comme une étape de sa vie, comme par exemple un sac à dos pour grand garçon ou les jolies chaussures de grande fille. Cela permettra d’augmenter sa valeur et le rendre vraiment spécial aux yeux de votre enfant !

Le premier jour à la maternelle.

Prenez votre temps.

Le premier jour à la maternelle est très important, toute la petite famille doit se préparer mentalement face à la séparation.

Pour ne pas trop stresser votre enfant et vous-même, il est conseillé de se réveiller un peu plus tôt. Cela vous permettra de vous préparer tranquillement car un retard ne ferait qu’augmenter votre stress et surtout celui de l’enfant.

Si vous avez du temps, vous lui donnerez l’occasion de s’adapter petit à petit à la journée spéciale qui l’attend, avant d’être emmené dans son nouvel établissement scolaire.

Donnez-lui un objet de la maison.

Un doudou, un jouet spécial, une photo de famille, un objet qu’il pourra garder près de lui, dans sa poche ou dans son sac. Effectivement l’objet peut vraiment l’aider à se sentir plus à l’aise dans son nouvel environnement.

Arrivez tôt à l’école maternelle.

Vous devez arriver suffisamment tôt à son école, pour avoir le temps de rester quelques minutes avec votre enfant. Promenez-vous tranquillement dans l’école tout en commentant ce que vous voyez. Cependant, ne vous ne devez pas trop vous attarder, malgré la difficulté le moment pour dire “au revoir” doit être court et doux.

Commencez une routine d’adieu.

Votre établissement maternel peut vous êtres d’une grande aide pour les “au-revoir”.

Le personnel scolaire le voit régulièrement, années après années. Il peut donc accompagner votre enfant tout en l’aidant à se sentir plus à l’aise au moment des adieux.

De votre côté dès le premier jour, vous devez installer une routine pour les au revoir.

Par exemple, vous pouvez vous garer votre voiture dans la même zone tous les matins, l’accompagner jusqu’au vestiaire, lui faire des câlins et deux baisers le tout en lui disant une phrase bien avec des mots clés comme : “A ce soir mon chaton !”

Restez calme.

Soyez fort et adoptez une attitude confiante. Cela rassurera votre enfant, en lui montrant que tout ira bien.

Surtout, une fois que vous partez, ne revenez pas. Il peut pleurer pendant un certain temps, ce qui rend la séparation très difficile mais faites confiance au personnel de l’école maternelle. Il arrivera à faire face à la situation en rassurant votre enfant. D’ailleurs, rassurez-vous, lorsque c’est le cas, les pleures ne durent que quelques minutes.

N’oubliez pas que c’est un grand jour pour votre enfant mais aussi pour vous, donc offrez-vous un café, une viennoiserie, et soufflez !

Prévenez votre employeur.

Pour être à l’aise, prévenez votre employeur de la rentrée en maternelle de voter enfant. En effet, vous pourriez avoir besoin d’un peu de flexibilité supplémentaire dans vos horaires du matin les premiers jours. Certains contrat de travail vous permettent de bénéficier d’une absence légitime pour le jour de la rentrée.

À la fin de la journée

Arrivez à l’heure !

Le deuxième moment le plus important des premiers jours est la fin de la journée à l’école maternelle.

Soyez ponctuel(le), venez chercher votre enfant à l’heure en évitant autant que possible d’être en retard. Dites-vous que c’est le rendez-vous le plus important de votre vie ! Votre enfant vous attend de pied patiemment.

Il sera rassuré de vous voir à la fin de cette journée éprouvante, il se sentira beaucoup et en confiance pour continuer la suite de l’intégration en maternelle. Ramenez-lui une collation, ça lui fera vraiment plaisir !

Ne rentrez pas chez vous trop vite

Lorsque vous arrivez à l’école maternelle, demandez à votre enfant de vous faire visiter sa classe, de vous montrer quelque chose qu’il a appris ou qu’il fait ce jour-là.

Par la suite, sur le chemin du retour amusez-vous avec lui, essayez de jouer à des jeux ensemble. Comme compter les marches ou les voitures pour rendre le retour à la maison très agréable.

Renforcez les liens avec votre enfant

Il est important après une telle séparation et une journée remplie d’autant d’émotions de vous retrouver avec lui.

Prenez un peu plus de temps que d’habitude, pour créer des liens avec votre enfant.

N’hésitez pas à le prendre dans vos bras, à jouer et à vous amuser avec lui. Vous pouvez également prévoir une sortie en fin journée. Vous pouvez par exemple, vous promener dans un parc ou aller à la bibliothèque pour trouver une nouvelle histoire du soir.

Concluez la journée.

Malheureusement, malgré tous les efforts que vous avez pu fournir, il se peut que votre enfant se sente encore déboussolé.

C’est un nouveau rythme et un grand changement dans sa vie. C’est aussi un nouvel environnement dans lequel votre enfant va continuer à construire sa personnalité.

Vous devez alors le rassurer en lui expliquant, que ce qu’il ressent est normal et que tout vas bien se passer.

Le premier jour de votre enfant à la maternelle peut être une expérience difficile et éprouvante pour votre enfant, ce qui l’aidera dans cette épreuve ne peut être que vous, ne l’oubliez pas !

AM : enfant malade, pas de salaire ?

L’assistante-maternelle refuse de garder votre bébé malade ? Vous vous demandez comment faire pour calculer son salaire. Faudra-t-il quand-même lui payer les journées durant lesquelles votre enfant malade n’a pas été gardé ?

Vous retrouverez dans cet article les réponses en ce qui concerne le maintien salaire (ou non) de votre assistante-maternelle.

Votre assistante maternelle peut-elle refuser d’accueillir votre enfant malade ?

En premier lieu, il est important de vous préoccuper du bien-être de votre enfant. L’assistante-maternelle a-t-elle d’autres enfants à garder ? votre enfants a-t-il besoin d’un suivi particulier ? Est-il contagieux ?

Si vous pensez que votre enfant serait mieux chez vous, gardez le tranquillement chez vous. Vous bénéficiez probablement de jours enfants malades ou éventuellement de congés. Il y a toujours une solution favorable à votre enfant.

L’assistante-maternelle agréée peut tout à fait refuser d’accueillir un enfant malade, notamment dans le cas où celui-ci serait contagieux. Ceci pour plusieurs raisons, comme par exemple le bien-être de l’enfant lui-même, mais aussi le fait votre assistante-maternelle pourrait être malade (et donc absente) par la suite. Ce qui en toute logique ne devrait pas trop vous arranger non plus.

L’absence de l’enfant : comment faire ?

Lorsque votre enfant est malade, et à fortiori absent, la rémunération de votre assistante-maternelle n’est généralement pas maintenue. Il faudra pour cela, rapidement justifier l’absence de l’enfant malade par un certificat médical. Soyez attentif, dans certains cas, le contrat de travail peut mentionner le maintient du salaire en cas d’enfant malade.

Attention cependant, à ne pas dépasser 10 jours d’absences ponctuelles à l’année. En effet au delà de ces 10 jours d’absences, le salaire de l’assistante-maternelle devra être maintenu.

Lorsqu’il s’agit d’une absence de 14 jours consécutifs, le salaire pourra être réduit. Au delà de 14 jours d’absences, vous devrez licencier votre assistante-maternelle.

Quel salaire pour l’assistante-maternelle lorsque mon enfant est malade ?

Sauf clauses particulières au contrat de travail de l’assistante-maternelle, vous pourrez déduire les journées (ou heures) de votre enfant malade du salaire de celle-ci.

En effet, l’assistante-maternelle peut avoir dans son contrat des conditions différentes et donc supérieure à la Convention Collective.

Elle peut par exemple, bénéficier d’indemnités d’absence pour maladie de l’enfant à hauteur de 50 ou 100% de son salaire, s’il est mentionné qu’elle accepte d’accueillir les enfants malades.

Il est également possible pour l’assistante-maternelle de ne pas prendre d’enfant malade, il suffit simplement que ce soit indiqué dans le contrat de travail.

Retrouvez ici de l’aide pour calculer les absences à déduire de la paie.

Les différents modes de garde pour un jeune enfant

Tous les jours, des milliers de jeunes parents cherchent la solution la plus sécurisée pour faire garder leur bébé. Cela devient d’autant plus important lorsque le congé maternité prend fin, ou que vous ayez un imprévu qui vous empêche de vous occuper de votre enfant. Trouver le bon mode de garde est un réel défi : entre la baby-sitter et les grands-parents, il existe une multitude d’options qui peuvent vous dépanner. Nous vous en disons plus sur les différents modes de garde pour un jeune enfant.

La crèche, la solution la plus simple

La crèche est recommandée aux parents occupés qui souhaitent confier leur bébé à des personnes de confiance. Ce type de structure accueille les très jeunes enfants dès 2 mois et demi, et jusqu’à 3 ans. La crèche vous permet de confier votre enfant à une équipe de professionnels durant les heures de bureau, ou en fonction de votre (in) disponibilité. Si l’option crèche vous intéresse, prenez le temps de vous assurer que le niveau de sécurité et de compétence des responsables vous inspire confiance. Ces établissements accueillent des professionnels de la petite enfance qui ont pu préparer le CAP AEPE dans des organismes comme celui-ci.

