10 conseils pratiques pour apaiser les coliques d’un bébé

Votre bébé pleure beaucoup et ne se calme pas ? Il se tord dans tous les sens, sans trouver de répit et est inconsolable. Il souffre probablement de coliques, celles-ci sont fréquentes chez le nourrisson. Mais comment atténuer les coliques ? Comment calmer son bébé ? Que faire pour arrêter les coliques ? Voici nos conseils pour soulager et apaiser son bébé.

Avant toute chose, il faut bien ce que sont les coliques du nourrisson et bien comprendre comment soulager les coliques de votre enfant.

Combien de temps durent les coliques ?

Dans la plupart des cas, les coliques durent environ 3 à 4 mois. Cependant tous les nourrissons ne sont pas touchés de la même manière : certains ont des coliques durant quelques jours, quand d’autres sont touchés durant plusieurs mois. D’ailleurs, les coliques touchent les bébés qu’ils soient nourris au biberons ou allaités.

Comment apaiser les coliques de bébé ?

Lorsque vous nourrissez votre bébé, pensez à mettre en place une ambiance sereine, proposez lui environnement calme et apaisant. Si c’est le stress qui cause les coliques ont peut en déduire qu’un environnement adapté à bébé lui permettra de rester calme et apaisera potentiellement les coliques. Si bébé ingurgite de l’air durant le biberon, un moment dans un atmosphère calme lui permettra probablement de se nourrir paisiblement.

Voici nos 10 conseils pour apaiser les coliques de votre bébé :

1. Pour commencer, adoptez la bonne position pour nourrir votre bébé

C’est une illustration atypique, mais vous ferez plus rapidement le rapprochement. Lorsque vous remplissez une bouteille d’eau vous la placez à la verticale ? La bouteille se remplie naturellement, chassant l’air présent et le remplacement par de l’eau. N’est-ce pas ? Eh bien avec un bébé c’est pareil. À une différence prêt, c’est que lui aspire le lait du biberon. Pour diminuer les chances que votre bébé soit pris de coliques, essayez de le positionner à la verticale, plutôt qu’à l’horizontale. 

2. Placez une bouillotte sur le ventre de votre bébé

Lorsque bébé est ballonné la bouillotte est l’accessoire idéal pour l’apaiser. Pourquoi utiliser une bouillotte sur votre bébé pour apaiser les coliques ? Tout simplement parce que la chaleur calme bébé et aide à la détente des muscles. 

Il faut cependant faire attention à quelques points d’avant d’utiliser la bouillotte pour soulager bébé :

  • Ne chauffez pas trop la bouillotte 
  • Vérifiez la température sur votre poignée ou avant-bras 
  • Faites le choix d’une bouillotte adapté à la morphologie de votre bébé

3. Massez votre bébé

Avec le plus de douceur possible, massez délicatement le ventre de votre bébé. Commencez à partir du nombril et faites des petits cercles qui partent vers l’extérieur. 

Il n’est pas utile d’appuyer fort, le but est de soulager bébé et pas de lui faire mal. D’ailleurs, en plus de lui faire mal, appuyer trop pourrait causer des régurgitations.

4. Utilisez un biberon ou des tétines anti-coliques

De nombreuses marque proposent des biberons ou tétines anti-coliques, leurs fonctionnements sont relativement différents : certains biberons sont entièrement conçus pour être efficaces contre les coliques et d’autres se proposent une tétine différente et adaptée.

Dans la mesure où vous ne pouvez pas savoir à l’avance si votre bébé acceptera telle ou telle tétine et/ou biberon il faudra tester plusieurs solutions.

Parmi les solutions les plus connues vous pourrez trouver par exemple :

  • Le Easy Start de MAM 
  • Le Biberon anti-colique Philips Avent 
  • Le S Natural Difrax 
  • Le Tommee Tippee 
  • ou encore le Biboz de Béaba

Parmi cette sélection, certains biberons en plus d’être anti-coliques promettent également d’être anti-régurgitation. Cependant ne vous attendez pas à des résultats miraculeux.

5. Tentez de lui faire faire un rot à nouveau

On pense parfois à tort que lorsqu’un bébé est inconsolable qu’il a forcément des coliques. Parfois il s’agit simplement de gazes et de ballonnements. Essayez de lui faire nouvelle fois son rot. Selon le positionnement de bébé lors de la tété ou lorsqu’il prend son biberon, il ingurgite parfois de l’air. Tentez une nouvelle fois de le soulager d’un rot peut être la solution pour mettre fin à une crise supposée de coliques.

6. Maintenez le à la verticale pendant et APRÈS le biberon

Comme dit plus haut, la position de votre bébé est importante PENDANT la prise du biberon ou de la tété, mais aussi APRÈS. 

Positionner votre bébé à la verticale après le biberon vont l’aider avec ses coliques de deux manières 

  1. Cette position aidera bébé à faire son rot
  2. Le positionner à la verticale l’aidera à mieux digérer 

7. Essayez un lait SANS protéines de lait de vache

Si vous nourrissez votre enfant au biberon et que vous êtes sûr de parfaitement doser le lait en poudre, alors souffre peut être d’intolérance au lactose. Rapprochez de votre pédiatre car il est peut-être temps de passer au lait sans protéine de vache.

