8 astuces pour aider votre enfant à faire face à l’angoisse de séparation

L’angoisse de la séparation est une étape de développement chez le tout-petit qui se situe aux alentours des 8 mois.

Avez-vous une idée de ce qu’il se passe dans la tête de votre enfant ?

Eh bien, lors de cette période, il comprend qu’il est une personne à part entière. En fait, il prend pleinement conscience de sa dépendance à l’adulte, car jusque-là, il ne se distinguait pas de sa figure d’attachement primaire, qui est généralement la maman.

Toutes ces raisons expliquent pourquoi un bébé est plus sensible à la séparation à cet âge-là.

Comment faire face à l’angoisse de séparation ?

Avant de démarrer, sachez que l’angoisse de séparation est assez facile à repérer. 

Le signe le plus évocateur est lorsque votre nourrisson se met à pleurer lorsqu’il ne vous voit plus ou lorsque vous le laisser seul avec une personne qu’il connaît peu. 

Dans cet article, je vous partage 8 astuces sur comment réagir face à l’angoisse du 8 ème mois. Alors, lisez bien jusqu’à la fin pour découvrir ces 8 clés essentielles.

1. Anticiper les moments de séparation

Quand vous êtes encore au prêt de votre bébé, préparez-le tout doucement à cette période. Quelle que soit la raison de la séparation, il est important de l’habituer.

Par exemple, vous pouvez créer des situations de brèves séparations au fur et à mesure :

  • Commencer d’abord par quitter la pièce en sifflant. De cette manière, il saura que vous êtes juste à côté, puis revenez quelques minutes plus tard. 
  • Ensuite, vous pouvez envisager des séparations de 15 – 20 minutes. 

2. Éviter de sortir en douce

Lorsque vous quittez la maison, (même si c’est juste pour faire une petite course), prévenez toujours votre enfant à l’avance. 

C’est important pour qu’il se construise sur des bases solides et développe des liens d’attachements sécures avec vous. 

Car si vous ne lui dîtes pas au revoir, cela risque d’accentuer la peur de l’abandon…

3. Jouer à coucou – caché 

Tous les jeux de coucou et de cachette aident votre enfant à prendre conscience que les objets, comme les personnes, ne disparaissent pas !

Vous pouvez commencer par cacher des nounours avant d’envisager un cache-cache avec lui. 

En multipliant ces expériences, cela l’aidera à mieux supporter les périodes de séparations plus tard. 

4. Augmenter les temps des séparations progressivement.

Vous reprenez le travail dans quelques semaines ?

À ce moment-là, c’est possible de passer un peu de temps avec bébé et la personne qui va le garder en augmentant ce temps progressivement. 

L’idée est que bébé apprenne à faire connaissance avec cette personne. Ainsi, il  se sentira en confiance et rassuré avec elle avant même que vous n’ayez repris le travail. 

5. Avoir une attitude positive.

Savez-vous que votre bébé va ressentir aussi vos émotions ? 

Alors même si la séparation est difficile pour vous aussi, essayez toujours d’avoir une attitude positive et de lui accorder un temps de séparation de qualité. C’est aussi important de lui parler du moment des retrouvailles. 

6. Laisser un objet transitionnel 

En laissant un lange avec votre odeur ou un doudou de la maison, cela va être rassurant pour votre bébé. 

L’objet transitionnel a pour but de faire le lien avec la maison et de remplacer la mère absente. 

Cela lui apporte un sentiment de sécurité et de réconfort.

Un dernier conseil, certaines crèches affichent aussi les photos des parents, ce qui peut être une alternative de plus pour rassurer votre enfant. 

7. Instaurer des petits rituels.

Créer une routine à la maison peut aussi être très bénéfique pour aider votre enfant à accepter la séparation. 

Ainsi, cela va créer un cadre pour lui et il saura à l’avance ce qui l’attend. De cette manière, vous limitez ses craintes et ses angoisses liées à la séparation. Et pour vous, ça sera également plus facile d’aborder ces moments avec sérénité. 

8. Laisser faire le temps

Enfin, sachez que le temps est votre meilleur allié. Il y aura certainement des jours ou la séparation sera plus difficile que d’autres. 

Mais, gardez en tête qu’il s’agit d’une étape de développement tout à fait normale chez l’enfant et que cette période peut perdurer jusqu’à l’âge de 1 an et demi à 2 ans.

Le lit Montessori, un couchage au sol idéal pour les enfants

Cela fait plusieurs années maintenant que s’est développé le concept du lit au sol. Le connaissez-vous ?

Le principe du lit Montessori consiste à disposer simplement un matelas à même le sol. Cette disposition favorise l’apprentissage de l’enfant. En plus des nombreux avantages qu’il leur offre, il est parfaitement adapté pour les bébés !

Ce nouveau phénomène de couchage est aujourd’hui très pratiqué de tous les parents soucieux du bien-être et de l’épanouissement de leurs petits. Alors pourquoi autant d’engouement autour de ce nouveau mode de couchage ? Et Quels sont ses avantages ? C’est que nous allons découvrir.

Offrez plus de liberté et d’autonomie au bambin avec un lit Montessori

Faire le choix d’un lit au sol pour votre enfant est un excellent moyen de le laisser vivre en liberté, de grandir en s’épanouissant, en découvrant paisiblement le monde tout en s’amusant. Ces lits favorisent l’autonomie de vos enfants. Il contribue à développer leur confiance en soi.

lit Montessori airnounou

Avec un lit Montessori, votre enfant pourra se passer de votre aide pour se coucher ou pour sortir de son lit. Il pourra alors quitter paisiblement son coin douillet et jouer dans tous les recoins de la chambre.

Le lit Montessori quel âge pour un bébé ?

Vous vous demandez sans doute s’il est convenable de faire coucher un bébé en toute tranquillité sur un lit Montessori ? Sachez que cela est tout à fait possible. Mais vous devez tenir compte des capacités motrices de votre enfant.

lit Montessori bébé dort airnounou

Il ne faut prendre aucun risque quant à la sécurité de votre bébé. C’est pourquoi nous vous recommandons de commencer à coucher votre enfant sur un lit cabane lorsqu’il atteint l’âge de 6 ou 9 mois. À partir de cet âge, il peut plus aisément se déplacer et se mouvoir dans son lit pour éviter les positions inconfortables.

Il est donc essentiel de penser à adapter toute la chambre pour le bambin lorsqu’il sera grand et capable de se balader tout seul.

Mettre une barrière de sécurité devant la porte, éviter de laisser trainer des objets au sol ou en hauteur, sont autant de mesures qui vous éloignent des incidents. Il faut être prudent car à cet âge, votre enfant est habité par la curiosité de découvrir son monde.

Un lit Montessori cabane accessible et adapté

Dans le but d’émerveiller les enfants, certains concepteurs ont réussi à mixer les concepts du lit au sol et du lit cabane. Ceux-ci sont donc de véritable cabane au sol pour s’endormir paisiblement. Un coup de cœur pour les parents et l’émerveillement assuré pour les enfants.

lit Montessori airnounou

Au contraire du couchage traditionnel, les lits cabane au sol sont adaptés pour les plus petits. Leur sécurité est garantie grâce à une barrière efficace. Bien entendu le matelas du bambin est à terre et évite à coup sûr une chute qui peut lui faire mal. Finis les bobos et les douleurs qu’occasionnent celle-ci.

Les enfants pourront profiter de la liberté de se retourner à leur gré et sans aucune crainte sur leur lit. Même si le concept vise les plus petits, il n’en reste pas moins convenable pour les plus grand. Tous prendront du plaisir avec un lit cabane au sol. Le lit cabane Montessori allie judicieusement confort et espace de jeux pour enfants. Laissez-vous tenter par le lit cabane pour enfant.

Plusieurs modèles pour un lit au sol

Il existe plusieurs modèles de lit au sol. Vous avez le choix entre un lit Montessori classique, un lit au sol avec cabane et le lit tipi. Si votre choix se porte sur un lit au sol cabane, veillez à avoir une hauteur sous-plafond en mesure de l’accueillir. On retrouve différentes tailles pour ce type de lit. Faites donc votre choix compte tenu de l’âge de votre petit loulou et de la taille de la chambre qui l’accueillera. Le matelas Montessori lui doit être très confortable pour votre bébé et être adapté aux dimensions de lit.

Trotteur ou pas ?

Dans la vie d’un bébé, les 24 premiers mois sont très importants et déterminants pour son bien-être physique et psychique.  Les enfants essayent de se déplacer et de trouver leur équilibre pour pouvoir se mettre déplacer rapidement. C’est pour cette raison qu’il existe aujourd’hui plusieurs accessoires de puériculture permettant d’aider les bébés à marcher. Découvrons ensemble, à travers cet article, les avantages et les inconvénients des trotteurs pour bébés pour que vous puissiez faire le bon choix !

Les trotteurs pour bébé sont des structures ayant un design assurant le maintien du bébé en position débout. Équipés de petites roues, les trotteurs permettent également de se déplacer plus librement. Ce moyen de déplacement fait souvent débat !  Certains parents sont pour les trotteurs, d’autres sont contres. Alors, quelle décision prendre ?

Les avantages qu’offrent le trotteur

C’est grâce au trotteur, qui s’utilise comme un Youpala, que le bébé puisse se déplacer et découvrir le monde en toute liberté. Les trotteurs permettent aux enfants de développer leurs habilités motrices et leur autonomie.  Ces accessoires sont, à la fois, des moyens d’apprentissage, d’amusement et de loisir.

Quels sont les inconvénients des trotteurs ?

Bien que les trotteurs permettent aux bébés d’apprendre rapidement à se mettre débout et à marcher, ils ont quelques inconvénients. Les trotteurs ne sont adaptés qu’aux petits capables de s’asseoir, c’est-à-dire à partir de 8 ou 9 mois. De plus, il est nécessaire de rester vigilant durant l’utilisation pour éviter tout risque d’accident.

Les trotteurs donnent beaucoup de confiance aux enfants, ils peuvent donc essayer de découvrir des endroits dangereux pour eux.

Les trotteurs sont interdits chez les assistantes-maternelles ?

Si au Canada, ils sont tout simplement interdits à la vente depuis 2004, en France, l’usage des trotteurs (Youpala) sont fortement déconseillés chez les assistantes maternelles ainsi que l’ensemble des professionnels de la petite enfance par les PMI (renseignez vous, auprès de la PMI en charge de votre secteur). Cependant, au moment où nous écrivons cet article, il n’y a aucun texte de loi interdisant formellement l’usage du trotteur en France.

Alors, trotteur ou pas ?

Faciles à utiliser, disponibles en plusieurs designs, modèles et très stables, les trotteurs pour bébé sont un choix fait par de nombreux parents. Mais cependant nous le déconseillons. Si vous avez un doute, parlez-en à votre pédiatre.

Si cependant vous persistez dans cette fois, faites attention à ce qu’il soit conforme à la norme « EN 1273 : 2005« .