Ce diplôme est la première garantie de la qualité d’accueil auquel votre enfant aura droit. Il vous donne aussi une idée du sérieux du personnel, ainsi que de leurs compétences. Les responsables de crèche sont formés pour passer plusieurs heures avec des bébés et de très jeunes enfants. Ils doivent non seulement avoir des compétences en puériculture, mais aussi être de véritables pédagogues du premier âge. Ils doivent également être patients et attentifs, et savoir répondre aux différents besoins des tout-petits.

Vérifiez également la place disponible dans la crèche, les horaires d’ouverture, la qualité des structures, la sécurité du matériel, et les activités proposées. Si votre enfant a des besoins particuliers, il vous sera possible de l’inscrire dans une crèche adaptée. Une crèche peut être familiale, parentale, ou collective. Certaines entreprises proposent également une aire d’accueil pour les enfants, facilitant votre quotidien.

La baby-sitter, une option à domicile accessible

La baby-sitter est une option retenue par les parents qui veulent garder leurs petits bouts à la maison. Elle est engagée pour surveiller, nourrir, endormir votre enfant durant votre absence. En fonction de l’âge des enfants, vous pourrez opter pour des baby-sitters avec plus ou moins d’expérience. Ce travail est généralement confié à des étudiants qui ont des affinités avec les tout-petits. Les baby-sitters sont des solutions accessibles durant les week-ends et les vacances scolaires.

Si elles sont généralement compétentes, il reste indispensable de prendre quelques précautions. Tout étudiant qui se présente à votre porte pour garder vos enfants n’est pas forcément recommandable. Au cours de la sélection, vous aurez besoin de mettre vos attentes, les besoins de votre enfant, ainsi que sa sécurité en priorité. Les baby-sitters ayant de solides recommandations sont à privilégier. Il est aussi possible d’engager des personnes dont vous connaissez parfaitement les compétences, et dont vous ne doutez pas du sérieux.

N’hésitez pas à engager des baby-sitters expérimentés, et dont vous pouvez consulter l’historique de prestations. Vous pouvez être certain de trouver dans votre entourage des personnes de confiance, ayant les compétences nécessaires pour garder un ou plusieurs enfants. Si vous optez pour la baby-sitter, pensez à adopter le chèque emploi-service. Cette option universelle facilite la démarche de déclaration et de rémunération. Le chéquier peut être obtenu auprès de votre banque, et vous permet de régler les prestations à chaque fois que vous avez besoin d’une baby-sitter. Il vous revient ensuite d’envoyer le coupon de déclaration à l’Urssaf.

L’auxiliaire parentale, une solution sécurisée à la maison

À l’instar d’une baby-sitter, l’auxiliaire parentale se déplace à votre domicile pour s’occuper de vos enfants quand vous n’êtes pas présent. La nounou peut prendre le relais dès le moment où vous partez au travail. Elle vous évite la corvée du trajet pour récupérer vos enfants à la crèche ou dans une structure spécialisée. Votre auxiliaire parentale peut être considérée comme une employée, car elle travaillera directement à votre domicile. S’il n’est pas nécessaire de suivre une formation ou d’être agréé pour exercer ce travail, nous recommandons de vous renseigner sur les compétences de la nounou.

Si vous engagez un auxiliaire non diplômé, vous continuez à bénéficier des réductions d’impositions et des aides de la CAF. Ces supports financiers sont calculés en fonction de vos revenus. Le choix d’une auxiliaire parentale peut représenter un investissement conséquent pour une petite famille. La solution est surtout privilégiée par les parents qui ont deux enfants ou plus à faire garder. Notez que cette option peut représenter un avantage financier, elle est d’ailleurs retenue dans le cadre d’une garde partagée. La nounou accomplit des tâches dont les baby-sitters ne peuvent pas toujours s’occuper.

En plus de veiller à la sécurité permanente des enfants, elle assure leur hygiène. L’auxiliaire parentale se charge aussi de l’habillage, de la préparation et de la prise des repas, de l’éveil et du développement de l’enfant, ainsi que de ses devoirs. La nounou peut aussi s’occuper d’emmener vos enfants à l’école, et assure les tâches ménagères indispensables pour entretenir la qualité de vie des tout-petits.

Les grands-parents, le mode de garde le moins cher

Les enfants qui ont la chance d’avoir encore papy et mamie ont la possibilité de se faire garder quasi gratuitement durant les soirées, le week-end, et une partie des vacances. Cette solution dépanne les parents qui doivent faire face à un contretemps, ou qui n’ont pas les moyens d’engager une garde à domicile. Les grands-parents n’ont aucune difficulté à répondre aux besoins de leurs petits protégés. La garde devient un moment de partage, permettant aux deux générations de créer un solide lien affectif.

Papy et mamie sont aussi les personnes les plus compétentes de votre entourage lorsqu’il s’agit de surveiller l’alimentation de vos enfants, ou de trouver des activités qui leur plaisent. N’oubliez cependant pas que le recours aux grands-parents pour une garde express doit être occasionnel. C’est une option que vous pourrez aisément combiner avec la crèche ou le centre de loisirs lorsque vous n’avez pas la possibilité de vous libérer en soirée.

Comment trouver une babysitter ?

Pour de nombreux parents, il est essentiel d’avoir une babysitter à proximité. Les babysitters qui vivent dans la région connaissent bien le quartier, ont des liens avec la communauté et peuvent généralement être disponibles pour des occasions de babysitting de dernière minute.
Bien que les parents soient enclins à faire appel à des babysitters adultes pour leurs enfants, beaucoup préfèrent encore faire appel à un ado responsable dans le coin. Dans ces cas là, lorsque la babysitter n’est pas véhiculé, le fait d’avoir une babysitter à proximité signifie moins de temps passé à aller le chercher et à le ramener chez lui.

Faites confiance au bouche à oreille

Puisque les bonnes babysitters locales ont tendance à avoir une réputation bien connue dans leur collectivité, de nombreux parents réussissent à en trouver une par le bouche à oreille. Les recommandations d’amis, de membres de la famille et même de membres de leurs réseaux de médias sociaux peuvent permettre de trouver des babysitters qualifiées.

Retrouvez ici, nos conseils pour trouver un babysitter en ligne.

Trouvez votre babysitter sur internet

Pour les parents qui ne peuvent pas obtenir une recommandation, les sites Web de babysitting en ligne avec les commentaires des parents qui ont fait appel à leurs services peuvent être une bonne ressource. Sur Airnounou.com grâce à notre système de recherche exclusif, il est facile de préciser vos critères de recherche. De plus, grâce aux outils et aux ressources intégrés, les parents peuvent facilement filtrer et passer en revu des milliers de profils.

Que valent les agences de babysitting ?

Certains parents préfèrent utiliser les services de babysitting traditionnels pour trouver une babysitter localement. Les agences de babysitting ont généralement des candidates présélectionnées et prêtent à embaucher, mais les parents doivent payer des frais de placement ainsi qu’un tarif horaire à leur babysitters.
Les collèges, lycées, les garderies, les bibliothèques et les cafés sont d’autres endroits où les parents peuvent rencontrer avec des babysitters aux alentour.

L’affichage d’une annonce ou la recherche d’annonces de baby-sitters peut souvent permettre de trouver des baby-sitters.
Avant d’embaucher une babysitter, les parents devraient prendre grand soin d’interroger les candidats potentiels et de choisir la bonne babysitter pour leur enfant.

10 façons de trouver une babysitter dans votre région

Trouver une babysitter digne de confiance peut être un vrai défi. Mais c’est facile lorsque vous avez de la famille et des amis vers qui vous pouvez vous tourner. Mais lorsque vous devez engager un(e) étranger(e), il peut être un peu plus difficile de quitter vos enfants en toute confiance.

Voici 10 façons simples de recruter des babysitters dans votre région

Utilisez les recommandations.

Commencez par demander à vos amis et à votre famille s’ils ont quelqu’un en qui ils ont confiance et avec qui ils se sentent bien. Cela peut vous aider à trouver quelqu’un qui est digne de confiance et qui s’entend bien avec les enfants.

Rapprochez-vous des collèges/lycées.

En vous rapprochant des jeunes de votre coin vous augmenterez vos chances de trouver un babysitter. Les jeunes étudiants cherchent souvent un moyen de gagner de l’argent de poche mais aussi commencer à rédiger leur CV.

Envisagez de faire appel à la PMI.

Certaines PMI proposent de former les baby-sitters aux premiers geste par exemple. Ce peut donc être une ressource intéressante avec les coordonnées de baby-sitters locales.

Cherchez auprès de vos ami(e)s.

Si vous avez des amis qui ont des enfants adolescents, demandez-leur s’ils sont prêts à faire du babysitting en échange d’un peu d’argent de poche. Généralement ça ne fonctionne que pour les occasions où vous avez besoin d’une babysitter le soir ou la fin de semaine, mais cela peut vous mener à trouver une excellente babysitter que vous connaissez déjà.