Diverses solutions sont envisageables pour éviter les protéines de lait de vache : le lait de riz, le lait de chèvre ou encore de jument. Attention, les prix peuvent être multipliés par 2 ou par 3 en fonction du lait que vous choisissez.

8. Tentez, l’enmaillotage, une technique de grand-mère

Si malgré toutes ces techniques, votre bébé n’est pas soulagé, on peut également supposer qu’il a besoin d’être rassuré. Prenez le dans vos bras et promenez vous avec lui. Autre possibilité : l’écharpe de portage ou encore le porte bébé. Ainsi il sera contre-vous et pourra se calmer en toute confiance. Dernière méthode, le « peau à peau »comme lorsque vous avez fait la connaissance de votre bébé, vous pouvez l’aider à se calmer en le posant au chaud sur vous, peau contre peau.

9. Pour diminuer les coliques, faites pédaler votre bébé

La technique du pédalo est également idéale pour soulager votre bébé. Pour ce faire allongez votre petit bout sur le dos, prenez chacune de ses petites chevilles dans les mains et repliez les vers son ventre sans forcer. Répétez ce mouvement environ quatre à cinq fois.

10. Si vous allaitez, allaitez plus longtemps 

Plus bébé tête longtemps et plus le lait maternel devient gras. Durant les premières minutes de la tété, le lait maternel contient davantage de lactose. Résultat, il se digère plus vite.

Lorsque la tété dure dans le temps, le lait devient donc plus gras et permet de mieux rassasier bébé. En conséquence, bébé tétera des quantités moindre, laissant ainsi le temps à son appareil digestif de bien assimiler le lait en produisant les enzymes nécessaires. Ainsi on réduit clairement les chances de coliques, mais aussi de gaz.

Des complications sont-elles possibles à cause des coliques ?

Les coliques chez le nourrisson, sont généralement bénignes et disparaissent d’elles-mêmes. Mais n’engendre pas spécialement de complications.

Cependant, si bébé est pris de vomissement ou de douleurs dont il est vraiment inconsolable, ou encore s’il a de la fièvre, il souffre probablement d’autre chose. Consultez donc rapidement un medecin, voir même les urgences.

Malgré tout ça, bébé souffre toujours de coliques

Si malgré toutes ces méthodes vous n’avez toujours aucun résultat pour soigner les coliques de votre bébé, vous pouvez également tenter l’homéopathie. Dans certains cas, vous pouvez même essayer les probiotiques, qui fourniront à bébé les bactéries qui l’aiderons à digérer.

Vous pouvez aussi consulter un ostéopathe spécialiser dans la prise en charge des bébé, mais ne prévoyez pas plus de 3 séances. Au delà, il faut mieux faire confiance au corps médical, car votre bébé souffre probablement d’autre chose.

Après la grossesse : comment faire passer le baby blues ?

La majorité des jeunes mamans manifestent un léger état dépressif entre le 3ème et 11ème jour après l’accouchement. Cet état appelé baby blues et peut durer entre 2 à 7 jours.

Les signes du baby blues

  • Des crises de larmes sans raison spéciale
  • Des sautes d’humeur
  • Une hypersensibilité aux critiques ou aux commentaires faits par l’entourage
  • Une irritabilité, anxiété sur son aptitude à pouvoir s’occuper de bébé
  • Des difficultés à se lier au nouveau-né
  • Des troubles du sommeil

Attention à ne pas confondre baby blues et dépression post-partum
Les signes de dépression post-partum sont proches du baby blues, mais le mal-être est bien plus profond et nécessite un vrai suivi psychologique (voir ce témoignage). Il peut durer sur plusieurs mois et survient généralement entre la 6ème semaine et les 12 mois suivant la naissance.

Les causes du baby blues

  • La fatigue, due au manque de sommeil.
  • Les hormones. Le taux de progestérone et d’œstrogène, qui possède un effet antidépresseur très élevé lors de la grossesse, devient quasiment nul dans les 3 jours qui suivent l’accouchement. Cette chute rapide fragilise psychiquement la jeune maman.
  • Les contraintes de ses nouvelles responsabilités.
  • L’incompréhension du nouveau-né. La peur de l’inconnu, de ne pas être une bonne mère pour s’occuper correctement de bébé.

Que faire contre le baby blues et mieux vivre cette période ?