Si votre bébé a 8 mois ou plus, pensez à lui offrir un trotteur de qualité. N’hésitez pas à observer chaque mouvement de votre bébé pour éviter le basculement, surtout durant les 2 premières semaines d’utilisation. Les pédiatres et les kinésithérapeutes sont unanimes et sont pour l’utilisation du trotteur sous certaines conditions :

  • sous surveillance parentale,
  • durée d’utilisation limitée à 10-15 minutes par jour,
  • installation des barrières de sécurité…, dans un environnement sécurisé pour bébé

Quelle alternative au trotteur ?

L’idée étant de stimuler l’aptitude de bébé à marcher, vous pouvez investir par exemple dans un tapis d’éveil ou encore dans un parc adapté.

Ainsi bébé pourra tenter de se mettre debout, à son rythme, mais surtout dans un espace sécurisé. La curiosité naturelle des enfants lui permettra d’expérimenter son équilibre.

Nos conseils pour éviter la gastroentérites aux enfants !

5 conseils pour éviter la gastroentérite aux enfants.

Lorsque le froid s’installe, on entend souvent un peu plus parler de virus. Rhumes, angines ou encore…gastro entérites font bien évidement leurs entrées en actions en force, provoquant parfois des épidémies pour certains.

Lorsque vous êtes parents, assistante-maternelle ou en contact avec les enfants, vous avez à coeur d’éviter la gastroentérite aux enfants.

Dans cet article, nous allons vous parler de gastroentérite virale. S’il s’agit d’une gastro bactérienne, ces conseils pourront évoluer en fonction des origines de l’infection. Mais si vous avez des doutes, pour vous ou l’enfant, n’hésitez pas à vous rapprocher d’un médecin ou autre professionnel de santé.

Nous allons vous donner quelques petits conseils pour prévenir et faire fuir ses vilaines bactéries.

#1. Se laver les mains pour éviter la gastroentérite

Le moyen le plus simple d’éviter la gastroentérite est de se laver régulièrement les mains. Faites en évidement de même avec les enfants.

La gastro se transmet par contact entre les personnes. Alors se laver les main fréquemment avec eau et savon ou encore avec une solution hydro-alcoolique (ou gel anti-bactérien), permet de réduire de beaucoup les chances d’être infectés.

#2. Éviter de se partager aliments et couverts

Ça parait évident, mais on partage un verre, ou une tétine d’un enfant contagieux par exemple et hop le virus est transmis. C’est aussi simple que ça.

Le virus se transmet également, si l’on utilise une serviette de bain, un torchon ou encore un bavoir « souillé » par un enfant contagieux.

#3. Nettoyer les endroits et objets souillés

Il est primordial de nettoyer soigneusement les objets à risque, notamment des jouets chez les assistantes maternelles qui accueillent plusieurs enfants, ça augmentera à coup sûr les chances d’éviter la gastroentérite.

#4. Bien cuir les aliments

On en a pas toujours conscience, mais la gastroentérite peut être également bactérienne.

Pour éviter la gastro bactérienne, il faut dans un premier temps bien cuir les aliment. Evitez par exemple de servir des viandes saignantes ou à point à vos enfants.

Les viandes rouges, les oeufs ou encore les volailles, doivent être toujours bien cuites pour éliminer les bactéries potentielles.

En ce qui concerne la conservation des aliments, éviter de les laisser plus de 2h à températures ambiante après leur préparation.

De plus les aliments, une fois au frais, ne doivent pas être conservés à des températures excédants les 4°C.

#5. On fait une pause sur les bisous et les embrassades avec les copains

À partir du moment où vous (ou vos enfants) êtes en contact avec des enfants malades c’est la transmission assurée. Alors on fait une pause sur les accolades et les bisous quelques temps.

N’oubliez pas de laver les doudous régulièrement…ce sont parfois de vrais nid à bactéries !

Comment offrir d’agréables sommeils aux enfants ?

Tout savoir sur le sommeil de l’enfant

Le sommeil, tout comme la nutrition, joue un rôle primordial pour pouvoir la santé et le bien-être. Ce repos est d’autant plus important pour un enfant que pour un adulte. Effectivement, le sommeil représente un grand facteur de croissance physique et développement cérébral pour les enfants.

De ces faits, il faut que vous, les parents, disposiez vos enfants dans les meilleures conditions possibles. De plus, les petits, surtout les nouveau-nés passent la majeure partie de leurs temps à dormir.

Environnement adéquat pour les dodos de l’enfant

Couchage de qualité

Après la naissance, le bébé passera beaucoup plus de temps sur son couchage qu’en-dehors.

Il lui faudra donc une literie de qualité, qui lui fournit le confort et le maintien dont il aura besoin pour bien grandir. Vous pouvez, par exemple, lui procurer un couchage composé d’un matelas bébé 60×120 cm et d’un sommier de taille identique. Ce format sera idéal pour ses premiers mois, afin de lui garantir harmonie et bien-être. En tout cas, ne négligez surtout pas la literie de votre enfant, car son sommeil dépendra de cet aspect. De plus, il vous faudra changer régulièrement le couchage de votre petit jusqu’à son adolescence, où il atteindra presque sa taille d’adulte.

Chambre appropriée

L’on sait tous que les enfants sont très sensibles et susceptibles à leurs environnements. La tâche reviendra donc à vous, leurs parents, de les mettre dans les dispositions adéquates. Primo, il vous est conseillé de mettre le bébé dans sa propre chambre.

Même si pour un nouveau-né, il est plus pratique de le garder près de vous pour l’allaitement et le changement de couches. Secundo, il vous faudra établir, pour votre enfant, une chambre tempérée avec une bonne humidité ambiante. La température optimale serait entre 18 et 20°C et le taux d’humidité entre 30 à 40%. Tertio, privilégiez pour votre bambin, une chambre obscure et silencieuse. La lumière autant que les bruits perturberont le déroulement du sommeil de l’enfant.

Les cycles de sommeils adéquats

De 0 à 8 semaines, votre bébé ne restera éveillé que pendant 30 à45 minutes. De là jusqu’à ses 16 semaines, son sommeil durera en moyenne 22 heures et 45 minutes. En dessous de ces durées, votre tout-petit pourra témoigner des signes de fatigue ou de pleurs. À partir de 17 semaines à 8 mois, votre enfant ne devrait rester en mode éveil que pendant environ 2 heures. Quelque temps après cela apparaît une période de veille de 4 heures à peu près. Vous observerez cela entre les siestes de l’après-midi et le dodo du soir.

Aux alentours de 16 et 18 mois, la durée du sommeil de votre bambin diminuera graduellement, passant aux proximités de 6 heures. De 4 à 5 ans, votre enfant sera éveillé presque toute la journée. Il y a néanmoins des courts moments de repos de 30 à 45 minutes, après le repas de midi par exemple. Au-delà de 6 ans, votre enfant disposera de 11 ou 12 heures de sommeil pour 11 ou 12 heures d’éveils. La période d’éveil augmentera progressivement avec l’âge de votre enfant. À terme(jusqu’à l’âge adulte), votre enfant disposera en moyenne de 8 heures de sommeil.

Comment trouver des enfants à garder : voici nos 5 conseils

Trouver des enfants à garder facilement

Trouver des enfants à garder, n’est pas si compliqué que ça.
Avec les bonnes méthodes, un peu de technique et quelques astuces nous allons vous aider à trouver des parents à la recherche d’une baby sitter, d’une nounou ou d’une assistante maternelle.
Mettez rapidement en pratique les conseils que nous allons vous donner et vous verrez qu’en un rien de temps vous trouverez des enfants à garder.

1. Internet : le moyen le plus rapide de trouver des enfants à garder

Inutile de chercher à inventer l’eau chaude, internet est LE moyen indispensable qui vous permettra de trouver des enfants à garder rapidement.

Que vous soyez à la recherche d’un site de baby sitting pour étudiant, d’une plateforme d’annonces d’assistant(e) maternel(e) ou encore d’un site d’annonce de nounou : AirNounou.com est fait pour vous !

En vous inscrivant sur le site, vous pourrez très facilement créer un profil et vous mettre facilement en avant.

Regardez cet exemple d’assistante maternelle à Bordeaux.

Vous cherchez des enfants à garder ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et les parents pourront facilement vous contacter

Grâce aux systèmes de recherches géolocalisées, les parents pourront facilement vous trouver puis vous contacter gratuitement en ligne.

2. Faire le tour de vos amis et des assistant(e)s maternel(le)s du quartier

Lorsque l’on se lance dans la garde d’enfants, il faut se faire connaitre dans son secteur géographique.

En premier lieu parlez des services de garde d’enfants que vous proposez à votre famille, vos amis et votre voisinage.
Le bouche à oreille est une méthode facile, pour vous faire connaitre rapidement et pour trouver des enfants à garder.

Dans un second temps, faites connaissance avec les assistant(e)s maternel(le)s de votre quartier.

Dans tout les cas se faire connaitre localement est une méthode à ne pas négliger lorsque l’on souhaite trouver des enfants à garder.

3. Déposer des étiquettes ou annonces papiers dans les commerces autour de vous

Pour trouver des enfants à garder vous devez faire preuve de stratégie et vous faire connaitre de tous.

Maintenant que vous êtes disponible sur internet et que vous vous êtes fait connaitre par les personnes aux alentours, il est temps d’utiliser quelques « vielles » méthodes.
Dans les commerces qui l’acceptent, déposez quelques étiquettes ou annonces papiers à votre nom. (nos étiquettes sont disponibles ici)

Sur les annonces papiers que vous déposerez vous devez indiquer :

  • Les services que vous proposez (baby sitter, nounou à domicile, assistante maternelle)
  • Vos coordonnées (numero de téléphone, email, profil AirNounou.com)
  • Le secteur que vous desservez (le quartier, la ou les villes, etc…)

Avec toutes ces infos, les parents qui vont à la boulangerie ou faire quelques courses, pourront trouver votre annonce y détacher vos coordonnés et vous contacter facilement.

Être présent en ligne, ne doit pas vous faire oublier votre présence hors ligne : trouver un enfant à garder est souvent une affaire de proximité.

4. Se faire connaitre sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont un excellent moyen de vous faire connaitre et montrer votre profil au plus grand nombre.
Par exemple sur facebook, partagez votre profil AirNounou et demandez à vos proches d’en faire de même…. Imaginez vous avez 50 amis, chacun partage votre profil à ses 50 amis, etc…c’est au minium 2500 personnes qui verront votre profil, il y a forcément des parents qui le verront !

Pour trouver des enfant à garder sur Twitter (ou sur Google+), utilisez les hashtags (comme #babysitter, #gardedenfant, #assistantematernelle #nounou, #nanny) et demandez à vos followers de partager votre post.

Les réseaux sociaux ont souvent un impact très positif sur votre recherche de garde d’enfant. Alors ne les négligez pas.

Vous êtes baby sitter, nounou à domicile ou assistante maternelle ?

À propos des réseaux sociaux, retrouvez les groupes de gardes d’enfants AirNounou ici :

5. Aller au RAM de votre quartier

Cette technique est particulièrement utile pour les assistant(e)s maternel(le)s et les nounous à domicile (Auxiliaires parentale). Mais rien n’empêche aux baby sitters de s’y essayer.

Le RAM (Relais des Assistantes Maternelles) est un lieu d’informations pour les assistants maternels mais également pour les parents.
Certains RAM tiennent des listes des gardes d’enfants de leurs secteur, pensez donc à vous inscrire pour trouver des enfants à garder.