Regardez sur AirNounou.com

Il existe plusieurs profils qui offrent la possibilité de faire du babysitting, d’aller chercher les enfants à la sortie des classes ou encore de les aider à faire leurs devoirs. Consultez notre page de recherche afin de savoir si un babysitter serait disponible auprès de chez vous. Ainsi vous pourrez voir si vous pouvez trouver quelqu’un qui vous convient.

Renseignez-vous dans les lieux communautaires : l’église, association de quartier, bibliothèque.

Si vous êtes membre d’une église, que vous connaissez une association de quartier, ou qu’il y a une bibliothèque près de chez vous, demandez autour de vous. Vous trouverez forcément un jeune de confiance prêt à garder vos enfants.

Voir les annonces.

Les babysitter afficheront souvent leurs services via les annonces. Que ce soit en ligne, soit dans le journal local, dans une boulangerie. Lorsque vous embauchez une babysitter par le biais des petites annonces, assurez-vous de demander plusieurs références et prenez le temps de les vérifier. *Airnounou vous permet de vérifier le profil des babysitter, notamment en vérifiant leur identité.

Parlez aux enseignants, au personnel des crèches et garderies.

Si votre enfant est à la garderie ou à la crèche, vous pourrez peut-être trouver une babysitter en parlant au personnel. L’avantage ici c’est qu’une personne qui travaille en crèche a subit une vérification des antécédents et que votre enfant la connaît.

Demandez aux retraités de la région.

Certaines personnes âgées adorent les enfants et aimeraient passer du temps avec les petits. Si vous avez des voisins qui sont à la retraite et qui semblent aimer passer du temps avec vos enfants, parlez-leur de babysitting. De plus ce sera un moyen de découvrir de super voisins près de chez vous.

Adressez-vous aux scouts.

Scouts, vous avez dis scouts ? Trouvez les troupes d’éclaireurs dans votre région. Les cadets peuvent obtenir des crédits pour le babysitting et ils pourraient être intéressées la garde d’enfant.

Il existe plusieurs méthodes pour trouver une excellente babysitter dans votre région. Restez sur le qui-vive et surtout à l’écoute de ceux qui seraient intéressés par le babysitting.

Attention, si vous engagez une personne étrangère, prenez le temps de vérifier ses antécédents et ses références pour la sécurité de votre enfant et votre confort personnel. Et évitez à tout prix de recruter une babysitter non déclarée.

Les frais d’entretien d’une assistante-maternelle

Les indemnités de fonctionnement de l’assistante-maternelle

Les indemnités de fonctionnement sont des frais qui viennent s’ajouter au salaire de l’assistante-maternelle. À savoir que les indemnités de l’assistante-maternelle ne font pas l’objet de charges sociales car elles sont destinées à rembourser les frais engagés par l’assmat.

Les frais d’entretiens

C’est la convention collective nationale des assistants-maternels du particulier employeur qui fixe les montants minimums des frais d’entretien. Les frais d’entretien doivent permettre de rembourser les charges occasionnées par la garde d’enfant.

Montant des frais d’entretien

Les frais d’entretien sont conditionnés par plusieurs minimums, qui sont annuellement mis à jour :

  • le minimum légal (basé sur un temps d’accueil de 9h)
  • le minimum conventionné

Quels frais sont concernés ?

Les frais de matériel et d’équipement

  • Lits, chaises-haute, berceau, transat
  • Poussettes, porte-bébé, couverts
  • Jouets et accessoires

Les frais annexes

  • Eau, électricité, chauffage, assurance
  • Produits d’entretien, ménage
  • Sécurité (aménagement et accessoires)

Les frais de repas

À la différence des frais précédent, les frais de repas ne sont soumis à aucun minimum. Lorsque l’assistante-maternelle fourni les repas, vous devez vous mettre d’accord sur les tarifs à la signature du contrat.

Il faut calculer ce tarif en fonction de l’âge, du régime alimentaire de votre enfant et des préférences de l’assistante maternelle. Un enfant de 9 mois n’a pas les mêmes besoin qu’un enfant de 2 ans et demi. De même si votre assistante-maternelle cuisine uniquement du fait-maison ou du bio le coût final sera forcément plus important.

Attention, les tarifs des gouters et diverses collations sont à préciser dans le contrat de travail. Au fur et à mesure que l’enfant grandit, ceux-ci pourront être révisés chaque année. Pour cela, il suffit simplement d’un avenant au contrat de travail de l’assistante-maternelle.

Les indemnités kilométriques de l’assistante-maternelle

Si l’assistante-maternelle transporte votre enfant en voiture, celle-ci aura également droit à une indemnisation. En effet conduire votre enfant au RAM ou en balade dans la forêt du coin engendre un coût pour l’assistante-maternelle. (Carburant, usure du véhicule, etc…)

Pour calculer le montant de l’indemnisation kilométrique vous devrez vous référer au barème fiscal en vigueur. Celui-ci varie en fonction de la distance parcourue (en kilomètre) ainsi que de la puissance fiscale de la voiture de l’assmat.

Les frais sont à partager si l’assistante-maternelle transporte plusieurs enfants simultanément.

Tarifs et Salaire d’une Assistante-Maternelle

Le salaire d’une assistante-maternelle est un critère qui pose beaucoup de problèmes aux parents. Certains vous diront que le tarif horaire d’une assistante-maternelle en 2019 est de 2,82€ de l’heure (SMIC brut 2019 x 2,25/8 soit 10,03€/hx2,25 /8 = 2,82€). Mais il n’en est rien en réalité, car chaque assistante-maternelle est libre de fixer son taux horaire.

Combien coute une assistante-maternelle agréée ?

Combien va vous couter le salaire d’une assistante-maternelle ? C’est une question à laquelle il est difficile voir impossible de répondre. En effet, outre le salaire horaire de l’assistante-maternelle, la mensualisation, les congés et autres indemnités changent le coût final. Et c’est sans compter le crédit d’impôt ou encore les aides perçues. Elles sont fixées en fonction de la situation familiale et des revenus du foyer et viennent complexifier le calcul. A cela il faut ajouter la zone géographique et la “concurrence”. Le salaire d’une assmat n’est pas le même à Paris ou à Saint-Nazaire par exemple.

Notre simulateur de calcul du salaire d’assistante-maternelle pourra vous donner une idée approximative du coût mensuel de votre assmat.

Bien comprendre le salaire de l’assistante-maternelle

Pour mieux comprendre le salaire l’assmat, il est important de comprendre comment il se compose. Pour ce faire on vous explique ici comment calculer le salaire d’une assistante-maternelle ?

Pourquoi le prix change d’une assistante-maternelle à l’autre ?

Tout d’abord, corrigeons un abus de langage. On ne parle pas de “prix” d’une assistante-maternelle, puisqu’elle ne vous vend pas une prestation. L’assistante-maternelle est votre salariée.

En revanche, si le coût horaire change d’une assistante-maternelle à l’autre c’est principalement parce qu’il est librement fixé par celle-ci.

L’expérience, doit être l’un de vos critères principaux dans le choix de la personne qui gardera votre enfant plusieurs heures par semaine. Ensuite, dites vous également qu’une assmat en début de carrière et une autre qui a 15 ans d’expérience n’auront pas les mêmes exigences salariales.

Certaines assistantes-maternelles peuvent proposer des activités ludiques ou pédagogiques aux enfants. En France, quelques assmat proposent l’apprentissage de l’anglais par exemple. Son tarif horaire sera forcément un peu plus important qu’une assmat en début de carrière.

Quelles sont les aides si j’embauche une assistante-maternelle ?

Lors de l’embauche d’une assistante-maternelledes aides sont prévues par la CAF. En fonction de vos ressources financières ces aides seront plus ou moins importantes. L’État peut également intervenir afin de vous aider un peu dans le paiement de votre assistante-maternelle.

Renseignez vous également auprès de votre employeur. Il peut parfois vous proposer des avantages intéressant pour faire garder votre enfant.

Combien couterait une nounou non déclarée ?

Faire appel à une nounou non déclarée est peut-être le réflexe de certains parents. Mais attention c’est une très très mauvaise idée. Non seulement vous faites encourir un risque inutile à votre enfant. Mais en plus, vous risquez vous même très gros du point de vue judiciaire.

Salaire d’une assistante-maternelle et nounou quelle différence ?

La nounou à domicile (Auxiliaire parentale) est payé au SMIC horaire (sans compter ses frais et indemnités. En revanche l’assistante-maternelle ne dépassera pas un salaire horaire de 4€/h maximum en moyenne sans compter les aides dans les deux cas. Il n’y a donc pas photo sur la différence de coût entre l’assmat et la nounou à domicile.

Le salaire d’une Assistante-Maternelle est-il plus élevé que le coût d’une crèche ?

Souvent les parents partent à tort du principe, que l’assistante-maternelle est forcément plus chère que la crèche : c’est pourtant faux.

En effet pour la garde d’un enfant unique, l’assistante-maternelle est moins couteuse que la crèche. L’assistante-maternelle a d’ailleurs de nombreux avantages par rapport à une crèche. Elle bien plus flexible ou encore a une relation personnalisée avec l’enfant.