  • Adaptez-vous au rythme de bébé en dormant en même temps que lui, le rangement et les lessives peuvent attendre, si vous pouvez prenez une aide à domicile pour les tâches ménagères ou vous faire aider par le papa et/ou l’entourage.
  • Évitez de rester enfermée avec bébé, vous allez vite étouffer. Rien ne vous empêche de sortir avec lui vous promener.
  • Demandez du soutien au papa et à l’entourage proche. Évitez de faire des reproches au père, complimentez-le à chaque fois qu’il s’occupe de bébé, qu’il vous soutient. Un papa qui sent ses efforts reconnus et appréciés aura envie d’en faire encore plus.
  • Habillez-vous et maquillez-vous tous les matins afin de conserver une bonne image de vous.
  • Essayez toujours de passer 1 à 2 heures par jour avec un autre adulte : invitez vos amies, votre famille… Parlez d’autre chose que du bébé.
  • Accordez-vous quelques heures chaque semaine rien que pour vous, faites-vous plaisir : shopping, coiffeur, massage, pratique d’un sport doux (natation, marche).
  • Programmez-vous une activité par jour : aller voir une amie, promener bébé en faisant les magasins (éviter les centres commerciaux les premiers mois car trop de bactéries pour bébé), et même mieux, sortir sans bébé.
  • Planifiez à l’avance 1 ou 2 sorties par mois avec votre conjoint en demandant à une nounou ou un proche de bloquer ces soirées dans le mois.
  • Favorisez le contact physique avec votre petit et expliquez-lui tendrement tout ce que vous éprouvez.
  • Si vous manquez de temps, il y a toujours des astuces pour en gagner, par exemple au lieu de perdre des heures chaque semaine à faire les courses en magasin commander sur internet et faites-vous livrer ou allez les chercher au drive (toutes les grandes surfaces proposent ce service et en plus au drive c’est le même prix qu’en magasin alors pourquoi s’en priver !).
  • Relativisez ! Beaucoup de femmes passent par là ! Personne n’est parfait, l’important est de faire au mieux.

Où trouver de l’aide pour gérer le baby blues ?

Allô Parents Bébé (écoute & conseils aux parents de la grossesse à 3 ans) : 0 800 00 3456 (numéro vert anonyme et gratuit).

Le baby blues : qu’est-ce que c’est ?

Avec l’arrivée de votre bébé vos émotions sont plus intenses. Vous pouvez passer du rire aux larmes très facilement. Vous êtes complètement chamboulée par les évènements et c’est tout à fait normal. Beaucoup de femmes sont touchées par le baby blues après laccouchement. Quels sont les symptômes ? Combien de temps cela peut durer ? Et surtout comment le surmonter ? Nous faisons le point pour mieux comprendre cet état d’esprit parfois méconnu par les mamans. 

Les symptômes du baby blues : 

Le baby blues apparaît en général 3 à 10 jours après l’accouchement. Cet épisode émotionnel mélange à la fois la joie, le bonheur, la peur et la solitude. Ce trouble vous emporte dans une petite déprime passagère. Les papas ne sont pas épargnés et peuvent eux aussi avoir ce sentiment. 

Pour les mamans ce phénomène est en partie causé par le changement physiologique (chute d’hormones, chute des progestatifs etc), le manque de sommeil et le stress. 

Voici les symptômes les plus fréquents du baby blues sont : 

  • Pleures réguliers sans raison 
  • Hypersensibilité 
  • Épuisement complet 
  • Irritabilité 
  • Vous avez l’impression de ne pas réussir dans votre nouveau rôle de maman 
  • Anxiété importante 
  • Vous vous repliez sur vous même et vous préférez rester chez vous 
  • Perte de l’appétit 
  • Vous sentez que vous n’allez pas bien 

Si vous ressentez plusieurs de ces symptômes, vous êtes susceptible de vivre un baby blues. Il n’y a pas de traitement pour “soigner” cet épisode de déprime passager. En revanche si vous ne ressentez pas d’améliorations ou si vous êtes complètement exténuée, parlez-en avec votre médecin.

Combien de temps dure le baby blues ? 

Rassurez vous le baby blues n’est que temporaire. Il dure rarement au delà de 10 jours environ. Ce n’est pas une maladie : il n’existe donc aucun traitement pour le soulager. Celui-ci disparaît petit à petit de lui même. En revanche on constate un pic plus intense entre le quatrième et cinquième jour après l’accouchement

Le baby blues ne touche que 10% des jeunes mamans. Parfois il ne dure que 2 à 3 jours chez certaines femmes. Que ce soit votre tout premier bébé, votre second ou bien votre troisième enfant : le baby blues est très variable. Chaque femme est différente et a un parcours bien à elle. Ne culpabilisez pas, vous n’y êtes pour rien.

Si malgré tout cet état perdure, consultez votre médecin car il pourrait s’agir d’une dépression post-natale. Au delà de deux semaines, vous pouvez demander conseil et demander un avis médical. 

Comment surmonter le baby blues ?

Vous pourrez surmonter le baby blues. Si vous êtes plusieurs femmes à le vivre, vous êtes aussi nombreuses à vous défaire de ce petit passage émotionnel. 

Pour cela vous aurez besoin de vous reposer. La fatigue est un facteur d’anxiété et de stress. Demandez de l’aide au papa et à votre entourage si besoin. Parlez autour de vous de votre mal être. N’ayez pas “honte”, vous n’êtes pas la seule à vivre un baby blues. Votre entourage ne se rendra peut-être pas compte de votre état, alors n’hésitez pas à le solliciter.

Prenez soin de vous

Sortez pour vous changer les idées, prenez un bain, mangez un plat qui vous fait plaisir. Il est important de trouver un peu de temps rien que pour vous. Vous avez le droit d’être maman et de souffler un peu quelques instants

Passez des moments agréables avec votre bébé

Faîtes une petite balade en plein air et prenez le temps de faire du peau à peau avec votre nouveau-né par exemple. 