Nos conseils -en plus- pour trouver des enfants à garder

Rendez vous en maternité : c’est un moyen facile de vous faire connaître par les nouveaux parents.

Allez en pédiatrie : vous pouvez déposez quelques annonces papiers et vous faire connaitre par les parents (demandez l’autorisation avant !)

Apposez une pancarte ou une plaque d’assistante maternelle devant chez vous : cela vous permettra d’être repéré par le voisinage et par les passants, un moyen de communication passif mais TRÈS efficace.

Faites des cartes de visites : vous trouverez énormément de sites internet ou d’imprimeurs si vous ne vous sentez pas l’âme d’un graphiste. Mais dans tout les cas, des cartes de visites sont facilement distribuables.

Vous avez d’autres méthodes pour trouver des enfants à garder ? Dites le nous dans les commentaires 👇

Nos conseils pour les parents :

Comment trouver une babysitter sur internet ?
Comment choisir sa nounou ?
Nos conseils pour bien choisir sa baby sitter 
Questions à poser lors d’un entretien avec une assistante maternelle

Le soin de bébé au naturel

Le soin de bébé au naturel

La question des produits de soin est une question importante. La peau de bébé est extrêmement fragile, son film hydrolipidique n’est pas encore suffisamment mature, sa peau nécessite donc un traitement particulier et spécifique.

Les problèmes liés aux composants considérés comme des perturbateurs endocriniens n’ont fait qu’aggraver la méfiance des consommatrices face aux produits cosmétiques conventionnels.

Vous trouverez tout un tas de composants fortement controversés dans les produits de soin pour bébé.

Vous cherchez des enfants à garder ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et les parents pourront facilement vous contacter

Afin de se prémunir de tout cela, mieux vaut donc opter pour des produits simples, sains et surtout biologiques.

Les produits contenant des parfums sont irritant pour la peau de bébé. Bon nombre de consommatrices sont séduites par l’odeur appétissante de certains produits de soin alors que le meilleur d’entre eux sera au contraire le plus neutre et celui contenant une liste de composants la plus courte possible.

L’un des produits phares pour les soins de bébé reste le liniment oléo calcaire. Ce lait crème est composé à partir d’huile d’olive et d’eau de chaux. Il permet de nettoyer les fesses de bébé tout en préservant son film hydrolipidique. Les vertus cicatrisantes de l’huile d’olive en font un produit de choix pour le change de bébé. Le liniment se trouve désormais dans tous les commerces spécialisés.

Le liniment fait partie des produits qu’il est d’ailleurs très facile de fabriquer soit même, nombreuses sont les mamans qui se lance dans le “DIY” et fabriquent leur propre liniment.

Allaitement ou lait en poudre ?

L’une des questions qui se pose de manière concrète dès l’arrivée de bébé est la question de l’allaitement. On ne le rappellera jamais assez, mais rien n’est équivalent au lait maternelle pour bébé. La production de lait varie d’une femme à une autre, cependant cela reste dans la plupart du temps suffisamment abondant pour contenter les besoins de bébé.

Ceci étant dit, le choix de l’allaitement n’est pas une démarche simple et naturelle pour toute les mamans.

Certaines ne souhaitent pas allaiter par choix, d’autres se retrouvent confrontées à des difficultés d’allaitement qui les pousse à abandonner assez vite et passer au lait artificiel par dépis.

Le taux d’allaitement est d’environ 65% en france à la naissance, ce pourcentage est assez stable, cependant les mamans ont bien souvent besoin d’accompagnement dans ce processus qui est parfois semé d’embûches. Nous pensons tout particulièrement aux problèmes liées aux engorgements, crevasses, mastites, ou au problèmes liés à la prise de poids de bébé.

Les conseillères en lactation sont de plus en plus présentes dans les PMI notamment pour tenter d’accompagner les mamans souhaitant poursuivre un allaitement serein.

Pour les mamans ayant choisi le lait artificiel, se pose la question du choix du lait, tant l’offre est large. On s’y perd presque au milieu de cette profusion de possibilités.

Forte heureusement l’offre en lait bio n’est pas en reste, il existe aujourd’hui un choix plus large en lait maternisé bio, ce qui n’était pas le cas il y a encore quelques années de cela.

Ça devrait vous intéresser :
Le cocoonababy : un meilleur sommeil pour bébé ?
Protéger la peau de bébé du soleil

Se fier à une agence de garde d’enfants

Trouver une bonne agence de garde d’enfants

Le retour au travail et la rentrée scolaire imposent aux parents de faire garder leurs enfants. Le choix d’une agence de garde d’enfants est une bonne solution. En effet, opter pour ce service est le meilleur moyen pour protéger ses enfants, sachant qu’il existe un important nombre de types de gardes. Trouver une bonne nounou compétente qui sera en mesure de s’occuper de ses enfants et apte à répondre concrètement à toutes les attentes est une tâche plutôt complexe. La solution la plus adéquate est donc les agences de garde spécialisées qui mettent en action des nounous sérieuses et expérimentées. Ces organismes proposent des gardes à domicile, occasionnelles ou régulières, garanties par des intervenants qualifiés. Ils peuvent assurer une garde en soirée, en journée ou même durant les vacances scolaires.

Vous cherchez des enfants à garder ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et les parents pourront facilement vous contacter

Les caractéristiques d’une agence de garde

Une agence de garde couvre les diverses aspects des services à domicile. Elle proposer tout type de gardes à domicile, que ce soit une garde partagée, une garde simple ou du baby sitting. Elle se préoccupe aussi d’offrir à ses clients des accompagnements personnalisés avec des conseils dédiés à tous les besoins. D’ailleurs, elle propose des tarifs adaptés à toutes les situations afin de maintenir un bon rapport qualité/prix.
En outre, étant consciente de la difficulté de la recherche d’un personnel qualifié disposant du savoir-faire approprié, l’agence de garde offre des services spécialisés pour apporter un accompagnement adéquat et une garde professionnelle d’enfant de tout âge. Effectivement, les agences de garde à domicile sont spécifiquement conçues en vue de répondre aux besoins de tous les parents.

S’orienter vers un établissement qualifié

Pour sélectionner la meilleure agence, il ne faut surtout pas hésiter à en contacter plusieurs. Pour se rassurer davantage, il est conseillé de se renseigner en ce qui concerne les agréments de l’institution, l’assurance de l’enfant ainsi que les services offerts et le suivi des activités et des recrutements.
Avec l’aide d’une telle agence, les parents ont la possibilité de se libérer tout en gagnant du temps pour travailler ou faire autres choses. Nombreuses sont les situations qui peuvent pousser les parents à faire garder leurs enfants ; celles-ci sont très variées et peuvent être inévitables. Le grand avantage d’une garde à domicile est donc le gain de temps. De même, les enfants peuvent rester dans un encadrement qui leur est habituel, ce qui permettra de les rassurer et de rendre la séparation avec les parents plus faciles. Dans ce même environnement, les parents ne craignent plus de laisser leurs petits, parce que ces derniers sont gardés à la maison. L’agence met en effet à la disposition de ses clients des nounous expérimentées afin de garder leurs enfants à la maison.
Les agences de garde à domicile donnent la possibilité aux parents de disposer d’intervenants professionnels en garde d’enfants pour prendre en charge leurs petits bouts de chou. Ces intervenants ont fait du métier de baby sitter leur domaine. Ainsi, on peut trouver tout type de services de garde d’enfants, que ce soit une nounou à domicile, ou d’autres services qui s’y rapportent, le tout avec un personnel qualifié. Par ailleurs, pour sélectionner la bonne agence, il est recommandé d’examiner l’expérience de la compagnie ainsi que les offres qu’elle propose. En les comparant, vous pourrez ainsi trouver celle qui répondra au mieux à ce que vous recherchez, que ce soit en termes de qualification, de tarifs ou encore de relationnel !

Cela devrait vous intéresser :
Utiliser un préparateur de biberon

Faire garder son enfant ou s’en occuper soi-même?

Ca y est, vous êtes entrés dans la grande aventure qui est celle d’être parent. Ou vous vous apprêtez à y entrer. En général, on conseille aux parents de s’intéresser au mode de garde dès qu’on a la confirmation que maman est enceinte. En effet, différents modes de garde, avec des fonctionnements propres à chacun d’eux sont proposés aux parents.

Une fois votre congé maternité (et le congé paternité, qui est plus flexible) terminés, il faut savoir ce que vous voulez faire de votre enfant. Certains optent pour un mode de garde, mais de nombreux parents choisissent aussi de rester à la maison pour s’occuper de leur enfant eux-mêmes.

La crèche, mais pas forcément tous les jours

La crèche va être un lieu extrêmement bénéfique pour votre enfant. C’est un milieu qui abonde de personnel très compétent qui va pouvoir inculquer tous les rituels de vie, ainsi qu’un rythme à votre enfant. On accroche ses vêtements en arrivant, on se lave les mains, on apprend à piquer avec une fourchette, on mange des repas complets, la sieste… Ceci est valable pour les enfants de 1 an et plus.

Pour les plus petits, il est évident que les rituels ne seront pas les mêmes. En crèche, on se prépare aussi à la vie en communauté. C’est particulièrement important pour les petits : on apprend à partager, à communiquer avec l’autre, à interagir et à se côtoyer.

Cependant, tous les enfants sont différents et pour certains, la crèche peut être un environnement un peu perturbateur et une expérience traumatisante : il y a du bruit, maman n’est pas là, il n’y a personne qui s’occupe de vous à temps complet, on est très timide… et ce même si le personnel a l’habitude et sait intégrer votre enfant à la structure tout en douceur. C’est pour cela que certains parents font le choix de ne mettre leur enfant en crèche que quelques jours par semaine, afin de l’y introduire de manière plus douce.

Attention à la garde par un seul parent

Certains parents décident que l’un des deux restera à la maison pour s’occuper de bébé jusqu’à ce qu’il aille à l’école. En effet, pour quelques couples, cette situation est plus rentable. Pour d’autres, ils considèrent qu’ils sont capables (et surtout qu’ils ont envie) de faire profiter de leur présence à leur enfant le plus possible, en leur inculquant eux-mêmes le rythme de vie. Ou encore pour d’autres parents, qui ont choisi un mode de vie alternatif, il s’agit de respecter ce mode de vie (vegan, zéro-déchets…), que les crèches ne suivent pas forcément.

Cependant, il faut penser à l’impact que ce mode de garde peut avoir sur votre enfant. Si vous n’avez pas d’amis ou d’entourage avec d’autres enfants et si vous êtes seul(e) pendant 3 ans à l’élever (avec la présence de l’autre parent après le travail et pendant les week-ends), il se peut que votre enfant ne puisse pas bien s’intégrer à la vie en communauté. C’est le cas du bébé de ces parents, dont le blog de papa relate certaines histoires sous un regard humoristique.