Embauche d’une Assistante-Maternelle : les démarches

En embauchant une assistante-maternelle agréée, vous devenez un employeur à part entière. Entre obligations, droits et devoirs, nous allons faire le tour des démarches administratives.

L’embauche d’une assistante-maternelle n’est pas à prendre à la légère. Cependant, ce n’est pas non plus si compliqué que ça lorsque l’on sait ce que l’on veut exactement. Afin de vous aider à ne pas vous tromper, on vous explique tout ce que vous devez savoir pour l’embauche d’une assmat agréée.

L’embauche d’une assistante-maternelle

Pour faire les choses correctement et afin que l’embauche de votre assmat se déroule dans les règles vous devrez déclarer celle-ci. Pour des raisons évidantes de sécurité, ne faite pas appel à une assistante-maternelle au non déclarée.

Avant la signature du contrat d’embauche de l’assistante-maternelle, on vous conseille de veiller sur les points suivants :

Afin de faire cette demande, il faut vérifier l’identité de l’assistante-maternelle. Pour ce faire, il faudra :

  • une copie de son agrément
  • son attestation d’assurance RC professionnelle
  • son numéro de sécurité sociale
  • éventuellement une copie d’une pièce d’identité.

Attention, si vous ne bénéficiez pas de la PAJE, vous devrez tout de même déclarer votre assistante-maternelle auprès de l’URSSAF.

Le contrat de travail de l’assistante-maternelle

Comme toute relation employeur-salarié, le contrat de travail de l’assistante-maternelle devra être signé AVANT la première garde votre enfant. Le contrat de travail devra être précis, notamment en ce qui concerne son temps de travail, ainsi que ses horaires. Vous pourrez accompagner ce contrat d’un livret d’accueil qui précisera vos souhaits et exigences concernant la garde de votre enfant.

Encore une fois, comme tout employeur vous avez des obligations, notamment en ce qui concerne la mise à disposition de la Convention Collective Nationale des Assistants-Maternels. Il en est de même pour les bulletins de salaires de l’assmat. À chaque versement de salaire, vous devrez mettre celui-ci à sa disposition.

Comment rédiger le contrat de l’assistante-maternelle ?

Au moment de l’embauche d’une assistante-maternelle, il faudra être vigilant sur la rédaction de son contrat. Un contrat en bonne et due forme avec votre assmat, vous permet d’établir une relation administrative saine avec celle-ci. Vous éviterez ainsi toute sorte de conflit à ce sujet. Retrouver ici nos exemples de contrat de travail pour assistante-maternelle.

Comment modifier le contrat de l’assistante-maternelle ?

Si vous subissez des changements dans votre vie privée ou professionnelle, vous serez probablement amené à modifier le contrat qui vous lie à l’assistante-maternelle. Comme tout contrat de travail, celui de l’assistante-maternelle agréée est modifiable. Il faut cependant respecter un certain formalisme.

Lorsque ces changements peuvent influer sur la durée de la garde, il est préférable de modifier le contrat de travail. Un avenant peut-être signé entre vous et l’assistante-maternelle. Attention, l’assistante-maternelle n’a aucune obligation d’accepter les changements demandés.

Maladie de l’enfant ou absence exceptionnelle

Il est aussi important de prévoir les changements imprévisibles dans certaines clauses du contrat. Par exemple le salaire de l’assistante-maternelle sera-t-il maintenant si l’enfant est malade ? En cas d’absence de dernière minute ?

Les obligations en tant qu’employeur

Le paiement et les congés de l’assistante-maternelle

La rémunération de l’assistante-maternelle est soumise à la mensualisation.

Concernant les congés payés, l’assistante-maternelle cumule 2,5 jours de congés payés par mois travaillé en année complète (ou toutes les 4 semaines de travail en année incomplète). Les congés payés doivent être rémunérés par les parents-employeurs. Ils sont obligatoirement indiqués sur la déclaration Pajemploi en fin de contrat en année complète* et lors de chaque rémunération en année incomplète.

*Attention, l’assistante-maternelle, ne peut pas vous obliger à signer un contrat en année complète si elle vous impose des dates de congés différentes des vôtres.

Vos obligations mensuelles :

Tous les mois vous déclarez le salaire prévu à Pajemploi, qui rémunère ensuite l’assistante-maternelle. Elle reçoit ensuite son bulletin de salaire. De plus, selon vos revenus, vous recevez une aide de la CAF qui paye des cotisations à l’URSSAF.

Attention, une date de versement du salaire est précisée dans le contrat de travail. Le salaire doit être versé AVANT cette date. En effet, vous ne devez pas attendre de percevoir vos aides et rémunérations afin de payer ensuite l’assistante-maternelle. Le non respect de cette obligation peut entrainer la prise d’acte de la rupture du contrat par l’assistante-maternelle sans préavis. Le conseil des prudhommes pourra ensuite être saisi et décidera si cette rupture est aux torts exclusif de l’employeur.

Vos obligation annuelles :

Lors de votre déclaration d’impôts, vous indiquerez les sommes réellement dépensées pour la garde de vos enfants de moins de 7 ans.

Vous devrez aussi payer les droits aux congés.

Fin de contrat, Licenciement de l’assistante-maternelle

La fin du contrat avec l’assistante-maternelle est très simple. Selon qu’il s’agisse du licenciement de l’assistante-maternelle ou d’une démission de celle-ci, il faudra respecter un préavis.

Vous devrez fournir à la fin du contrat, quelques éléments obligatoires (solde de tout compte, certificat de travail, attestation pôle-emploi)

Les taches selon l’âge des enfants

Toujours dans le but de favoriser l’autonomie de l’enfant, il peut être intéressant de lui confier quelques responsabilités. Ces responsabilités peuvent prendre la forme de tâches à accomplir au sein de la maison. D’ailleurs ces tâches confiées à l’enfant sont très bénéfiques pour le foyer. Car elle permettront également de soulager la charge mentale des parents. Cependant, les enfants ne peuvent pas accomplir les mêmes tâches selon leur âge. Nous allons au travers de cet article vous proposer une liste des tâches à accomplir selon l’âge de l’enfant. Certaines de ces tâches peuvent aussi bien être accomplies à la maison, avec les parents ou la babysitter ou encore chez l’assistante-maternelle. Dans tous les cas, tâches sont à accomplir par les enfants sous la surveillance d’un adulte.

Les tâches pour un enfant de 2 à 3 ans

  • Ranger les livres sur les étagères
  • Mettre les vêtements sales dans le panier à linge
  • Ranger les jouets
  • Mettre les couverts à table
  • Jeter les déchets

Pour les enfants de 4 à 5 ans

  • Faire le lit
  • Ranger la chambre
  • Arroser les plantes
  • Aspirer (avec un aspirateur sans-fil)
  • Essuyer les couverts
  • Essuyer la vaisselle
  • Ranger la vaisselle
  • Nettoyer les poignées de portes

Les tâches entre 6 et 7 ans

  • Plier et ranger les serviettes
  • Ramasser les poubelles
  • Vider le lave-vaisselle
  • Mettre la table
  • Changer le rouleau de papier toilette
  • Peler les légumes (pomme de terre, carottes…)
  • Préparer une salade simple
  • Enlevez les mauvaises herbes

Entre 8 et 9 ans

  • Faire les poussières
  • Remplir le lave-vaisselle
  • Trier le linge propre et sale
  • Suspendre le linge
  • Plier les vêtements
  • Nettoyer le sol (intérieur et terrasse)
  • Promener le chien
  • Cuire des oeufs (brouillés ou durs)

Les tâches pour un enfant de 10 à 11 ans

  • Préparer un repas basique
  • Apporter le courrier
  • Tondre la pelouse
  • Faire le ménage dans la cuisine et la salle de bain
  • Passer l’aspirateur
  • Passer la serpillière (ou le balai vapeur)
  • Balayer l’extérieur
  • Ramasser les feuilles mortes

Les tâches à partir de 12 ans et plus

  • Tailler la haie
  • Laver les sols
  • Aller à l’épicerie du quartier
  • Changer une ampoule
  • Préparer un repas pour la famille
  • Cuisiner un gateau
  • Aider à toutes les tâches ménagères
  • Laver les vitres et fenêtres
  • Nettoyer la voiture intérieur et extérieur
  • Repasser les vêtement
  • Faire du babysitting (Découvrez ici l’âge pour faire du babysitting avec l’accord des parents)

Conclusions :

Grâce à cette liste de responsabilités votre enfant gagnera donc en autonomie et…en maturité. En conséquence, nous attirons vraiment votre attention sur le fait qu’il s’agit de responsabilités et non de corvées. Votre enfant doit être volontaire dans l’accomplissement de ses tâches.

Pourquoi faire appel à un babysitter ?

Le babysitting est de plus en plus utilisé

En France, d’après les nos derniers sondages, il y a environ 150 000 babysitters. 92% des babysitters interrogées sont des jeunes filles, 5% sont des jeunes garçons et 3% ne se prononcent pas. Ce mode de garde est de plus en plus plébicité par les parents. L’avantage des babysitters, c’est la facilité de mise en relation. Qu’il s’agisse d’une garde ponctuelle ou régulière, le babysitting est une solution simple et rapide.