Prenez conscience que vous vivez un baby blues

Ne dramatisez pas votre état. Maintenant que vous savez que ce passage n’est que temporaire, vous pouvez vous détendre. Ayez confiance en vous et tout finira par rentrer dans l’ordre. Partagez votre ressenti avec votre conjoint et votre entourage. Il pourront vous aider à vous sentir mieux. 

Faites intervenir une aide ménagère

Si votre conjoint peut difficilement vous aider, pensez à l’aide ménagère. Selon votre situation, vous pouvez obtenir un coût très faible de la prise en charge de l’aide ménagère. Cela vous aidera dans les premiers mois de vie de votre bébé. Et n’oubliez pas non plus, que vous pouvez obtenir un crédit d’impôt l’année suivante.

Alors, encore une fois respirez vous n’êtes pas seules !

Achats pour bébé : ce qu’il faut pour l’arrivée de bébé

Un peu avant de choisir le berceau qu’il faut pour votre bébé, il est important de vous focaliser sur les achats nécessaires pour accueillir votre bébé. Pour vous aider à faire cela, nous avons décidé de vous proposer une liste de naissance complète. Cette liste, vous aidera pour l’accueil de votre bébé durant le séjour à la maternité et même lors de son arrivée à la maison. Pour construire cette liste de naissance complète, nous avons faits appels à des professionnels de la petite enfance, avec notamment des puéricultrices et sage-femmes.

Pour la maison et en matériel de puériculture, il faudra :

  • Un lit à barreau ou un berceau adapté pour les 6 premiers mois de bébé
  • 2 à 3 draps d e rechanges pour le lit
  • Et 1 ou 2 alèses pour protéger le matelas.
  • 2 ou 3 gigoteuses, pensez également à prévoir les changements de saison et prenez des tailles correspondant à l’âge de l’enfant uniquement.
  • 4 ou 5 carrés de lange, grand format car ça peut servir pour l’emmaillotage.
  • Pour l’habillage: 6/7 pyjama taille 1 mois et 3 mois7 à 10 body taille 1 mois et 3 mois puis tu pourras en acheter en 6 mois et plus
  • Environ 5 pairs de chaussette 2/3 bonnet taille 0/6 mois
  • Et puis après tu peux lui choisir des tenues de journée, pantalons, tee shirt, gilets…

Les achats pour l’hygiène de bébé :

  • liniment oléo calcaire pour les urines,
  • savon doux (pour les selles, il faudra le mélanger à l’eau)
  • Ne prévoyez pas de coton tiges, les oreilles se lavent d’elles mêmes
  • Une crème pour les érythème (mais ce n’est pas obligatoire)
  • D’ailleurs si vous allaitez vous pouvez mettre du lait maternel sur le mamelon).

Dans cette liste de naissance, prévoyez un fort stock de :

  • carrés de coton large
  • couches taille 1 ou couche lavable (plus économique et meilleures pour la peau fine de bébé)
  • Boites de sérum physiologique
  • Compresses stériles (pour nettoyer le cordon de bébé pendant ses 15 premiers jours)

Pour le bain de votre bébé,

  • un matelas de change ou celui de la table à langer s’il est imperméable,
  • un savon doux bio de préférence (ça peut être le même que pour le change),
  • Si vous ne pouvez ou ne voulez pas vous encombrer d’une baignoire pour bébé. Vous pouvez faire l’acquisition d’un hamac pour votre salle de bain.
  • 2 serviettes de bain

Pour le transport

Pour les repas de bébé,

Si vous allaitez

  • Vous n’aurez besoin que de compresse mammaires au début
  • Au bout de quelques mois peut être aurez vous besoin d’un tire-lait mais ce pas obligatoire

Si vous donnez le biberon,

  • 6 biberons (verre ou plastique),
  • avec les tétines adaptées (pour les nouveaux-nés : débit 1)
  • Pas de stérilisateur, c’est complètement inutile…et on ne stérilise plus depuis 2005
  • Un goupillon pour nettoyer les biberons, certains biberons passent au lave vaisselle
  • De quoi faire sécher les biberons comme un arbre à biberons

Si vous souhaitez donner le biberon mais également le sein, c’est à dire l’allaitement mixte, quelques tétines premier âge peuvent être utiles. Attention, il y aura un grand risque de confusion sein et tétine.

Liste de naissance pour le séjour à la maternité,

Vous aurez besoin de :

  • 6 pyjamas,
  • 6 bodys,
  • 1 bonnet de naissance,
  • 1 gigoteuse,
  • 1 pair de moufles (selon la saison),
  • 2 pairs de chaussettes,
  • 2 ou 3 langes
  • Des bavoirs peuvent être utile pour la maternité et aussi pour la maison, prévoyez 6 ou 7 bavoirs

10 conseils utiles pour bien accueillir bébé à la maison

Véritable bouleversement, l’arrivée d’un nouveau-né change beaucoup de choses dans une vie, au niveau émotionnel, au niveau de la gestion du temps, du travail, de l’argent et de la maison. Alors, on ne peut que recommander aux jeunes parents en devenir de s’organiser avant et après l’accouchementnotamment avec la liste de naissance, pour que l’intégration du nouvel arrivant dans le foyer se passe le plus sereinement possible. Pour vous, parents stressés à l’idée d’accueillir bientôt un petit d’homme à la maison, voici 10 conseils pour vous faciliter la vie et vous permettre d’accueillir votre bébé sereinement.