Timidité maladive, caprices, refus de partage, pas de règles de vie en société sont quelques-uns des problèmes qui peuvent être rencontrés. Mais plus grave : la séparation avec le parent présent va être extrêmement difficile. En effet, bébé s’est habitué à avoir un parent pour lui tout seul pendant tout ce temps. Et en devient très souvent dépendant (et vice-versa). L’absence du parent le paralyse et les premiers mois d’école peuvent être très difficile, d’autant plus qu’il n’aura pas appris les rituels de vie en communauté. Ce n’est pas fatal, mais pensez-y !

Le résultat des courses

Vous pouvez jongler entre une nounou, la crèche et une garde par le parent. Cela vous permet de passer plus de temps avec votre enfant, que vous aimez; mais cela lui permet aussi d’entrer dans la société et d’apprendre la vie en communauté, avec d’autres enfants de son âge et avec des adultes «  étrangers  ». C’est tout bénéf’.

Que faire pour être nounou à domicile ?

Que faut-il faire pour être nounou à domicile ?

Vous souhaitez être nounou à domicile, on vous explique ici tous ce que vous devez savoir avant de vous lancer.

Par abus de langage ce métier porte plusieurs noms : nounou, nanny ou encore nourrice au domicile des parents et pourtant, son appellation officielle est Auxiliaire Parentale.

On vous l’accorde ce nom est un peu moins -glamour- que les autres.

C’est certainement pourquoi dans l’esprit collectif, « être nounou » est plus souvent cité « qu’être auxiliaire parentale« .

Il faut cependant remarquer, qu’aujourd’hui beaucoup d’auxiliaires parentales exercent sans diplôme et ont été formés par la force des choses.

Pourtant il existe divers moyens de se « mettre à jour » et nous ne pouvons que fortement vous conseiller de vous former aux techniques et méthodes actuelles.

On ne garde pas les enfants des autres comme on garderait les siens, pour être une nounou, il est préférable de se former.

Trouvez des enfants à garder : Inscrivez-vous ici

1. Comment devenir auxiliaire parentale ?

Pour être une nounou à domicile faut prendre en compte divers éléments dont : la formation, les compétences et les expériences.

Vous aimez vous occuper d’enfant ? Très bien, mais cependant c’est un métier plus exigeant qu’il n’y parait.

Comment devenir nounou au domicile des parents ?

Pour devenir auxiliaire parentale (ou nounou à domicile) à titre professionnel il peut être nécessaire de vous former, au delà de vos expériences personnelles.

Il existe aujourd’hui des diplômes et formations permettant d’acquérir de bonnes bases dans la garde d’enfant professionnelle.

2. Quels diplômes ou formation pour devenir nounou à domicile ?

Il existe plusieurs possibilités de vous former au métier d’Auxiliaire Parentale, vous pouvez passer le :

  • Bac pro ASSP (Accompagnement, Soins et Services à la Personne)
  • Bac pro SAPAT (Services Aux Personnes et Aux Territoires).
  • CAP petite enfance
  • BEP sanitaire et social
  • Concours d’Auxiliaire de puériculture

Les CAP et BEP étant surtout exigés pour la garde d’enfants de moins de 3 ans.

Si vous êtes en reconversion professionnelle, vous pouvez également utiliser votre CPF (Compte Personnel de Formation) afin de vous former en continu.

Ensuite, vous pouvez mettre en pratique vos diplômes pour la petite enfance.

En faisant par exemple du babysitting, en travaillant en crèche ou encore en garderie.

3. Quels sont les compétences nécessaires pour être Auxiliaire Parentale ?

Il faut savoir que les parents sont de plus en plus exigeants en terme de compétences : vous gardez quand même leur(s) enfant(s).

La plupart des parents cherchent une auxiliaire parentale :

  • Autonome
  • Responsable
  • Enthousiaste
  • Dynamique
  • Patiente
  • Resistante au stress
  • Organisée

Être nounou à domicile, c’est également savoir faire preuve de pédagogie et de savoir-être.

Les parents vous demanderont, si vous l’acceptez, d’aider leurs enfants aux devoirs, d’aller les chercher à la sortie des classes ou encore de les accompagner pour les activités extra-scolaire.

Il faudra d’ailleurs penser également au permis et à la voiture, qui seront dans certains cas plus que nécessaires.

Bref, votre palette de compétences devra être toujours de plus en plus large car en matière de garde d’enfant, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas !

4. Être « nounou agréée » c’est quoi ?

On va tout de suite casser le mythe : être nounou agréée, ça n’existe pas !

Ce terme vient d’une confusion entre le métier d’Auxiliaire Parentale et celui d’Assistante-Maternelle Agréée.

L’Assistante-Maternelle est agréée par des règles très strictes pour garder les enfants d’autres familles (quatre places maximum, hors dérogation) à son propre domicile (plus d’infos ici pour devenir assistante maternelle agréée).

L’Auxiliaire Parentale, quant à elle est une salariée à domicile, autrement dit une salariée de service à la personne.

Elle a de plus beaucoup moins d’obligations qu’une Assistante-Maternelle agréée mais les aides sociales ne sont pas les mêmes.

6 secrets qui feront de vous une nounou au top !

Serez-vous une nounou au top ?

Lorsque des parents recrutent une nounou, ils cherchent LA personne idéale, la nounou au top.
En dehors du fait que le courant doit passer entre la nounou et les parents, il doit également passer entre la nounou et l’enfant.
Pour vous aider, nous allons partager avec vous 6 secrets qui vous permettront d’être une nounou au top du top pour les familles.

nounou au top airnounou

1. La nounou au top propose d’autres services que la garde d’enfant

Pour vous distinguer par rapport aux autres nounous, proposez des services supplémentaires aux parents, en lien avec la garde d’enfant.

Par exemple, proposez d’aider les enfants aux devoirs, d’aller les récupérer à l’école ou encore de faire un peu de ménage.

2. Sourire et enthousiasme : pour être une super nounou

Souriez, souriez et…souriez ! Les parents lorsqu’ils vous recrutent ont besoin de savoir leur enfant en sécurité et entre de bonnes mains.

Donc montrez leurs à quel point vous pouvez être enthousiaste !

3. Pour être une nounou au top, il faut être disponible et affective

Par disponibilité on entend, que votre attention soit dirigée autant que possible vers l’enfant.

Les parents apprécient et les enfants en redemande 😉

Demandez vous toujours, si c’était votre enfant, par quel type de personne accepteriez-vous qu’il soit gardé ? Par une nounou au top surement !

4. Prenez soin de vous

« Un esprit saint dans un corps saint », c’est vraiment très important.

Prendre soin de votre apparence c’est faire comprendre aux parents qu’ils ont affaire à une personne soigneuse : c’est tout bête !

5. Soyez patient(e)…

Les enfants aussi mignons soient-ils, vont parfois mettre votre patience à rude épreuve.

La nounou au top, sait par expérience que les enfants qu’elle garde, ne sont pas toujours volontairement difficiles, et elle sait prendre du recul.

6. …et organisé(e)

La garde d’enfant quelle qu’elle soit est toujours  une affaire d’organisation.

Vous devrez démontrer aux parents qu’en tant que nounou au top, vous savez prévoir l’imprévisible.

Et vous, comment faites vous pour être une superbe nounou ?

11 choses que vous devriez savoir sur les assmat !

Ce que vous devriez savoir sur les assistantes-maternelles !

Les assistantes-maternelles sont les personnes à qui nous confions nos enfants en toute confiance.
La majeure partie d’entre elle travaillent à domicile adaptées à l’accueil de nos enfants.
Mais lorsque nous ne les voyons pas, que font-elles ? A quoi passent-elles leurs journées ?

Avec une bonne dose de second degré, on vous propose de faire un petit tour d’horizon, entre les idées reçues et la réalité des assistantes-maternelles !

Vous cherchez des enfants à garder ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et les parents pourront facilement vous contacter

1. Elles voient plus de cacas en une journée que vous n’en verrez en toute une vie

Lorsque vous laissez votre enfant chez l’assmat, vous n’imaginez pas les techniques de camouflages qu’elles utilisent afin de faire disparaitre les 5 tonnes de cacas dont elles doivent se débarrasser chaque année ! Et on ne parle même des litres de morve qu’elles croisent pendant leur carrière.

2. Elles aiment les petites attentions

En parlant de caca, lorsqu’un papa ou une maman « oublie » de changer la couche avant de mettre son enfant à garder…Rendez-vous compte : l’assistante-maternelle démarre sa journée par une crotte, ça c’est le top !

3. Elles ont un sens de l’organisation hors du commun

Gérer des enfants d’âges différents, d’éducations différentes et avec des habitudes différentes, demande un certain degré de sens stratégique, que vous n’imaginez même pas !

4. Elles sont plus patientes qu’un moine bouddhiste

On se met en situation : votre assmat travaille de 7h30 à 19h, Jeanne pleure parce qu’elle veut être prise dans les bras en permanence, Louis veut jouer avec un « bouigaoydo » (oui parce que l’assistante-maternelle ne comprends malheureusement pas toujours le langage des enfants ;)) et Inaya n’a pas la grande forme ce matin…

Pas besoin d’en dire plus, n’est-ce pas ?

5. Elles chantent parfois des comptines alors que les enfants ne sont plus là

Bah oui, passer ses journées à faire chanter les petits, ça donne des réflexes un peu étranges.

6. Après avoir entendus des pleures toutes une journée, elles ont l’impression d’en entendre encore le soir

C’est le revers de la médaille, lorsque qu’une assistante maternelle garde des enfants c’est que son cerveau mémorise tous ce qui est répétitif.

7. Tout le monde ne le sait pas, mais elles n’ont que deux bras !

A force de prendre souvent les enfants dans les bras, certains parents ne se rendent pas compte, que l’assmat n’a que deux bras.
Il suffit d’avoir deux ou trois enfants à garder en même temps, pour que ceux qui sont assoiffés de bras soient malheureux.

Et lorsqu’elles acceptent de porter souvent les bébés dans les bras, ce sont les ostéopathes qui finissent par être heureux.

8. Leur maison ressemble plus à un magasin de jouet

Chez une assmat tout est organisé pour l’accueil de vos enfants, et pour ça il faut une montagne de jouets !
Pour les plus petits il faut des jouets d’éveils attirants et pour les plus grand il en faut des plus amusants.

9. Elles surveillent parfois instinctivement les enfants des autres

Même lorsqu’elles ne travaillent pas, il leurs arrive d’avoir des habitudes dont elles ne peuvent pas se séparer.
Instinct d’assistante maternelle quand tu nous tiens…

10. Elles n’ont pas toujours de place dans leur voiture

Une voiture d’assistante-maternelle c’est 5 places moins 4 sièges-autos, faites le calcul.

voiture d'assistante maternelle assmat
Voiture d’assmat

11. Elles ont toujours un mouchoir caché quelque part sur elles

L’assmat pratique la magie : un nez qui coule ?  Et hop en moins 1,5sec elle sort un mouchoir de nulle part pour nettoyer ces narines pleines de morve !

Mouchoirs dans les poches ou dans ses manches ? Une assmat ne dévoile jamais ses petits trucs !

via GIPHY

Bref, les assistantes-maternelles sont là pour les parents et leurs petits bouts.

Elles font un métier pas toujours facile, mais garde toujours la pêche, alors si vous avez quelque chose de sympa à dire à votre assmat c’est dans les commentaires que ça se passe !