Trouver une annonce de babysitter de confiance, n’est pas toujours une chose facile. Nous proposons par exemple des kit d’annonces à poser dans les commerces à proximité de chez vous. Mais ne négligez pas les bonnes vielles méthodes comme le bouche à oreille ou les posts sur les réseaux sociaux. Augmentez vos chances, en étant présent également sur le web. Notre site Airnounou.com permet aux parents et babysitters d’être facilement mis en relation. (peu importe le lieu, que vous cherchiez sur Nantes, Paris, Marseille, Lille, Bordeaux,)
AirNounou.com vous permet d’être mis en relation avec des milliers de personnes.

Comment trouver votre babysitter sur AirNounou.com ?

Grâce à nos algorithmes unique, nous avons développés un site très simple d’utilisation.

En arrivant sur la page d’accueil du site “Demandez de l’aide” :
Indiquez votre adresse, ensuite votre recherche (babysitting, nounou, ou autre) et pour finir la date de votre besoin. Les résultats de la recherche seront directement affichés dans cette page.

  • Entrez votre adresse : indiquez votre adresse. Plus vous serez précis et plus le site vous proposera des personnes proches de chez vous. Si personne n’est disponible, il augmentera automatiquement la zone géographique pour vous afficher la personne la plus proche.
  • Quand? : Indiquez la date à laquelle vous avez besoin d’un babysitter. Seuls les personnes ayant mis à jour leur profil et leurs disponibilités apparaitrons dans les résultats. 
    Les petits plus : certains candidats décident volontairement de faire vérifier leur profil. L’identité et le numéro de téléphone de cette personne ont été vérifiés par nos soins. D’autres sont recommandés par leurs anciens employeurs via des notes que ceux-ci leurs ont attribuées.
  • Services complémentaires : une fois que vous avez cliqué sur le profil d’une personne, vous constaterez qu’il rend plusieurs services. A vous de voir ceux qui vous intéressent.
  • Description : Le babysitter, rempli sont profil et ajoute quelques photos de couvertures afin que vous puissiez en savoir un peu plus sur lui.

Qu’est ce qu’un babysitter ?

Maintenant, que vous connaissez le fonctionnement sur site, vous devriez savoir si le babysitter est le moyen de garde qu’il vous faut. Ce moyen de garde flexible et facile n’aura désormais plus de secret pour vous. Chacun a ses besoins, ses attentes et ses exigences. Voici tout ce que vous devez savoir sur les babysitters.

Comment trouver, choisir et gérer son baby-sitter ?

Voyons maintenant comment bien choisir son babysitter. Un babysitter, c’est avant tout une personne avec laquelle le courant passe bien et en qui vous pouvez avoir confiance. Posez les bonnes questions à la personnes que vous aurez sélectionné afin d’en savoir un maximum sur elle. On peut d’ailleurs trouver des babysitters partout sur internet de nos jours.

Combien et comment le payer ?

Embaucher légalement un babysitter donne droit aux mêmes aides que les autres modes de garde. Inutile donc de faire appel à une personne non déclarée. Mais la question est la même comment et combien faut-il rémunérer son baby-sitter ? Cette question a déjà un début de réponse sur le profil de nos babysitters. Ils indiquent un tarif approximatif de salaire horaires. Cette question sera de toute façon à aborder lors de votre premier entretien avec celui-ci. Vous devrez également discuter des frais complémentaires.

Conseils pour les baby-sitters : comment trouver et réussir ses babysittings

En plus de vous faire confiance, les parents recherchent le top du babysitting. Soyez ponctuel pour les baby-sitting, imaginatif avec les enfants, et faites toujours de votre mieux. Nous demandons aussi aux baby-sitters de faire preuve de prudence lorsqu’ils décident de travail pour telle ou telle famille. Retrouvez ici notre guide dédié aux différents modes de garde. Vous retrouverez toutes les informations nécessaires aux babysitters, mais aux autres également.

Les coliques : comment apaiser son bébé ?

Les coliques : quoi de pire pour des parents que de voir leurs enfants souffrir sans réussir à les soulager ? Pourtant, c’est bien souvent ce qui arrive avec les bébés, qui souffrent de coliques. Empêchant bébé de faire ses nuits, les douleurs abdominales sont parfois difficilement explicables et peuvent être très pénibles pour eux, et provoquer de grosses crises de larmes. Alors, comment faire pour apaiser les coliques de son bébé ? Nous vous proposons quelques conseils pour faciliter sa vie, et la vôtre !

Les coliques de bébé : qu’est-ce que c’est ?

On appelle “coliques” les épisodes de pleurs prolongés dus à des douleurs abdominales chez un bébé dont la santé n’est pourtant pas inquiétante. Elles se traduisent dans le comportement de bébé par des pleurs, certes, mais aussi des gestes qui ne trompent pas : il se tortille, s’étire, plie et déplie ses jambes… Tout cela en réaction aux douleurs dues à des gaz. Si votre bébé pleure et qu’il n’est pas malade, que sa couche est propre, qu’il n’a ni faim, ni chaud, alors c’est certainement son ventre qui le fait souffrir.

Ces épisodes sont plus fréquents en fin de journée, commencent en moyenne vers le dixième ou le quinzième jour de la vie de bébé, et disparaissent autour des 3 mois. Tous les bébés peuvent être touchés par les coliques, qui sont pénibles et parfois impressionnantes, mais sans gravité : ce n’est pas dû aux différentes alimentations possibles, comme on peut le lire ou l’entendre parfois. Pas d’inquiétude, ça passera avec le temps, et votre bébé n’est pas malade !

Pourquoi les nourrissons ont-ils des coliques ?

La raison pour laquelle il n’existe pas de solution miracle pour soigner les coliques, c’est qu’on ne sait toujours pas les expliquer entièrement, même si nous avons une connaissance scientifique de leurs effets. Un intestin pas encore entièrement formé, par exemple, expliquerait partiellement les coliques du nourrisson.

D’autre part, il semblerait que l’air qu’avale bébé en tétant contribuerait à causer des ballonnements. Sachant cela, il est possible d’utiliser quelques astuces pour réduire la quantité d’air ingérée, et donc les douleurs (même si, encore une fois, cela ne garantit pas que votre bébé n’aura plus du tout de coliques, et c’est normal !).

Comment calmer les coliques de votre bébé ?

Il existe plusieurs gestes pour soulager bébé lors des épisodes de coliques.

Le massage

Le fait de masser le ventre de votre bébé pour pousser les gaz à descendre est un bon réflexe à adopter pour aider les ballonnements à se dissiper plus rapidement. Pour pratiquer des massages sur bébé efficaces, vous trouverez de nombreux tutoriels en ligne que vous pouvez tester chez vous, afin de trouver ce qui fonctionne le mieux sur votre enfant.

Les positions

Exercer une légère pression sur le ventre d’un bébé qui fait des coliques peut soulager la douleur. N’hésitez pas à l’allonger à plat ventre sur votre jambe, ou votre bras en y ajoutant un mouvement de va-et-vient pour le bercer.  Vous pouvez aussi tout simplement replier ses jambes et les déplier alternativement pour favoriser l’évacuation des gaz.

La bouillotte

L’indétrônable bouillotte sur le ventre, un grand classique ! La chaleur peut apaiser les douleurs, c’est bien connu, et notamment les douleurs abdominales.

Le réflexe du rot

Penser à bien faire faire son rot à bébé après la tétée, c’est éviter un surplus d’air dans l’estomac qui pourrait se transformer en coliques. Un bon réflexe à adopter…

Boire à la verticale

Si votre bébé est nourri au biberon, boire à la verticale, c’est-à-dire en position debout, éviterait de laisser trop d’air passer par la tétine. Certains parents préfèrent aussi les biberons plus petits, ou anti-coliques, pour les remplir entièrement, et limiter ainsi la quantité d’air à l’intérieur même du biberon. Si votre bébé est au sein, il faudrait s’assurer (dans la mesure du possible) que le téton soit bien enveloppé par la bouche du bébé pour que l’air ne passe pas.

Lorsque tous ces conseils ne vous ont pas donnés satisfaction, vous pouvez essayer l’homéopathie.

Dans tous les cas, le meilleur des conseils que nous pouvons vous donner c’est de vous armer de patience !

Notre avis sur le bola de grossesse

Lorsque l’on cherche des avis sur le bola de grossesse, il n’est pas toujours évidement d’en trouver qui soient clairs et précis. En cherchant des avis sur les bolas, on lit que certaines maman “ont l’impression d’être un animal de compagnie”, d’autres sont énervées par les petits bruits émis par ce bijou, d’autres encore pensent que ça peut surprendre bébé durant son sommeil utérin…Nous avons donc décidés de vous en dire plus sur ce bijou de grossesse qui fait un petit bruit de clochette. Il en existe d’ailleurs pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Mais quel est l’intérêt d’un bola ? Où acheter un bola de grossesse ? Quel est notre avis sur ce bijou ?

Qu’est-ce qu’un bola de grossesse ?

Un bola est un bijou de grossesse en argent venu d’Indonésie. Il est composé d’un pendentif ainsi que d’une longue chaine (ou un cordon) lui permettant de se placer sur le ventre de la femme enceinte.