1 – Les vêtements pour nouveau-né

Bon, on le sait, vous y aviez pensé. Du shopping pour bébé, c’est la première chose qu’on meurt d’envie de faire dès qu’on apprend qu’on attend un heureux événement. Mais il ne suffit pas de craquer sur tous les modèles mignons de vos magasins préférés : pensez pratique ! Il faut prévoir beaucoup de bodies et de pyjamas, adaptés à la saison à laquelle votre bébé pointera le bout de son nez, et de préférence avec une ouverture sur le devant. Pensez également à varier les tailles : un bébé, ça grandit vite, et le mieux est d’éviter de racheter de nouvelles tenues chaque semaine ! 

2 – Le matériel de première nécessité pour l’arrivée bébé

Couches taille naissance (et 1 mois) , lait hydratant, trousse de soins, babyphone, table à langer, lait en poudre, coussin d’allaitement… et la liste est encore longue ! Autant d’objets, de meubles et de produits dont vous n’aviez pas l’usage et qui vont devenir des essentiels de votre quotidien de jeune parent. Pour ne rien oublier et choisir correctement, renseignez-vous auprès des sage-femmes qui vous suivent, de vos proches avec plus d’expérience, ou auprès de gynécologues, puéricultrices ou encore dans des livres et/ou sur Internet. Vous trouverez forcement des listes de naissance pour accueillir votre jeune enfant.

3 – Les biberons pour nouveau-né: faites LES bons choix 

Si vous faites le choix de nourrir votre enfant au biberon dès la naissance, ou encore de tirer votre lait, alors prévoyez-en plusieurs tailles, et même plusieurs biberons par taille ! Lorsque les journées seront longues et compliquées, vous serez bien contents de ne pas avoir à laver votre biberon autant de fois qu’il y a de tétées dans une journée. En plastique ou en verre, c’est un choix qui vous revient. Cependant si vous choisissez les biberons plastiques, privilégiez ceux sont sans bisphénol A.

4 – La meilleure poussette pour l’arrivée de bébé dans un monde toujours en mouvement

Sur le choix de la poussette, il ne faut pas se louper. Vérifiez bien que la poussette sur laquelle vous jetterez votre dévolu soit aux normes de sécurité, soit maniable et pratique. On ne saurait que trop vous conseiller une poussette trio qui pourra suivre la croissance et l’évolution de votre enfant jusqu’à ses trois ans.

5 – Le couchage de votre bébé

Le choix du couchage pour un nouveau-né est un choix très personnel, qui revient à chaque couple de parents selon la façon dont ils souhaitent gérer le sommeil de bébé au tout début de sa vie. Berceau, lit à barreaux, babybox, cododo… à vous de voir ! En tout cas, notre conseil est de prévoir un couffin ou une autre solution qui vous permettra de déplacer votre bébé et de le garder près de vous dans toutes les pièces de la maison pendant qu’il dort.

6 – Les déplacements en voiture avec un nouveau-né

Prévoyez un siège-auto adapté à la morphologie de votre bébé et respectant les normes de sécurité pour vos trajets en voiture dès la sortie de la maternité. Pour tous vos déplacements, prévoyez aussi un sac à langer suffisamment grand et pratique pour avoir en permanence le nécessaire sur vous. Il peut aussi être utile d’acheter un lit parapluie si vous prévoyez de partir en vacances avec votre bébé.

7 – L’emploi du temps des nouveaux parents

Pour que l’arrivée de l’enfant se passe sereinement, discutez à l’avance de l’organisation de votre temps et de la répartition des tâches. Si nécessaire, pour vous soulager de temps en temps et si vous le pouvez, établissez un planning de garde entre vous, les grand-parents, les tontons, les tatas, les amis…

8 – Préparez aussi les aînés à accueillir le futur bébé

Point épineux de l’accueil d’un nouvel enfant, si vous n’en êtes pas à votre premier : préparer les grands ! Si dans certains cas, l’accueil se passe très bien, dans d’autres, ça peut être chaotique (au début, du moins). Pensez à parler à vos enfants de leur petit frère ou petite soeur, impliquez-les dans les préparatifs et prévenez-les des changements à venir.