Ce qui Vous Attends Lorsque Vous Serez Parents

Vous avez en projet d’avoir un enfant mais vous ne connaissez pas encore tous les secrets de la parentalité.

On a décidé de vous en dire plus sur la face cachée des enfants, ces petits êtres à la fois si adorables et…plein d’imagination lorsqu’il s’agit de faire tourner leurs supers parents en bourriques !

Voici ce qui vous attends lorsque vous serez parents !

Il va falloir oublier les grasses matinées pendant plusieurs années !

Si vous êtes du genre marmotte le weekend, ou encore à squatter votre lit le plus longtemps que possible : oubliez.

Lorsque vous serez parents, votre enfant, et ce dès son plus jeune âge, fera en sorte que vous n’ayez plus le droit de dormir plus de quelques heures chaque nuits…(ça c’est si vous avez de la chance).

Inscrivez-vous sur AirNounou

Quand ils sont bébés, ils dorment le jour et s’amusent à vous réveiller la nuit et quand ils sont un peu plus grands…c’est très aléatoire, en fonction des rhumes, gastro etc…amoureux du sommeil : accrochez-vous !

Parfois vous aurez fraichement changé la couche de votre bébé…qu’il faudra la lui changer à nouveau

Ça c’est le truc auquel vous ne vous attendez pas du tout, mais lorsque vous serez parents, il vous arrivera de changer une couche ou deux pour rien.

Explication : votre très chère progéniture a bien digérée le petit pot que vous lui avez donné quelques heures auparavant.

Et la, par le plus grand des hasards, juste avant votre sortie quotidienne en poussette, vous sentez une odeur à la fois fétide et suspecte : réflexe vous lui changez sa couche et vous êtes enfin prête à partir…jusque là rien d’anormal me direz-vous.

Sauf que vous entendez un -prout- surgir de nulle-part, il fera bruit sourd et sournois dont le son sera étouffé par l’épaisseur de la couche…je vous passe les détails…vous serez repartie pour changer une autre couche.

Vous devrez vous habituer aux odeurs des vomis et cacas en grande quantité…et pas que les premiers mois !

Vous devrez vous habituer à sentir les odeurs de cacas et vomis de votre cher enfant.

Parfois, vous vous demanderez si cet enfant est bien un humain, tellement sa production sera digne d’un film de science-fiction.

D’ailleurs, vous devrez surveiller l’état et la couleur des cacas, il se peu que le pédiatre vous questionne à ce sujet (oui oui c’est vrai)…Vous ne verrez plus les crottes du même oeil.

Vous devrez avoir une patience à toute épreuve pour vos enfants

Dès sa plus tendre enfance, votre tout petit sera l’épreuve ultime pour votre patience.

Il n’aura de cesse, de vous mettre les nerfs à rude épreuve : et après plusieurs heures de sommeil en moins chaque nuit, je peux vous assurer que question patience…il va falloir en avoir.

garçon qui mange une glace lorsque vous serez parents

Tous le monde vous dira quoi faire…même ceux qui n’ont pas d’enfants

Dès l’annonce de la grossesse, vous verrez beaucoup de personnes, vous donner de bons conseils utiles lorsque vous serez parents.

Mais cependant les conseils de personnes qui n’ont pas encore d’enfants…c’est une autre histoire.

Ils ont « entendu dire que » ou encore leur « maman conseille de » bref, exactement ce qu’il faut pour vous permettre de décharger le peu de patience qu’il vous reste.

Vous n’essaierez d’être les meilleurs parents du monde que les 3 premiers mois

Quand on devient parent, on a souvent envie de bien faire.

On en a tellement envie qu’on cherche parfois à être les meilleurs parents du monde.

On achète les meilleurs accessoires possible pour bébé, on essaie de faire les meilleurs choix de vêtements (c’est souvent pour cela qu’on en achète parfois trop).

Mais de toute façon, avec la fatigue qui s’accumule…ça vous passera très vite !

Rassurez-vous en réalité, être les meilleurs parents du monde n’a strictement rien n’à voir avec tous ça : faites de votre mieux pour vos enfants c’est tout ce qu’il leur faut.

Votre compte en banque ne se sera jamais vidé aussi vite

Entre les soldes sur les bodys, les promos sur les petits pots ou encore les réductions sur les jouets, il ne vous restera plus grand chose pour vous.

Et encore tout ça n’est rien, comparé aux nombreux aller-retour que vous risquez de faire en direction de la pharmacie ou du médecin : surtout demandez leur une carte de fidélité 😉

Vous devrez réaménager toute votre maison

À part tous les accessoires que vous achèterez pour votre enfant, vous devrez au fur et à mesure presque tout réaménager chez vous.

Une des chaises de votre salle à manger sera remplacée par une chaise haute, les coins de votre table basse seront certainement recouvert de protections angles ou encore vos prises risque t’être protégés par des caches-prises etc…

Et ce ne sont que quelques exemples parmi une énorme de liste de chose que vous devrez adapter lorsque vous serez parent.

Car votre enfant va d’abord ramper partout, parfois à des endroits de votre maison dont vous ignoriez l’existence…

Ensuite, il commencera à manger, et là : bon courage.

Aller au resto avec vos enfants risque d’être une mission impossible

On ne va pas passer par quatre chemins : si vous voulez aller au restaurant avec votre bébé…oubliez (s’il vous plait).

Sérieusement, faites garder votre bébé (ou même vos enfants en bas âges s’ils n’ont pas pour habitude de se tenir sagement à table), dans le cas contraire vous devrez vous habituer aux regards assassins des autres clients du restaurant qui n’ont qu’une envie : profiter en paix de leur sortie.

Dans cet exemple, un patron a décidé d’interdir les enfants de moins de 6 ans dans son restaurant.

En somme, lorsque vous serez parents, vous vous rendrez donc compte que le monde ne tourne plus tout à fait de la même manière, et que tous n’est pas toujours adapté à l’accueil de nos enfants.

Oubliez les sorties avec les amis qui n’ont pas d’enfants

À part les restaurants ou les cinés que vous devrez également mettre de côté pendant un certains temps, vous devrez peut-être faire une croix sur les sorties chez vos amis qui n’ont pas d’enfants…ou qui sont célibataires.

Vous aurez l’impression qu’ils vivent sur une autre planète : « Quoi ? Tu n’as que de l’alcool à boire, pas de jus de fruits ?? »

De toute façon, on parie ce que vous voulez, que vous amis sans enfants, on surement prévus autre chose que de passer du temps avec votre bébé qui pleure tout le temps !

Vous serez très souvent en retard

Ponctualité est votre second prénom ? Et bien vous allez devoir mettre un peu d’eau dans votre vin.

Car lorsque vous serez parents, les imprévus se suivront à la chaine, à croire que les évènements s’acharnent sur vous.

Un changement de vêtement à faire en urgence parce que finalement le gâteau du goûter a fini sur le tee-shirt…bref à chaque fois que vous serez un peu en avance, un évènement miraculeux fera en sorte que vous soyez en retard.

Et ce n’est pas tout, on pourrait en rajouter des couches (sans jeu de mots…), il aura ensuite le pipi inopiné à un moment inopportun, les couches qui débordent et qu’il faut changer d’urgence ou encore pleures et les cris qui ne s’arrêtent presque jamais.

Mais malgré tout, on les aime nos petits bouts de choux, car à la minute où ils s’éloignent de nous, on n’a qu’une seule envie c’est de leur faire plein de câlins.
Et vous ? Quels conseils donneriez vous à de futurs parents ?

8 erreurs que font les jeunes parents

Avant la naissance d’un enfant on pense tous : « je lui lirais des histoires avant d’aller dormir », « je jouerais tous les jours avec lui » ou encore « je lui donnerais une éducation adaptée »

Nous allons casser le mythe, mais il y a 90% de chance, que vous ne fassiez ça que quelques temps…pour le premier enfant.

De toute façon, au bout d’une ou deux nuits de sommeil manquées pendant quelques mois, vous oublierez rapidement toutes ces promesses : ne culpabilisez pas, nous sommes tous passés par là.

1. Essayer d’être meilleurs parents que vos parents

L’une des premières erreurs que font les jeunes parents, c’est de penser qu’il feront un travail parental différent de leurs parents.
Sincèrement ne perdez pas votre temps avec ce genre de pensées, que vos aient été d’excellents parents ou tout le contraire, c’est à vous de montrer de quoi vous êtes capable.
De plus, vos enfants ne font pas une copie conforme de vous même, rien ne peut prédire comment ils réagiront face à telle ou telle situation, ils ont leur propre personnalité et sont des personnes à part entière.
Laissez vous le temps et adaptez vous à chacun de vos enfants, en fonction d’eux et non en fonction de vous ou de votre passé.

2. Être trop pressé qu’il fasse ses premiers pas, ses premiers mots, sa première rentrée…

On voit souvent des jeunes parents, qui sont pressé que bébé fasse des gazouillis, ou encore qu’il fasse ses premiers pas (au point de le mettre debout très tôt)…Mais pourquoi finalement ?
Avec le recul, on se rend compte que le temps passe déjà assez vite pour ne pas avoir à être trop pressé !
Laissez votre enfant prendre son temps, ne bousculez pas votre petit plus que ce dont il a besoin.

Profitez plutôt du temps précieux que vous pouvez passer avec lui.

3. Acheter beaucoup d’équipements inutiles

Que ce soit avant la naissance ou après on voit également beaucoup de jeunes parents qui font cette erreur : acheter énormément de choses inutiles !
Tantôt en achetant trop de couche, tout en oubliant que le nourrisson grandit très vite, tantôt en faisant l’acquisition d’objets qui ne serviront pas plus d’une fois (et encore !).
S’occuper d’un enfant peut couter très cher, alors autant éviter tout gaspillage, n’achetez que ce qui servira à coup sûr.

4. Céder régulièrement à l’enfant

C’est également une des énormes erreurs que font les jeunes parents pensant bien faire.
Vous aimez votre enfant et vous souhaitez lui faire plaisir, c’est tout à votre honneur.
Cependant céder régulièrement à votre enfant, parfois sans raison, pourrait avoir des conséquences négatives sur sa vie en société.
Dire non à votre enfant ou lui refuser quelque chose, ne signifie pas que vous ne l’aimez pas : au contraire cela signifie que vous pensez à ce qui est bon pour lui et à ce qui ne l’est pas.

erreurs que font les jeunes parents

Ne tombez pas par exemple, dans la technique du chantage.
Vous ne devriez pas avoir à négocier avec votre enfant : « tu n’auras pas de bonbons, si tu ne viens pas avec moi l’école »…C’est un jeu à double tranchant, comment ferez vous le jour où vous n’aurez pas de monnaie d’échange sous la main ?

5. Penser qu’un enfant est programmable

Un enfant n’est ni une machine, ni un objet, il n’est pas possible avant un certain âge de lui donner des consignes précises qu’il suivra à la lettre.

Inutile de vous énerver ou de perdre patience parce que c’est la 144e fois que vous lui répétez la même chose…un enfant, c’est un enfant, il a besoin que les choses soient répétées un nombre indéfinie de fois avant de comprendre ce qu’il peut ou ne peut pas faire.