A l’intérieur du pendentif se trouve, plusieurs billes, qui lorsqu’elles bougent à l’intérieur du Bola de grossesse font un petit bruit de carillon. Même s’il n’y pas d’études récents indiquant que le bruit généré serait perçu par bébé, il permettrait de l’apaiser durant la grossesse. Mais on peut se dire, qu’il n’y a de toute façon pas de risque particulier à l’utiliser.

Pourquoi porter un bola durant sa grossesse ?

Comme dit plus haut, le bola de grossesse est un excellent moyen naturel d’apaiser bébé. Il faut noter que très rapidement, à l’intérieur du ventre de maman, bébé commence à percevoir les sons extérieurs. De ce fait, garder en permanence le bola permettra à votre bébé d’être bercé par le son que celui-ci émet son bruit.

En plus d’être un magnifique bijou de grossesse, le bola est un bijou de grossesse plus qu’utile. Il sert durant la grossesse mais aussi après.

En effet, bébé ayant été bercé, durant plusieurs semaines de grossesse avec le bola, il reconnait encore ce son qui lui parait familier après sa naissance. Vous pouvez donc continuer à le porter ou encore le placer dans des endroits utiles comme la poussette ou encore dans la chambre de bébé. Dans tous les cas, faite attention à ce votre bébé, lorsqu’il est un peu plus grand, ne puisse pas saisir le bola.

Offrir un bola à une femme enceinte ?

Vous êtes à la recherche d’une idée cadeau pour une femme enceinte ? Faire le choix d’un bola, est une excellente idée cadeau, car en plus d’être un beau bijou de grossesse, le bola est clairement un cadeau utile. En apaisant bébé, il détend également maman, souvent chamboulée dans la gestion de ses émotions durant la grossesse.

De plus, par la longueur de sa chaine le bola de grossesse permet à toutes les femmes qui le porte de mettre en valeur leur jolie ventre de femme enceinte. Vous êtes fière de votre de ventre de grossesse ? Alors pourquoi ne pas le mettre en valeur ?

Notre avis sur le bola de grossesse

Il existe différents types de bolas, selon votre budget vous en trouverez des plus ou moins haut de gamme. Les prix démarrent généralement aux alentours de 10€ mais selon la matière on en trouve généralement aux alentours de 80€. D’ailleurs nous vous conseillons grandement les bolas en argent 925, pour éviter les irritations dues aux allergies ou aux frottements.

Notre avis sur l’utilité du bola

Dans la mesure où il permet d’aider à apaiser bébé, qu’il permet de détendre maman, qu’il ne fait courir aucun risque sanitaire (ni à maman, ni à bébé) et qu’en plus c’est un joli bijou de grossesse, on a envie de vous dire : foncez !

Mais attention, pensez à choisir un bola émettant un son assez “doux” mais assez audible pour que bébé puissent l’entendre dans le placenta. En effet, si vous faites choix d’un bola qui ne fait pas ou peu de bruit, il n’aura pas d’intérêt particulier, hormis mettre en valeur votre ventre de grossesse. Même s’il n’y a pas de mal à ça, il n’y a du coup aucun intérêt pour votre bébé.

Ensuite, c’est une histoire de goût, vous pouvez choisir les coloris et motifs qui vous plaisent le plus ou qui se marient le plus avec votre garde robe de grossesse.

Et vous que pensez-vous du bola de grossesse ?

A quel âge commencer la diversification de bébé ?

Votre bébé grandit et il est temps de diversifier ses repas ? De nombreuses questions reviennent sans cesse dans ce cas ! « A quel âge peut-on introduire les aliments ? Faut-il débuter avec des aliments sucrés ou avec des aliments salés ? Quelle quantité dois-je lui donner ? Que faire si le bébé refuse la cuillère ? » Vous êtes jeune maman et vous souhaitez connaitre l’âge de la diversification alimentaire ? Nous vous donnons ici les meilleurs conseils pour prendre soin de votre bébé.

Qu’est-ce que la diversification alimentaire chez l’enfant ?

Parmi les grandes étapes dans l’évolution de l’enfant on trouve la diversification alimentaire.

La diversification alimentaire d’un bébé repose sur le passage d’une alimentation basée essentiellement sur les produits lactés à l’introduction de plusieurs autres aliments. Durant cette période, l’apport lacté doit rester l’essentiel de l’alimentation puisque l’introduction des aliments doit se faire de façon extrêmement progressive. En effet, les produits laitiers restent toujours les sources principales de calcium, de matières grasses, de protéines et de vitamines.

Comment et à quel âge commencer la diversification de son bébé ?

Comme mentionné précédemment, la diversification alimentaire repose sur le passage des produits lactés aux aliments divers et riches en nutriments. La diversification doit débuter dès les 4 à 5 mois de l’enfant. Elle se poursuit graduellement jusqu’à ses 2 ans. C’est à partir des 4 à 5 mois que les fonctions gastro-intestinales et les fonctions rénales de l’enfant sont capables de traiter différents aliments autres que le lait.

Vers l’âge de 5 à 6 mois, vous pouvez commencer par introduire des légumes permettant d’élargir le gout de l’enfant et d’apporter des éléments minéraux indispensables à sa croissance. Nous vous conseillons donc d’introduire une à deux cuillères à café de légumes à chaque repas. Si les légumes sont tolérés par le bébé, vous pouvez alors augmenter la quantité progressivement (150 g vers 7 mois et de 180 g à 200 g à l’âge d’un an.). De même pour les fruits avec une quantité de 60 g à l’âge de 7 mois et 120 g à partir de 8 mois.)

Qu’en est-il de la viande et du poisson ?

L’introduction des viandes, poissons et œufs, vont permettre d’apporter à votre enfant des protéines, du phosphore et la vitamine B12. Les viandes et les poissons doivent être introduits à l’âge de 7 mois à raison de 15 à 20 g (2 cuillères à café par repas). Cette quantité augmente progressivement, donc 20 g entre 9 et 12 mois et 30 g entre 12 et 18 mois.

L’œuf pourra être introduit à l’âge de 9 mois à raison d’un ¼ ou ½ jaune d’œuf. Vers l’âge de 1 an, vous pouvez augmenter cette quantité (½ jaune d’œuf et 1 blanc vers l’âge de 1 an).

Le pain, le riz, les pâtes etc, sont également à introduire.

En ce qui concerne les pommes de terre, le riz, le pain, la semoule et lentille, ils apportent des glucides et des protéines au bébé. Ces aliments sont des sources indispensables d’énergie. Ils doivent faire partie intégrante de la diversification de votre enfant.

Jusqu’à l’âge de 1 an, la pomme de terre peut être utilisée comme liant dans les préparations. Les pommes de terre peuvent être consommées seules à partir de 1 an. Les pates et la semoule peuvent être introduite à l’âge de 8 mois.

Au début de la diversification alimentaire, il est recommandé d’ajouter une noisette de beurre cru à chaque préparation.

N’oubliez jamais que les matières grasses (huile d’olive, huile de tournesol, beurre, huile de mais, huile de colza…) sont riches en lipides, donc indispensables pour couvrir les besoins énergétiques de l’enfant au moment de la diversification.

Nos conseils pour diversifier votre enfant !

  • Nous vous conseillons de commencer par diversifier le repas de midi. Souvenez-vous toujours que jusqu’à l’âge de 3 ans, l’alimentation de votre enfant devra comporter l’équivalent de 500 ml de lait par jour !
  • Commencer par des petites quantités pour habituer l’estomac de l’enfant à digérer.
  • La diversification est un passage progressif. Lorsque votre bébé a 8 mois donnez lui chaque jour 4 repas diversifiés et deux à trois biberons de lait.
  • Préférez toujours les aliments frais, évitez les aliments allergisants et respectez les conditions d’hygiène lors de la préparation.
  • Evitez les excès de sucre et de sel, mais aussi de gluten.
  • Les étapes et les quantités sont données à titre d’exemple. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin pour pouvoir préparer le menu le mieux adapté à votre enfant.

Bien organiser la fête d’anniversaire de votre enfant

Plus que quelques semaines avant l’anniversaire de votre loulou, c’est le début d’une petite course pour préparer au mieux les festivités et rendre ce jour d’anniversaire inoubliable.

Comment organiser un anniversaire ?

Vous souhaitez organiser ce grand événement mais ne savez pas comment opérer ? Voici quelques idées pour un anniversaire réussi. Sachez-le avant de vous lancer, organiser l’anniversaire de votre enfant n’est jamais simple justement parce que vous avez des enfants et que vous aurez besoin de temps. Suivez notre dossier pour vous faciliter la tâche.

Où se passera la fête ?

De prime abord, la réflexion doit se porter sur le lieu de la fête. Cela va souvent de pair avec le temps prévu : un anniversaire en extérieur par beau temps est vraiment sympathique mais le devient beaucoup moins quand la pluie s’invite à la fête.