9 – Tri, ménage et organisation

La dernière chose que vous aurez envie de faire en rentrant de la maternité, c’est du ménage. Profitez de vos premiers mois de grossesse, quand votre mobilité vous le permet encore, pour faire un gros tri dans vos placards, par exemple. Dans les dernières semaines avant l’accouchement, faîtes le ménage à fond pour être tranquille un moment. Pensez aussi à bien laver tous les vêtements de bébé une première fois et à préparer votre sac pour la maternité. Pas de panique, l’hôpital ou la clinique vous fournira une liste de choses à mettre dans le sac en question, qui doit être prêt pour un départ imprévu à tout moment…

10 – Le repos…pas de bébé, mais des parents

Le dernier, mais pas des moindres : reposez-vous ! L’accouchement peut être épuisant, et les premières semaines de votre nouvelle vie le seront aussi. Profitez du temps qu’il vous reste avant d’accoucher pour vous reposer. N’hésitez pas à accepter l’aide de vos proches pour vous soulager. Ce conseil est valable pour Maman comme pour Papa, qui devra assurer dès l’arrivée du nouveau-né.

Vous avez d’autres conseils ? Venez en parler sur notre page Facebook

La liste Maternité (liste pour papa incluse)

Votre ventre est bien arrondi et les préparatifs pour votre accouchement ont déjà bien avancés. Vous prenez conscience que vous allez bientôt mettre au monde votre enfant. Vous vous posez beaucoup de questions… parmi elles : Comment préparer l’arrivée de bébé ? Que dois-je mettre dans ma valise de maternité ? 

Nous vous avons préparé une liste de maternité que vous pouvez imprimer ! Retrouvez également nos conseils pratiques pour une préparation plus sereine ! Nous avions également proposé quelques conseils pour accueillir votre jeune bébé à la maison.

liste de maternite

1. La liste de maternité pour maman 

Pour commencer vous vous demandez peut-être à quel moment vous devez préparer votre valise ? Par expérience, je vous conseille de commencer au moins un à deux mois avant votre date prévu d’accouchement. Votre bébé étant considéré à terme dès 37 semaines d’aménorrhées, il est important d’être déjà prête à partir au cas où. De plus la dernière échographie de troisième trimestre indique une estimation du poids de votre bébé à sa naissance. Cette information va vous aider à choisir la taille des vêtements pour votre enfant.

Pour votre séjour : 

  • 4 chemises de nuit 
  • 4 leggings de grossesse
  • 1 gilet
  • 1 peignoir 
  • 4 paires de chaussettes
  • 1 paire de chaussons
  • 4 serviettes de toilette 
  • 2 tenues complètes (pour les visites et pour votre sortie)
  • Des serviettes hygiéniques
  • Des slips jetables
  • 3 Soutiens gorges (d’allaitement ou non)
  • Des mouchoirs en papier
  • Un sac à linge sale
  • 1 trousseau de toilette (dentifrice, shampoing, savon, crème hydratante, déodorant etc) 
  • 1 sèche cheveux si besoin
  • 1 petite trousse à maquillage 
  • 1 petite veilleuse 
  • 1 chargeur de téléphone
  • Prévoir de la monnaie 
  • Nécessaire pour allaitement (coussinets, crème, coussin etc) 

Ce qu’il vous faut pour le jour de votre accouchement :

  • 1 chemise de nuit à manche courte 
  • 1 paire de chaussette
  • 1 brumisateur 
  • 1 appareil photo 
  • Lingettes rafraîchissantes et désodorisantes
  • 1 balle anti-stresse pour vous détendre 

2. La liste pour bébé 

Pour préparer la valise de votre bébé choisissez une taille naissance ou bien une taille 1 mois. L’estimation du poids de votre bébé lors de votre 3ème échographie vous guidera dans votre choix. Sachez que la taille naissance sera portée très peu de temps. Je vous conseille donc de la limiter et de privilégier les vêtements 1 mois.

Pour le séjour de bébé : 

  • 6 pyjamas
  • 3 tenues complètes si vous le souhaitez
  • 3 brassières de laine
  • 1 paire de mouffles 
  • 6 bodies 
  • 2 bonnets de laine ou coton
  • 4 paires de chaussons ou chaussettes
  • 6 bavoirs
  • 2 sorties de bain
  • 2 turbulettes ou gigoteuses
  • 1 manteau ou nid d’ange selon la saison 
  • 1 doudou 
  • 1 tétine (facultatif)
  • 1 thermomètre de bain 
  • 1 paquet de couches
  • 1 trousse de toilette (facultatif selon les maternités) 

Pour bébé au moment de l’accouchement : 

  • 1 body 
  • 1 pyjama 
  • 1 brassière en laine ou coton 
  • 1 bonnet
  • 1 paire de chaussettes 
  • 1 gigoteuse ou turbulette 

Bon à savoir : cette liste peut évoluer selon votre maternité. Dans tous les cas, il est préférable d’en avoir plus que pas assez.

3. La liste des documents importants à emporter pour l’accouchement

Pour votre séjour à la maternité vous devez impérativement réunir divers documents. Cela vous évitera d’envoyer le papa courir à la dernière minute. N’oubliez pas, vous ne disposez que 5 jours pour effectuer la déclaration de naissance de votre enfant.