Parmi les erreurs que font les jeunes parents, il y a donc le fait de penser que l’enfant doit comprendre les règles parce qu’il sait ce qui est bien ou mal : FAUX.
Un enfant, essaye pour apprendre, un enfant ne fait pas de théorie mais de la pratique, il a besoin de désobéir pour savoir quelles sont les limites.

Si vous ne mettez pas limites, il ira toujours un peu plus loin, en revanche mettre trop limite est également contreproductif, car frustrant pour lui : vous devez trouver le juste milieu.

6. Culpabiliser après une punition

Si votre enfant a fait quelque chose qu’il n’aurait pas dû faire, il doit le comprendre et malheureusement ça passe parfois par des punitions.

Lorsque vous décidez de punir votre enfant, c’est que vous avez jugé que la situation le nécessitait, alors ne culpabilisez pas.

La punition n’est pas mal, ce n’est pas un précepte du passé, elle est parfois nécessaire, ne tomber dans le principe de l’enfant roi, si l’enfant à des droits, en tant que parent nous devons leurs apprendre qu’il y a aussi des devoirs.
Cependant, il faut adapter les punitions, ne pas humilier son enfant, ne pas y aller trop fort, la sanction doit être proportionnelle à la bêtise commise par votre enfant et selon son âge (difficile de punir un enfant de 2 ans).

Par exemple, on ne prive pas de dessert, mais plutôt de TV ou de jeux-vidéo, car ça n’est pas vital.
Autre exemple, nettoyer sa chambre, ça permettra à votre enfant de décharger sa culpabilité, plutôt que l’interdir de faire du sport ou de dessiner, qui n’ont aucun intérêt pour votre enfant.

Bref, une punition doit être votre dernier recours, punir à chaque bêtise n’aura aucun intérêt si ça devient régulier et si l’enfant ne comprend pas pourquoi il est puni.

7. Rejeter en bloc les conseils d’autres parents en pensant que vous ferez mieux

Beaucoup de jeunes parents font énormément confiance à internet pour trouver des solutions à leurs problèmes ou des témoignages de situations similaires à la leur, cependant sur internet on trouve de tout.

Mais pourquoi ne pas tenir compte des conseils de proches autour de vous, bien entendu ils sont pas tous à prendre au pied de la lettre, mais vous pourrez toujours en tirer des leçons ou infos intéressantes.

8. Mettre son couple de côté

Les jeunes parents commettent quasiment tous cette erreur, parfois par choix, parfois par la force des choses.
Il est normal que juste après une naissance qu’ont oublie un peu son couple : au début bébé ne fait pas forcément ses nuits et il demande beaucoup d’attention les premieres semaines, surtout lorsque maman allaite.

Mais dès que possible, réservez-vous un peu de temps pour vous, essayez de vous caser une soirée en amoureux le plus régulièrement que possible.

Demandez à un proche de se dévouer pour gagner votre bébé le temps d’une soirée, ou contactez l’une de nos babysitters et passez du temps à deux…sans parler de bébé 😉

 

Rassurez-vous, il n’y a pas de parents parfait, nous faisons tous de notre mieux pour le bien de nos enfants, ce qui implique que nous commettons tous des erreurs.
Et vous, quelles sont les erreurs que vous faites encore (ou avez vous fait) en tant que jeunes parents ?

Comment réagir lorsque son enfant fait de la fièvre ?

Beaucoup de parents ont le réflexe de donner du paracétamol ou de l’ibuprofène à leurs enfants, mais attention la fièvre n’est pas une maladie mais c’est une réponse naturelle du système immunitaire à une aggression parfois infectieuse. Il n’est donc pas toujours utile de faire fortement diminuer une fièvre.

Mais comment réagir lorsque son enfant a de la fièvre ? Une question que vous devrez à coup sûr vous poser dès lors que vous avez des enfants.

Même si tous les cas ne sont pas les mêmes, il est tout de même possible de faire diminuer voir disparaitre une fièvre avec les quelques conseils et astuces de grands-mères qui vont suivre.

Dans cet article nous allons vous donner quelques précieux conseils. Nous tenons cependant à vous signaler que n’y trouverez pas meilleurs conseils que chez votre médecin ou pharmacien, votre professionnel de santé est apte à prodiguer les soins essentiels au bien-être de votre enfant, notamment lorsque la fièvre est importante.

1ere Étape : Vérifiez que votre enfant fait de la fièvre

Avant de vous lancer dans des tentatives de guérison il est primordial de savoir si votre enfant fait de la fièvre.
Munissez-vous donc d’un thermomètre et prenez la température de votre petit bout.
Oubliez la méthode qui consiste à mettre la main sur le front !
En effet, lorsqu’une fièvre arrive, et donc que la température est peu élevée, il est difficile de la « détecter » à la main, alors : le thermomètre est indispensable.

Attention, cependant, la température de votre enfant peut être différente selon la zone de son corps.

  • La voie rectale est méthode la plus fiable (pensez à désinfecter le thermomètre avant et après usage).
  • La voie buccale (la bouche) est une méthode efficace également, mais attention si votre enfant bouge beaucoup sa température peut être difficile à prendre car il faut maintenir le thermomètre au moins 3min dans le bouche de bébé.
  • La voie auriculaire (l’oreille), est un bon moyen de prendre la température de votre enfant, encore une fois il faut éviter que celui-ci fasse des gestes trop brusques, de plus il faut aussi penser à le nettoyer après chaque usage.
  • Les thermomètre à infrarouge, plus onéreux, permettront de prendre la température de votre bébé en quelques secondes et sans même le toucher (notamment lorsqu’il dort).

faire baisser la fièvre

2ème Étape : Diminuez les épaisseurs de vêtements et tentez un bain/douche 

La température du corps d’un enfant peut rapidement augmenter s’il est trop couvert par exemple.

Alors que la fièvre soit avérée ou non, commencez donc par diminuer les épaisseurs de vêtements, il y a de fortes chances que sa température diminue un peu.

La fièvre a également tendance à déshydrater, pensez aussi à lui donner à boire régulièrement.

Il faut aussi régulièrement surveiller l’évolution de la température, l’idée est de faire baisser la fièvre naturellement.
Pour cela, vous pouvez par exemple : faire un bain ou une douche à votre enfant.
Le bain (à une température adéquate) est la meilleure méthode afin de faire baisser la fièvre naturellement. 

Gardez tout de même à l’esprit que la fièvre est une fonction du système immunitaire qui permet au corps de se défendre.

3ème Étape : On passe aux soins et remèdes de grands-mères

Vous avez diminué les épaisseurs de vêtements ? Fait un bain à votre enfants ? Et la température de votre enfant n’a pas diminuée ? Il est temps de passer aux remèdes de grands-mères pour faire baisser la fièvre naturellement.

Gardez tout de même à l’esprit que la fièvre est une fonction du système immunitaire qui permet au corps de se défendre.

faire baisser la fièvre

Voici 3 remèdes de grands-mères faciles :

  • Utilisez une petite serviette d’eau froide et apposez la sur le cou, les poignets ou le front de votre enfant (comme dans les films), cela aidera son corps à réguler lui même sa température en l’abaissant.
  • Faites une infusion de pétales de tournesols : portez un peu d’eau à ébullitions et ajoutez les pétales de tournesols séchées (laissez refroidir et servez l’infusion à votre enfant en y ajoutant un peu de miel plutôt que du sucre)
  • S’il en a l’âge, votre enfants peut consommer jus de fruits et…fruits, il va ainsi non seulement pouvoir s’hydrater mais la température de son corps va pouvoir se réguler naturellement

Fièvre bébé : quand consulter ?

Malgré, toute votre bonne volonté la fièvre ne diminue pas ?
Si votre enfant atteint ces températures il est temps de consulter :

Si votre enfant a moins de 3 mois

Inutile de chercher trop longtemps des recettes de grands-mères, dirigez-vous rapidement aux urgences si votre enfant fait de la fièvre et que celle-ci atteint une température rectale d’au moins 38,1 °C.

Si votre enfant à 3 mois et plus

Si votre enfant fait de la fièvre et atteint une température rectale de 38,5 °C ou plus et présente l’un des symptômes suivants :

  • il vomit
  • il a l’air déshydraté

Rendez-vous immédiatement aux urgences (sinon contactez le 15 ou le 112 ailleurs en Europe), si votre enfant :

  • ne réagit pas ou peu à son environnement
  • a le teint pâle
  • est difficile à réveiller, a l’air somnolent
  • a des rougeurs inhabituelles
  • se plaint d’un mal de tête ou de douleur(s)
  • a des éruptions cutanées
  • présente des symptômes de convulsions
  • a une ou des perte(s) connaissance
  • a les yeux révulsés
  • souffre de difficultés à respirer
  • a un comportement très inhabituel

Lorsque votre enfant a de la fièvre et est dans les cas suivants, vous devriez consulter votre médecin de garde :

  • il a entre 3 mois et 6 mois
  • sa fièvre persiste depuis plus de 3 jours, peu importe son âge
  • fait de la fièvre, mais sans symptômes apparents (par exemple, votre enfant n’a pas le nez qui coule, n’a pas mal aux oreilles, ne vomit pas ou n’a pas de diarrhée)

Quoiqu’il en soit, en cas de doute lorsque votre enfant fait de la fièvre n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé.

Pour faire baisser la fièvre l’automédication n’est pas toujours une bonne idée et encore moins lorsqu’il s’agit de nos enfants.

Et surtout n’oubliez pas, la fièvre n’est pas une maladie, mais une conséquence d’une potentielle infection, alors ne cherchez pas uniquement à tenter de faire baisser la fièvre de votre enfant, mais cherchez également d’où cela peut bien venir. Surveillez tous les symptômes.

Vous avez déjà été confronté à cette situation ? N’hésitez pas, donnez nous vos conseils pour faire baisser la fièvre dans les commentaires

Six accessoires de voyage Indispensables pour bébé

Les vacances d’été sont LE moment de l’année où vos enfants vont pouvoir sortir profiter du soleil.
Mais cependant, concernant les bébés et les plus petits, les sorties au soleil ne doivent pas se faire de n’importe quelle manière.
Non seulement les plus petits doivent être couverts au maximum mais ils doivent aussi pouvoir profiter d’un peu de fraicheur ou du moins d’une atmosphère plus confortable, voir plus fraîche.

Retrouvez ici quelques idées d’accessoires pour occuper vos enfants pendant un long trajet.

Voici donc trois accessoires amusants et indispensables, au bien-être et au confort de votre enfant pendant les vacances d’été :

1. Le plateau de voyage pour enfants

accessoire de voyage pour enfant

Avec cet accessoire indispensable, vos enfants vous permettront surement de respirer sereinement (au moins durant le début du voyage).

Mais en tout cas, une chose est sûre, c’est que vous pourrez prendre la route paisiblement, tout en sachant qu’ils sont occupés à exprimer leur imagination.

C’est bien plus ludique qu’un écran ou qu’une tablette pour enfant.

2. Les lunettes pour bébé

lunette accessoires pour bébé

Les lunettes pour bébé sont un achats indispensables des accessoires de voyage pour enfants.