A la maison

Si vous avez un grand jardin, choisissez une fête en plein air : vous êtes en terrain conquis comme votre enfant et cela vous permet d’utiliser des jeux déjà disponibles ou de proposer d’autres jeux d’anniversaire. S’il fait un peu frisquet ou que le temps se gâte, vous aurez toujours la possibilité de vous replier à l’intérieur pour proposer un goûter d’anniversaire dans la joie et la bonne humeur. Les avantages de faire l’anniversaire de son enfant à la maison sont nombreux : maîtrise du terrain, tout est disponible à proximité, vous maîtrisez les lieux. Les inconvénients sont cependant doubles : vous devez préparer puis nettoyer les lieux et, si vous n’optez pas pour des animateurs, il vous faudra organiser l’animation de cette fête inoubliable.

Dans un parc de jeux pour enfants

Dans le cas où vous n’avez pas de jardin ou ne voulez pas jouer à domicile, vous pouvez également faire la fête dans une structure adaptée comme les parcs de jeux pour enfants : Royal Kids, Kids Palace, Kingooroo, Gullic Parc… Vous bénéficierez de toutes les structures et jeux adaptés à l’age de votre enfant, d’animateurs si cela est compris dans le forfait et même, dans certains cas, du gâteau d’anniversaire et des boissons. Cela vous permet de gagner du temps sur l’organisation et le ménage, vous n’avez rien à préparer. Côté inconvénients, cela reste des salles bruyantes et vous partagerez les locaux avec d’autres enfants qui ne feront pas partie de votre fête d’anniversaire. D’autre part, vu que vous n’investissez pas de temps, il vous faudra payer pour bénéficier de cette structure et de tous ses avantages.

Qui seront les invités ?

Maintenant que le lieu des festivités est choisi, il va falloir faire la liste des invités à l’anniversaire. Cousins, cousines, voisins, voisines, camarades de classe… tout le beau petit monde que votre enfant souhaitera, sous réserve que cela ne gêne pas la logistique. Sachez que plus il y a d’enfants, plus il est difficile de les gérer ! Une méthode existe cependant pour connaître le nombre d’enfants que vous pouvez gérer pour l’anniversaire. Prenez l’âge de votre loulou et rajoutez 1 ; si votre enfant à 5 ans, cela donne 6 invités. Au-delà de ce chiffre “parfait”, vous risque d’être débordé, même si vous sollicitez de l’aide extérieure (grands parents, oncles, tantes, animateurs).

Pour quelle décoration opter ?

Maintenant que les enfants sont comptabilisés et que l’emplacement de la fête est choisie, rien ne vaut une décoration réussie pour donner le tempo d’un anniversaire inoubliable. Choisissez de mettre en place un thème précis et approprié à l’âge de votre loulou. Les princesses et les princes, les dessins animés, les animaux, les héros Marvel, les pirates… à vous de trancher pour la déco qui s’accorde le mieux à la passion de votre chérubin. Inspirez-vous de ses lectures, de ses déguisements ou, tout simplement, de son envie. Pour que la fête soit réussie, trouvez des accessoires se rapportant à ce thème. La vaisselle, les stickers, les ballons et même le gâteau d’anniversaire…un large choix s’offre à vous pour optimiser la décoration jusque dans les moindres détails. Si vous le pouvez, rajoutez des déguisements en accès libre pour les loustics qui se feront un plaisir de renforcer le thème de l’anniversaire.

Comment occuper les bambins ?

L’animation d’une fête d’anniversaire repose surtout sur les activités proposées aux enfants. Coloriages, jeux en groupe, jeux de piste, piñatas ou maquillage…choisissez les passe-temps selon l’âge des enfants à inviter et préparez à l’avance un timing assez général des divertissements proposés. En règle générale, on commence par les activités sportives et énergiques pour effectuer un retour au calme avant le gâteau d’anniversaire, les petits cadeaux offerts lors du goûter seront de nouvelles pistes d’activité pour la suite des festivités. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’un animateur, vous pouvez toujours demander de l’aide à votre famille ou vos connaissances. Il est aussi tout à fait possible de solliciter un prestataire extérieur (animateur, clown) qui gérera alors les activités des enfants avec professionnalisme et sérieux.

Une dernière recommandation ?

Pris dans le feu de l’action, on s’émerveille de l’anniversaire, des rires et des sourires des enfants mais on oublie souvent de garder autre chose que des souvenirs. Pensez à capturer l’instant avec votre appareil photo, votre smartphone ou votre caméscope afin d’immortaliser cet événement unique. Cela permettra à votre enfant de revivre la fête dans les années à venir.

12 idées reçues sur les assistantes maternelles

Comme dans beaucoup de métiers, les assistantes maternelles sont très souvent victimes de clichés infondés et parfois injustes. Malheureusement entre idées reçues et les préjugés, il y de quoi s’y perdre ! Mais surtout en plus d’être faux, certains on-dits sont clairement à l’origine d’une dévalorisation du métier d’assistant maternel. C’est donc armé de toute notre bonne volonté, que nous avons décidé de fair la peau à 12 de ces idées reçues beaucoup sur nos assistantes maternelles !

1. “Assistante maternelle et nounou c’est la même chose”

Non, non et re-non : ce n’est absolument pas le même métier !

Nounou est l’appellation commune du métier de nourrice, celle qu’on appelle nounou à domicile est en réalité une auxiliaire parentale.

L’auxiliaire parentale exerce la garde d’enfant directement au sein du domicile familial. Pour devenir auxiliaire parentale, il n’existe pas de formations réglementées. Mais on peut cependant faire des stages ou tenter d’acquérir de l’expérience dans la petite enfance.

L’auxiliaire parentale est la salarié du particulier employeur, au même titre que la femme de ménage ou le jardinier etc…c’est une employé de maison.

L’assistante-maternelle de son côté travaille au sein de son propre domicile ou dans une MAM.

Cependant, elle est également la salarié du parents employeur. Il faut noter que le calcul du salaire de l’assistante maternelle est un processus de rémunération assez complexe au premier abord, mais qui exige surtout une attention particulière.

Contrairement à l’auxiliaire parentale, pour devenir assistant maternel il faut prendre en compte le fait qu’il s’agit d’un emploi très réglementé. À noter que les contrôles (par les PMI) y sont réguliers et ce dès les premiers pas dans la formation ou même dans l’exercice quotidien du métier.

Donc très clairement, les “nounous” et les “assistantes-maternelles” sont des métiers très différentes.

2. “Assistante maternelle, ça n’est pas un vrai métier”

Faux :

On devrait condamner les personnes qui prononcent ce type de phrase à garder 4 enfants d’âge différents (qui ne sont pas les leurs) pendant toute une semaine. Au bout de 20min, ils devraient changer d’avis…

En dehors de l’aspect “humoristique” de cette phrase, on peut aussi poser une question à ceux qui pensent comme ça : “Où est le respect pour ces personnes qui vous accompagne dans la garde de votre enfant, pendant que vous allez travailler ?”

Passer ses journées à changer des couches, à prendre soin d’enfants et à les occuper, n’est pas tous les jours évident.

3. “Les assistants maternels ont beaucoup de temps libre”

Prenons un exemple : une assistante maternelle garde trois enfants qui n’ont pas le même âge : ils n’auront donc pas les mêmes centres d’intérêts, de ce fait pas les mêmes occupations. Lorsque l’un fera plusieurs siestes dans la journée, il faudra occuper les autres. Ensuite ils doivent déjeuner, goûter etc…c’est parfois toute une organisation quasi-militaire.

Regardez cet exemple de la journée type d’un assistant maternel.

Pour finir, les assistants maternels n’ont pas plus de temps libre qu’un autre métier; lorsque l’on s’occupe d’enfants il est difficile de rester inactif bien longtemps.

4. “Les assistantes maternelles gagnent très bien leur vie”

Les assistantes maternelles ne sont pas des indépendants qui calculent leurs revenus en fonction de leur chiffre d’affaire : elles sont salariées.

Salariée : ce qui signifie qu’elles sont payés en fonction de leur taux horaire, du temps de travail fournis mais aussi du nombre d’agréments (nombre d’enfants possible de garder simultanément). Plus elles ont de “gros” contrats et mieux elles gagnent leur vies. Mais dans les faits, les assmats accumulent plusieurs petits contrats avec des durées variables.

Les parents comprendront certainement mieux pourquoi ils ont du mal à trouver une assistante maternelle pour garder leur petit 3h par semaine.

5. “Les assistants maternels ne seront jamais au chômage”

Évidement, on se dit qu’il y aura toujours des enfants à garder. Mais les mentalités changent et les modes de gardes aussi.

Il faut de plus compter une dévalorisation du métier d’assistant maternel, qui enregistrait en 2016 sa première baisse du nombre de demande d’agréments.

Les nouveaux modes de gardes, avec notamment la garde partagée, qui augmentent un peu plus la concurrence subit par les assistants maternels.

Dites vous que comme tous les métiers à notre époque, l’assistant maternel n’est pas plus à l’abris qu’un autre.

6. “Assistantes maternelles c’est comme babysitter”

Si les parents sous-entendent par là souvent que l’assistante maternelle est tout le temps disponible : c’est encore une fois faux.

On rappelle que l’assistante maternelle est agréée par son conseil départemental, alors que le babysitter est un métier que “n’importe qui”est libre d’exercer.