  • Votre dossier d’inscription à la maternité 
  • Votre dossier complet du suivi de votre grossesse 
  • Vos bilans sanguins et d’analyses  
  • Carte de groupe sanguin 
  • Carte vitale 
  • Carte de mutuelle 
  • Livret de Famille 
  • La reconnaissance anticipé de votre enfant (facultatif) 
  • Votre numéro allocataire CAF 
  • 1 stylo 

4. La liste de maternité pour papa

Et oui n’oublions pas le papa ! Le jour de l’accouchement est un jour unique dans une vie. Les émotions sont intenses. Difficile de réfléchir et de rester complètement serein dans ces circonstances… Alors pensez à préparer un petit coin de votre valise pour votre conjoint. 

Le kit de survie du papa : 

  • Quelques boissons 
  • De quoi grignoter (voir manger, si l’accouchement venait à durer)
  • De la lecture (une batterie externe pour son smartphone)
  • De quoi occuper et/ou prendre soin de maman
  • De la monnaie 
  • Des vitamines 
  • Des mouchoirs : au cas où papa est émotif 😉
  • Appareil photo et/ou caméra 
  • Une liste des choses à ne pas oublier 
  • Un petit cadeau pour papa ? Pourquoi pas !

Voilà, la liste de maternité n’a plus de secret pour vous ! Il ne vous reste plus qu’à préparer sereinement votre valise pour l’accouchement. Prenez le temps, imprimez notre liste de maternité et réunissez le nécessaire au fur et à mesure. N’hésitez pas à séparer les affaire. Préparez une valise pour vous puis une autre pour votre bébé. 

Une dernière astuce pratique pour le séjour à la maternité : préparez un trousseau pour vous et votre bébé. Il servira uniquement pour le jour de l’accouchement. Ainsi, vous n’aurez pas à transporter une valise de maternité, encombrante en salle d’accouchement le jour J !

Reflux gastro-œsophagien de bébé (RGO) : Le guide complet

Le reflux gastro oesophagien est très fréquent chez les nourrissons. En France 2/3 des bébés souffrent d’un RGO. Tous les bébés souffrent de reflux, qu’ils soient en allaitement ou au biberon. Il provoque les régurgitations de votre bébé. En diagnostiquant cette pathologie, vous soulagerez plus rapidement votre enfant. Pour mieux comprendre ce phénomène nous avons décidé de tout vous expliquer.

Premièrement vous découvrirez ce qu’est le reflux gastro-oesophagien du nourrisson. Nous parlerons des différents types de reflux. Quelles sont les causes de ce fléau ? Quels sont les symptômes ? Quels sont les examens pour le diagnostiquer ? Comment le traiter ? Quel lait prendre pour son bébé ? Pour finir, nous terminerons avec 15 astuces qui pourront soulager votre bébé de son RGO. Au passage, voici un aperçu du déroulement des premiers jours après l’accouchement.

Il est important de s’informer sur le sujet. Beaucoup de parents sont souvent démunis face aux pleurs inexpliqués de leur bébé. Le RGO sera peu-être une piste à explorer auprès de votre pédiatre.

Qu’est-ce qu’un reflux gastro-oesophagien de bébé ?

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une remontée du contenu gastrique dans l’oesophage. Cette remontée se produit de manière involontaire. Elle termine alors sa course dans la bouche et provoque les régurgitations. Le lait remonte de manière spontanée et sans effort. Contrairement au vomissement il n’y a pas de contractions musculaires ou abdominales. Que l’enfant soit nourrit au sein ou au lait artificiel le phénomène peut se produire.

Ces régurgitations apparaissent généralement avant les 3 mois de votre nourrisson. Elles se manifestent le plus souvent après le repas. Elles arrivent aussi lors de changements de positions. Ou lorsque l’abdomen est un peu compressé. Les fréquences peuvent varier et le volume peut être parfois très abondant.

Chez le nourrisson de moins d’un an ce phénomène est très fréquent. Dans la majorité des cas cela reste sans gravité. C’est en grandissant que votre bébé ne souffrira plus de ses remontées. Il arrive néanmoins qu’elles soient douloureuses et empêchent votre bébé de s’épanouir et parfois de prendre du poids.

Les différents types de reflux :

Un bébé peut avoir des régurgitations de “trop plein”. Ce phénomène est extrêmement courant. Mais le RGO est une pathologie bien plus compliquée que cela…

Nous pouvons classer le reflux gastro-œsophagien en plusieurs catégories bien distinctes :

  • Le RGO simple est le plus fréquent et n’est pas pathologique. Il est sans gravité. L’enfant guérit dès qu’il acquiert la position assise puis debout. Les nourrissons supportent sans difficulté ces régurgitations. Aucunes douleurs n’est provoquées et l’enfant conserve son appétit. Votre tout petit évolue normalement et poursuit sa croissance. Veillez à ce que votre bébé ne soit pas trop “bousculé” après chaque repas. Surtout évitez de le laisser en position allongé. Votre bébé préfèrera être légèrement incliné.
  • Le RGO compliqué d’oesophagite est beaucoup plus rare. C’est une pathologie. Les régurgitations sont acides. Elles provoquent alors une inflammation de la muqueuse de l’oesophage. Les symptômes sont très gênants et douloureux pour votre bébé. Vous pourrez remarquer du sang dans les régurgitations. Le bébé s’agite pendant ou après son biberon. Par conséquent une perte de poids est alors souvent associée. Un diagnostique doit rapidement être établi.
  • Le RGO interne est lui aussi relativement rare. En revanche, il est plus compliqué à diagnostiquer. En effet les bébé concernées pleurs énormément mais ne régurgitent pas systématiquement. On observe l’existence de “mâchonnement” de l’enfant. Les reflux remontent sans être expulsés par la bouche. L’acidité provoquée est très douloureuse. L’enfant est alors très tendu et peu souffrir du torticolis du nourrisson.