Protéger leurs yeux de la lumière du soleil, mais aussi des UV est très important et ce dès le plus jeune âge.

Sauf qu’en général, les plus petits n’apprécient pas porter ce type d’accessoires et tentent régulièrement de les enlever.

Sur ces modèles spécifiques, il n’y pas de bras, mais un système d’élastiques qui permettront aux lunettes de rester en place et de bien protéger les yeux de votre tout petit.

3. Le pot de voyage

accessoires pour enfants pot
Source : mamanshopping.com

Qui n’a jamais entendu la phrase suivante : « papa pipi »

Et bien voici désormais l’accessoires de voyage pour enfants idéal pour les pauses pipi (et caca) inopinées !

Le pot de voyage, devrait absolument faire partie de pack de voyage, c’est l’un des accessoires de voyage pour enfants indispensable.

4. Le coussin cale-tête

coussin de voyage pour enfant

Lorsque enfin, ils s’endorment durant de grands trajets, il serait dommage que vos enfants de réveillent avec des douleurs à la nuque !

Alors le coussin cale-tête, permettra à votre enfant d’être à l’aise pour dormir tranquillement.

5. La couverture de pique nique impermeable

accessoire voyage pour enfants

Les vacances d’été sont aussi le moment de faire plus facilement des pauses pique-nique.

La couverture de pique nique imperméable, est un accessoire qui peut toujours servir, mais idéal lorsqu’on a des enfants.

6. Le brumisateur : l’accessoire de voyage pour enfants indispensable

brumisateur de voyage pour enfants

Avec les chaleurs, le brumisateur est tout simplement, l’accessoire n°1 à avoir dans son sac de voyage.

Il permet de rafraichir beaucoup plus efficacement que le ferait un ventilateur par exemple.

De plus, le brumisateur rechargeable vous permettra de remplir à volonté le brumisateur.

Conseils pour protéger votre enfants des coups de soleil

L’été est, dans la majeure partie des cas, synonyme de soleil et de bronzage.

Et qui dit bronzage et soleil agréable pour les parents, dit risque de coups de soleil pour les enfants !

Alors vue les chaleurs auxquelles nous avons droit en ce moment, nous avons fait travailler nos petits cerveaux et nous avons décidé qu’il serait sympa de notre part de vous donner quelques conseils pour protéger vos enfants des coups de soleils

Voici donc nos conseils pour vous aider à éviter les coups de soleil à vos enfants.

1. Selon le type de peau, ayez une attention particulière pour éviter les coups de soleil

Plus votre enfant est jeune, plus sa peau sera fragile. De plus, une peau très claire sera en toute logique, plus fragile qu’une peau mat ou plus foncée.

Si vous avez un doute sur le type de protection nécessaire selon le genre de peau de votre enfant, rendez-vous chez votre pharmacien ou chez votre dermatologue.

2. Utilisez de la bonne crème solaire

Ça parait logique, mais ça n’est pas si simple, les crèmes sont vendues en indiquant leur indices de protections auxquelles il faut se référer.

Mais pour vous aider voici quelques conseils rapides :

N’hésitez une nouvelle fois à demander conseil à votre pharmacien.

3. Couvrez votre enfant

N’ayez pas dans l’idée de lui faire porter un parka !

Il existe des tee-shirts manches longues réputés anti-uv, qui permettront à vos enfants d’être protégés contre les coups de soleil.

En outre, pensez impérativement aux lunettes de soleil (de catégorie 4 pour les plus petits) et au chapeau ou à la casquette.

4. Profitez d’un peu d’ombre dès que c’est possible

Le soleil a beau être agréable, il sera encore plus agréable de profiter d’un peu d’ombre !

D’ailleurs, au passage, vous limiterez le risque d’insolation de votre enfant.

Et puis faire une pause de soleil, ne pourra faire que du bien, profitez-en pour leur faire faire une sieste par exemple !

5. Ne les exposez pas au soleil à n’importe quel moment

En toute logique, évitez par exemple de sortir lorsque le soleil est à son zénith (c’est à dire entre 12h et 14h).

Mais plus largement c’est notamment entre 11h et 16h qu’il faut surtout leur éviter d’être trop exposé.

D’ailleurs, pour être efficace et éviter à vos enfants des coups de soleil, limitez également leurs temps d’exposition au soleil.

éviter les coups de soleil enfants

Inutile qu’ils prennent un bain de soleil durant 4h d’affilés…ils risqueraient de rapidement le regretter et vous aussi !

6. Surveillez l’indice UV grâce à la météo

Il faut penser à régulièrement vérifier les indices UV prévues par la météo.

Soit vous surveillez gentiment la météo le soir à la TV, soit vous la vérifiez grâce à votre smartphone en temps réel !

Bref, ainsi vous pourrez prévoir de décaler une sortie à la plage ou au parc du coin, à un moment moins risqué pour l’épiderme de vos enfants.

7. Attention, les apparences sont souvent trompeuses

D’une part, on pense parfois à tort que comme il n’y a pas beaucoup de soleil et que le ciel est un peu couvert, il n’y a pas besoin de protections contre les UV…Si les nuages limites le passage de la lumière du soleil, ils ne peuvent rien contre les UV !

D’autre part, contrairement à une idée reçu, ce n’est pas parce que la peau de votre enfant n’est pas toute rouge, qu’il n’a pas encore de coup de soleil…parfois les UV ont déjà fait bien des dégâts et les coups de soleil apparaissent un peu plus tard.

bronzer sans coups de soleil

Bref, dans tous les cas, mettez de la crème à vos enfants et protégez les avec des vêtements et équipements adaptés.

8. Hydratez régulièrement vos enfants

C’est la base ! Il fait chaud, alors même si vos enfants n’ont pas soif, ils doivent boire afin de se ré-hydrater : vous devez insister, c’est pour leur bien.

D’ailleurs quand on parle de ré-hydratation, on parle d’eau et uniquement d’eau, pas de soda ou de boissons sucrées de manière générale.

 

Avez-vous des techniques ou des conseils supplémentaires ? Ou pourquoi pas des remèdes de grand-mères contre les coups de soleil ?

Ne dites Jamais ces 8 phrases à vos enfants

Dans une famille, quelque soit sa constitution, les enfants n’ont principalement en repère que leur(s) parent(s).
Ce sont donc nos parents qui nous permettent de démarrer dans la vie, ils sont la base de notre personnalité, ils posent les fondations de qui nous serons.
Dès notre plus jeune âge, c’est vers nos parents que nous nous tournons au moindre petit besoin.
Cette relation de « besoin » et de confiance, oblige les parents à avoir certaines responsabilités, notamment les responsabilités « verbales ».
Certains propos, certaines expressions, certaines phrases peuvent parfois blesser les enfants et leur nuire plus gravement que ce que l’on pourrait croire.
Sans penser à mal, des parents font parfois preuve de méchanceté, voir de violence verbale.

Mais, rien n’est perdu, si vous voulez mieux faire voici donc 8 phrases à ne pas dire à vos enfants.

1. Les grands garçons (ou filles) n’ont pas peur

Votre enfant, peut avoir diverses peurs, il peut s’agir d’une araignée, d’un papillon ou tout simplement de parler fort devant les autres…bref une peur et une peur ! Et il ne sait surement pas comment passer au dessus.

Croyez-vous sincèrement que votre enfant aura moins peur en lui disant de ne pas avoir peur ??

via GIPHY

Lorsque votre enfant est effrayé, en vous en informant de sa peur, il cherche à ce que vous le protégiez : il vous fait confiance, il compte sur vous.

Plutôt que de l’accabler, vous devriez plutôt l’aider à vaincre cette peur : « c’est normal d’avoir peur, moi aussi j’ai parfois peur, voici une technique qui t’aideras à aller mieux… »

2. Tu me déçois

Cette phrase est souvent en lien avec des difficultés de votre enfant.

Qu’elles soient scolaires ou extras-scolaires, les difficultés de votre enfants, ne doivent pas recevoir en retour votre frustration !

Lorsque votre enfant fait quelque chose de mal, ou lorsqu’il a du mal avec une tâche, il est préférable de l’accompagner vers la réussite, plutôt que de l’enfoncer de remarques non constructives.

Soyez plutôt à l’écoute de ses besoins : « Viens avec moi, discutons de ce qui ne va pas », « Ton travail n’était très bien fait, comment est-ce que je pourrais t’aider à mieux faire ? »

3. Arrête de pleurer

Pleurer est une manière pour votre enfant d’exprimer ses émotions : les enfants ne savent parfois exprimer leurs émotions que de cette manière, sans pouvoir les contrôler.

votre enfant triste pleure

Inutile donc de lui demander d’arrêter de pleurer, vous risquez de lui apprendre qu’avoir des émotions est mal et il apprendra à ne plus en avoir du tout !

Encore une fois soyez plutôt à son écoute : « Dis-moi ce qui te rend triste » , « c’est normal de pleurer, tu as fais une bêtise, ce n’était pas bien, c’est pour cela que tu t’es fais gronder »

4. Tu n’es pas assez bien (ou pas assez fort)

C’est le genre de phrase qui vous marque durant l’enfance.

Vous pensez booster les compétences et capacités de votre enfant en lui disant ça ? Vous avez tout faux !

Rappelez vous que vous êtes la personne en laquelle il a le plus confiance au monde : cette phrase ne peut être que blessante, voir humiliante pour votre enfant.

Confirmez lui qu’il a raison d’avoir confiance en vous et encouragez le à aller de l’avant : « Tu es vraiment fort (vraiment bien), mais ensemble on pourra faire encore mieux »

5. Tu es un méchant (mauvais) garçon (ou fille)

Votre enfant a fait une bêtise et vous voulez qu’il comprenne que vous êtes en colère et que ce qu’il a fait est mal, c’est normal.

votre enfant triste boude

Mais plutôt que lui faire comprendre que c’est lui qui est mauvais, guidez sa compréhension du problème sur sa mauvaise action, son mauvais comportement.

Ce n’est pas votre enfant qui est mauvais, c’est ce qu’il a fait.

« Ce que tu as fais était mal », « Ce n’est pas gentil de faire ça… »

6. Je fais tous pour toi et toi…

Votre rôle de parent est à la base de tout faire pour votre enfant, il ne vous doit rien en retour.

Votre enfant n’a pas choisi de naitre, il n’a pas choisi d’être votre enfant, alors pourquoi lui reprocher de tout faire pour lui ?

Cette phrase est donc à bannir définitivement de votre langage et si vous l’avez déjà dit, à ne plus JAMAIS énoncer cette phrase à votre enfant.

7. Tu ne vaux rien

Clairement, dire cette phrase à votre enfant tient presqu’uniquement de la méchanceté.

Lui faire comprendre que la personne pour laquelle il compte le plus, ne croit pas en lui, est une manière de détruire violemment son estime en lui-même.

A quel moment est-il possible de penser que cette phrase aura un effet positif ?

8. Tu es gros (grosse)

La société actuelle, déjà pleine de normes en tous genre, ne doit pas rendre la vie de votre enfant très facile.

Si vous avez un enfant gros (ou maigre ou autre d’ailleurs), il doit déjà s’en prendre pas mal à l’école par les autres enfant ou à l’extérieur en général avec le regard des autres.