8. “C’est le RAM qui décide du sort d’une assistante maternelle”

Le RAM ou Relais des Assistantes Maternelle, est un lieu de rencontre et d’information pour les parents et les gardes d’enfants, principalement les assistants maternels. Ils n’ont donc aucun pouvoir hiérarchique, sur les assistants maternels. Le RAM est généralement animé par des professionnels de la petite enfance, ce ne sont en revanche, ni des assistants maternels, ni des juristes. Il est donc important de toujours faire vérifier les informations, notamment juridique, qui y sont transmise.

D’ailleurs, de nombreux assistants maternels remontent des conseils erronés donnés aux parents.

En cas de désaccord avec votre assistant maternel (ou un parent employeur), c’est la PMI qu’il faut contacter en premier lieu. Mais en cas de désaccord avec le droit du travail, c’est le conseil des prudhommes qui doit statuer. 

9. “Les assistantes maternelles ne peuvent pas rompre un contrat”

On a du mal à croire que des personnes pensent ça…

L’assistante maternelle est une salariée comme n’importe qui, si celle-ci souhaite mettre fin à son contrat c’est parfaitement possible.

Une démission de l’assistante maternelle est tout à fait envisageable lorsque la rupture du contrat de travail est à son initiative. Il faut cependant prendre en compte le délai de préavis selon la durée effective de son contrat.

10. “L’assistante maternelle sert à éduquer les enfants”

On a même pas envie de répondre à cette idée reçue.

L’assistante maternelle n’est ni une éducatrice, ni une psychologue de la petite enfance. Elle est là pour vous accompagner dans la garde de votre enfant et dans son intégration dans la vie en société.

Mais, elle ne peut clairement pas éduquer les enfants, c’est le rôle des parents.

11. “Être assistant maternel c’est être son propre patron”

Noooooon !

Nous l’avons déjà expliqué plus haut, l’assistant maternel est salarié du particulier employeur. Ce n’est ni un indépendant, ni une société.

Le parent est un employeur et donc il a toutes les responsabilités qui vont avec, dont par exemple : le paiement du salaire à date fixe, le respect des horaires, le bien être de son salarié sur son lieu de travail.

12. “Les enfants, ça s’occupe tout seul”

Les personnes qui pensent ça n’ont certainement pas d’enfant…ou alors ils ont oublié le principe.
Une assistante maternelle doit plusieurs fois au cours d’une journée se démontrer imaginative pour trouver des activités adaptés à chaque enfant ou à chaque tranche d’âge.
De plus, les enfants ont besoin de beaucoup d’attention.
Même s’il n’y a qu’un nombre très faible d’assistantes maternelles qui profitent de leur métier pour prendre des cafés entre amis…c’est bien souvent le cas dans beaucoup d’autre métiers !

Et vous à quelles idées reçues aimeriez-vous faire la peau  ?

6 conseils pour bien utiliser un collier d’ambre

La poussée des dents n’est pas une période facile pour les bébés : salivation excessive, douleurs des gencives, les tout-petits vivent ce moment plus ou moins bien, tout comme leurs parents. Il existe en pharmacie de nombreuses solutions pour soulager les douleurs causées par les poussées dentaires mais beaucoup de parents ne souhaitent pas avoir recours à la médication pour aider leur enfant. Il y a heureusement une alternative plus naturelle aux produits pharmaceutiques pour atténuer les effets indésirables liés à la poussée des dents. Les bijoux en ambre sont utilisés par les parents depuis des siècles pour réduire l’inconfort lié à l’apparition des dents, et leur usage a gagné un regain de popularité ces dernières années. Pour être sûr que votre bijou d’ambre va être utile à votre enfant et va vous apporter satisfaction, il y a plusieurs choses à prendre en considération dans votre choix.

1.    Un collier d’ambre n’est pas un collier de dentition

Beaucoup de mamans ne font pas la différence. Malgré le terme “collier pour les dents”, le collier ambre bébé n’est pas destiné à être mâchouillé par votre enfant. Il existe des colliers en caoutchouc ou autres matières qui sont spécialement conçus pour être mis à la bouche. L’ambre réduit l’inconfort ressenti par les tout-petits lors des poussées dentaires, mais pas par contact direct avec les dents ou les gencives. Les colliers en ambre vont libérer une substance naturelle appelée acide succinique, en très petite quantité, en se réchauffant au contact de la peau. Le collier d’ambre peut donc être un complément aux jouets mous à mordre, lesquels répondront au besoin qu’à votre enfant de mordiller et porter à la bouche lorsque les dents commencent à pousser et que ses gencives deviennent plus sensibles.

2. Garder le bijou au contact de la peau

Le composant actif de l’ambre, pour être efficace, est libéré au contact de la peau. Il est donc important de maintenir un contact entre le collier d’ambre et la peau de votre bébé. Placez donc le collier sous le col du t-shirt ou du body afin que les vertus apaisantes de l’ambre agissent pleinement. Même si le nouveau collier d’ambre de votre enfant est très beau, il ne sera pas aussi efficace porté par-dessus les vêtements.

3. Enlevez le collier d’ambre pour aller au lit

Il est important de toujours retirer tout bijou, collier d’ambre ou autre, avant de coucher son bébé pour la sieste ou pour la nuit. Pendant les longues périodes où votre bébé est seul dans son lit, il ne doit pas porter de collier. L’usage d’un collier d’ambre doit toujours se faire quand votre bébé est sous la surveillance d’un adulte.

4. Retirer le collier d’ambre pour le bain

Bien que l’ambre soit une matière millénaire, elle reste sensible aux produits modernes comme les shampooings, savons, lotions ou crèmes solaires. Evitez donc de préférence de mettre l’ambre en contact avec ces produits de manière répétée. Si vous oubliez de temps en temps d’enlever le collier pour le bain, l’ambre ne va pas pour autant s’abîmer.

5. Entretenez votre collier d’ambre

N’utilisez jamais de liquide de nettoyage chimique à l’exception de l’eau pour nettoyer vos bijoux en ambre. Ne laissez pas non plus tremper longtemps le collier dans l’eau, cela pourrait fragiliser le cordon. Utilisez plutôt de l’eau tiède et un chiffon doux, comme du feutre, ou une brosse à dents très douce pour nettoyer entre les perles. Un peu d’huile d’olive peut être utilisée pour polir les pierres. Frottez ensuite avec un chiffon doux et propre pour les faire briller.

6. Rangez votre collier d’ambre

Quand le collier d’ambre n’est pas porté, il convient de le ranger à l’abri de la lumière directe du soleil et des températures extrêmes, qu’elles soient chaudes ou froides. Un sachet avec cordon en tissu ou en organza est parfait pour garder votre bijou à l’abri et le protéger.

Les propriétés apaisantes de l’ambre de la Baltique ont été scientifiquement étudiées par Robert Koch, lauréat du prix Nobel et scientifique renommé. Ses études ont montré que l’acide succinique est un remède efficace contre les douleurs liées aux poussées dentaires. Cette étude a également indiqué que l’acide succinique ne s’accumule pas dans le corps à des niveaux dangereux, ce qui rend les bijoux de dentition en ambre une alternative très sûre et naturelle aux analgésiques chimiques. En suivant ces quelques conseils, vous pourrez faire porter à votre bébé un collier d’ambre en toute sécurité, tout en préservant la longévité de votre bijou.

Ces articles devraient vous intéresser :

Combien coûte une assistante maternelle ?
6 secrets qui feront de vous une nounou au top
3 solutions lorsque bébé ne fait pas ses nuits

Les 10 meilleures astuces de parents !

Quand on est parent et qu’on doit faire face à l’énergie débordante de nos enfants, il faut parfois faire preuve d’imagination.

Vous voulez que vos enfants arrêtent de se battre, vous êtes à la recherche de la meilleure cachette pour les bonbons ou vous avez absolument envie que vos enfants mange plus de légumes ?

On vous a déniché les 10 meilleures astuces pour éviter d’entendre chamailleries, bagarre, guerre fratricide entre-autre.

#1 Ce papa utilise des cartons pour éviter les combats en voiture

papa utilise carton eviter bagarre

#2 Ce n’est pas du médicament c’est du Pespi

#3 Metal Papa

#4 Pour garder votre enfant : joindre l’utile à l’agréable

enfant a garder

#5 Éviter le sable sur la plage : la technique ultime : un drap housse

éviter sable pour bebe

#6 Avec un peu d’imagination les parents peuvent tout recycler, tout !

parent qui recycle

#7 Idée de génie parental : cacher les bonbons dans les paquets de haricots

parent cache les bonbons

#8 Votre enfant a besoin d’amour, mais vous êtes fatigué : prenez un gant rempli de haricots…

amour pour bébé

#9 Pour éviter qu’ils ne dessinent sur vos murs, laissez vos enfants, exprimer leur créativité…dans un carton

enfant créatif avec un carton

#10 Apprendre aux enfants à gérer leurs temps, dès le plus jeune âge

 

gestion du temps enfant

Vous n’avez pas encore d’enfant ? Découvrez ce qui vous attends lorsque vous serez parent !