Bref, il se sent certainement déjà catalogué dans telle ou telle case…lorsqu’il est avec vous, il devrait donc se sentir rassuré et en sécurité.

Alors, lui faire ce type de remarque, ne pourra qu’engendrer chez lui des troubles divers et variés (alimentaires notamment).

Si par exemple votre enfant est un peu gros, et que son poids vous parait « grave », proposez lui de participer à des activités physiques avec vous.

« Je vais faire une promenade, tu viens ? », « Viens on va jouer au ballon », « Qui est le plus rapide pour courir jusqu’à tel ou tel endroit ? », « Tu veux essayer la marche rapide avec moi ? »

Il est rare que les enfants ne soient pas disponibles lorsqu’il s’agit de s’amuser.

 

N’oubliez pas que dès son plus jeune âge, votre enfant a confiance en vous et attend de vous d’être protégé et d’être rassuré dans bien des situations.
Ne dites pas n’importe quelle phrase à votre enfant, vous pourriez lui faire bien plus mal que vous ne le pensez et lui laisser de mauvais souvenirs d’enfance.
Rappelez-vous que même s’ils ne vous doivent rien, vos enfants seront peut-être amenés un jour, à devoir prendre soin de vous quand vous ne pourrez plus le faire vous même : faites preuve d’amour, de patience et de tolérance envers vos enfants, ils en ont besoins.

10 habitudes qui font de vous de bons parents

« Suis-je un bon parent ? »

C’est la question que l’on se pose de plus en plus souvent ces dernières années, la société nous obligeant presque à être plus que parfait.

Lorsqu’on est jeune parent, on ne fait pas vraiment comment faire, on se demande régulièrement si l’on fait bien ou mal.

Pour le savoir, pas besoin d’aller faire une thérapie familiale, on peut considérer qu’en ayant ses 10 habitudes vous êtes un bon parent.

Inscrivez-vous sur AirNounou

Mais attention temporisons un peu…ce sont peut-être vos enfants qui ne sont pas de bons enfants 😉

1. Les bons parents, ne gardent pas toujours leur calme

Non, il faut absolument arrêter de croire que les meilleurs parents, sont ceux qui ne s’énervent jamais, qui ne se mettent pas en colère et qui ne grondent jamais leurs enfants : c’est faux.

Les enfants, par leur apprentissage de la vie en société ou tout simplement par leur trop-plein d’énergie peuvent parfois être très difficile à gérer.

Si vous perdez de temps en temps votre calme, et que vous grondez vos petits bouts, c’est tout à fait normal !

2. Les bons parents, ne se sentent pas meilleurs que les autres

Ne pas se sentir supérieur aux autres parents, fait déjà de vous un bon papa ou une bonne maman.

Ne pas vous sentir toujours à la hauteur, vous permet de vous poser les bonnes questions : « est-ce que j’ai fais le bon choix ? » ou « est-c’est bien pour mes enfants » sont des exemples de questions que vous vous posez régulièrement.

bon parents

3. Les bons parents, reconnaissent avoir parfois besoins d’aide

Les enfants ne naissent pas avec un manuel d’utilisation, et quelque soit le type de parent que nous somme, nous ne savons pas toujours comment nous y prendre.

Les bons parents passent par autant d’étapes de doutes que de certitude.

Il n’existe ni éducation type, ni réponse toute faite aux questions familiales : ça se saurait !

Parfois, on doit prendre un peu de recul et savoir demander de l’aide !

4. Les bons parents, comprennent les difficultés des autres parents

Être parent c’est aussi faire preuve d’empathie, donc comprendre le mal-être d’un parent en difficulté, même on ne les a jamais ressenti.

Qui n’a jamais vu un enfant faire une crise dans un magasin ou faire un caprice pour un oui ou pour un non ?

Le type de phrase : « si c’était le mien, j’aurais… » sont typiquement le genre de phrases que sorte les personnes qui se pensent supérieurs aux autres…mais qui n’ont pourtant aucune raison de sentir au dessus du lot.

bons parents

5. Les bons parents, ont souvent l’impression de ne pas faire comme il faut

Vous doutez souvent, vous vous posez souvent des questions ? C’est très bien.

Dans les sciences humaines, c’est souvent lorsqu’on pense avoir toutes les réponses que l’on se trompe sur toute la ligne.

Lorsqu’on se pose des questions, c’est qu’on est dans le doute, c’est qu’on est pas certain de bien faire et c’est très bien !

Faire grandir socialement un enfant, ce n’est pas un long fleuve tranquille et il faut sans cesse s’adapter et se renouveler.

6. Les bons parents, pensent toujours à leurs enfants avant de penser à eux-même

Ça parait une évidence, mais ce n’est pas le cas de tous…

bons parents

7. Les bons parents, s’autorisent parfois quelques gros mots

Ce n’est pas parce que vous arrivez à vous contenir en mode « coffre-fort » que êtes meilleur parent qu’un(e) autre !

Comme dit précédent vous avez le droit de vous lâcher (de temps en temps bien entendu).

Et de toute façon plus vos enfants grandirons et plus ils ont connaitront tout un rayon 😀

8. Les bons parents se couchent tard et se réveillent aussi la nuit

Comme vous êtes toujours disponible pour vos enfants, vous savez bien que vous allez parfois vous coucher tard (enfant qui a quelques frayeurs avant d’aller au lit, malade par exemple).

Vous savez également que vous ferez quelques nuits blanches, lorsqu’ils sont petits et qu’ils ne font pas leur nuit…et quand ils sont plus grands et qu’ils sortent tard avec leurs amis.

9. Les bons parents, sont parfois paresseux

Après avoir passé vos journées à penser à (et pour) vos enfants, on peut le comprendre non ?!

Vous devriez d’ailleurs prendre un peu de temps pour vous en vous accordant quelques sorties sans vos enfants.

Faites appel à une babysitter, et octroyez vous une pause parentale bien méritée !

bon parents

10. Les bons parents, ont du mal à se lever le matin (y compris le weekend)

Les longues nuits, les chamailleries etc…inutile de vous faire un dessin, il est parfaitement normal d’avoir envie d’une grasse mat de temps à autre !

Et vous, quel type de parent êtes-vous ?

Il n’y a ni de remède ou méthode miracle, pour prendre soin de ses enfants.

La société dans laquelle nous vivons, celle qui nous demande d’être toujours parfait dans tous les domaines, nous amène à nous poser parfois beaucoup trop de question.

La plupart des parents font bien entendu de leur mieux pour être de bon parents, même si dans l’absolue personne ne peut juger si les efforts de chacun son bons ou mauvais.

Cependant, ce qui est une certitude, c’est qu’être parent c’est difficile autant moralement que physiquement et n’attendez pas de remerciement

Tout ce qu’on peut vous conseiller c’est de faire de votre mieux, pour le bien de vos enfants, c’est tout ce qui compte !

Mamans : 10 conseils pour avoir bonne mine avant l’été !

Comme tous les ans, avant chaque été, on nous rabâche sans cesse, à quel point il est important d’avoir le ventre plat, les abdos en aciers ou encore un teint de pêche !

Mais après un ou plusieurs accouchements, la première idée qui nous vient à l’esprit n’est pas de maigrir avant l’été, alors sortez votre sens de l’humour détendons nous (hahaha).

Alors, chères mamans, suivez nos 10 superbes et innovants conseils pour être parfaites avant d’aller déambuler à la plage !

N’allez pas à la plage

Bah oui, qu’elle idée d’aller à la plage ? On y est (presque) obligé d’être encore plus parfaite que les filles en maillot de bain dans les pubs de produits amincissants.

Alors la meilleure idée qu’on puisse vous donner, c’est de ne pas aller à la plage : parfait pour maigrir avant l’été !

Partez en vacances à la montagne, faites un truc du genre Himalaya ou pôle nord, un endroit où il faut être couverte des orteils jusqu’au cheveux.

Comme ça plus obligé de maigrir et plus obligé de faire du sport voilà 😉

Prenez un traitement miracle

Prenez le Forskolin 250 il aide à réduire le stockage des graisses et revitalise le métabolisme. De plus, il vous permet de perdre les graisses inutiles de votre corps et augmente les graisses maigres de votre corps. Ce mélange d’herbe, favorise la production de cAMP. Cette molécule donne pour consigne à vos cellules d’augmenter la lipase, l’enzyme hormonal responsable de l’élimination des graisses (HSL).

Mangez des légumes…qui n’ont pas bon goût

Oui c’est bien connu, qui dit taille de guêpe, dit régime plein de légumes bien dégueu.

En moins de deux vous allez vous retrouver à manger des artichauts vapeurs sans sel et avec un verre d’eau : si avec ça vous ne perdez pas 40kg en 2 jours, vous m’en direz des nouvelles ! Le légume parfait pour maigrir avant l’été (bèèèèèk)

maigrir avant l'été

Portez des vêtements très larges

C’est logique, plus les vêtements sont moulant et plus il vous sera difficile de cacher vos rondeurs, alors habillez vous super large, mais tellement large, qu’on ne pourra pas savoir si vous êtes un homme ou une femme.

Comme ça pas besoin de maigrir avant l’été, vous fondrez AUTOMATIQUEMENT sous une chaleur caniculaire : comme un raisin sec !

maigrir avant l'étéEngagez Didier Deschamps pour faire du sport

L’autre astuce minceur, c’est de faire appel à un coach sportif.

Vous savez le mec gaulé comme un concombre et qui vous dit quoi faire de votre corps !

Sachant qu’il vous coutera dans les 70/80€ de l’heure…rien qu’en lisant ça vous avez déjà mentalement perdu 12 kg, n’est-ce pas ?

Engagez une fausse maman  ou une doublure

Quitte à être stratégique, autant y aller à fond ! Les actrices au ciné, ne font pas toujours elles même leurs cascades, alors pourquoi devriez-vous faire les vôtres ?

Engagez une doublure qui pourra épater toutes les autres mamans à la plage…mais évitez de vous faire griller par votre mari et vos enfants ça vaut mieux.

Partez en vacances d’été à l’automne

Bah franchement, il n’y a tellement peu de monde que tous les conseils précédents n’ont plus la moindre importance 😀

Demandez à votre copain photographe comment fonctionne photoshop

Comme ça, plus besoin de maigrir et le tour est joué…du moins en photo

Faites-vous poser des implants un peu partout

Ça coute un tout petit peu cher, mais bon, ça évite de se prendre la tête avec les artichauts…

Avouez-vous à vous même que vous n’en avez rien à faire

Clairement, non seulement vous gagnerez du temps, mais surtout vous économiserez de l’argent !

Alors pourquoi s’emmer*** avec des programmes minceur ?

Sinon assumez-vous comme vous êtes !

Blague à part, arrêtez de vous prendre la tête, avec des rondeurs ou non, des petites poitrines ou des trop grosses ou encore avec un bronzage pas assez parfait…on s’en fout !

Vivez, profitez de votre famille, de vos amis et de vos vacances en toute sérénité et arrêtez de vous la jouer top model en herbe…

Et vous quelles seraient les superbes conseils à proposer pour maigrir avant l’été ?