Quels sont les causes du RGO ?

Ces régurgitations sont provoquées par l’immaturité digestive des nourrissons. En effet le cardia des bébé est immature. Ce petit muscle situé à la jonction de l’estomac et de l’oesophage se relâche. Son rôle est d’empêcher au contenu de l’estomac de remonter. Étant immature les premiers mois de bébé, il ne parvient pas à jouer son rôle parfaitement . Mais rassurez-vous en grandissant le système digestif de votre bébé devient mature.

Par ailleurs l’estomac des nourrissons est encore très petit. A la naissance sa taille correspond à celle d’une noix ! Lorsque votre bébé boit son lait, il est très sollicité. Celui-ci est distendu après chaque repas. L’air absorbé au moment des repas peut également amplifier le phénomène. Par conséquent, cela peut provoquer un “trop plein” gastrique. Celui-ci favorisera alors les reflux.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes vont être différents en fonction du type de RGO. Si celui-ci est non pathologique alors votre enfant sera très peu gêné. Vous constaterez principalement les régurgitations classiques du nourrisson.

Le RGO pathologique d’oesophagite ou interne, est plus contraignant pour votre bébé. Les symptômes que l’on retrouve le plus souvent sont :

rgo bebe

Des régurgitations fréquentes souvent espacés des repas

  • Les régurgitations sont très présentes. Celles-ci sont gênantes et douloureuses pour votre bébé. Même deux heures après son repas il aura des reflux.

Un bébé qui a des difficultés à faire ses rots

  • Votre tout petit a des difficultés à faire ses rots. Après chaque repas ils ne sont pas systématiques. Ou bien il fait plusieurs rots par jour mais toujours espacé de ses repas. Votre enfant a également régulièrement le hoquet.

Un bébé agité pendant la prise de son repas

  • Lorsque votre bébé boit ses repas il est agité. Donner la tété ou le biberon est parfois compliqué. Il se tortille et pleur.

Votre bébé “mâchonne” régulièrement

  • Vous remarquerez que votre enfant “mâchonne” très souvent. Il à l’air régulièrement gêné et irritable. Parfois votre enfant peut pleurer très fort spontanément. L’acidité est très douloureuse.

Une accumulation d’air avalé

  • Votre bébé étant agité lors de ses repas est amené à avaler plus d’air. Les pleurs sont également un facteur qui favorisent l’absorption d’air. Votre enfant accumule donc plus de gaz. Les coliques sont alors très désagréable pour lui.

Un bébé qui mange moins (qui peut amener à une perte de poids)

  • Non seulement les repas sont difficiles mais en plus votre enfant mange moins. Sa courbe de croissance peut ralentir. Parfois les bébés perdent du poids.

Des troubles du sommeil

  • Le sommeil est difficile. Votre tout petit ne supporte pas la position allongé. Les remontés sont douloureuses dans cette position.

Des vomissements pouvant contenir des traces de sang

  • Les vomissements peuvent être constater. Votre enfants est très gêné par ses régurgitations. L’acidité est très irritante.

L’accentuation de problèmes ORL type bronchiolites, asthme, otites et rhino-pharyngites

  • L’acidité peut remonter au niveau du pharynx et provoquer ces infections ORL.

Une position anormale du bébé faisant penser à un torticolis

  • Votre enfant privilégie des positions droites. Ces postures peuvent être douloureuses et provoquer des torticolis. Votre bébé se raidit beaucoup pour essayer de se soulager.

Quelles peuvent être les conséquences pour votre bébé ?

Lorsque votre enfant réuni plusieurs de ces symptômes il faut rapidement consulter votre médecin. Le RGO peut entraîner d’autres complications. Rassurez-vous dans la majorité des cas, les régurgitations disparaissent vers les 6 mois de bébé.

Les rares complications constatés sont :

  • L’oesophagite c’est l’inflammation de la muqueuse de l’oesophage. L’acidité provoqué par les reflux endommage celle-ci.
  • L’endobrachyœsophage c’est l’apparition de tissus intestinaux sur les parois de la partie inférieure de l’œsophage. A long terme un rétrécissement de l’œsophage inférieur peut se produire et potentiellement évoluer en cancer.

Mais ne paniquons pas ces complications restent extrêmement rares. Seuls les RGO non traités et chroniques sont concernés.

Quels sont les examens pour diagnostiquer le RGO ?

En générale les symptômes relevés sont suffisant pour diagnostiquer le RGO. Cependant un gasto-pédiatre demander des examens supplémentaires.

  • Une PHmétrie: Une sonde munie d’une électrode est introduite dans le nez de bébé. Elle est positionnée en bas de son oesophage. Pendant 18 à 24 heures elle enregistre les variations du PH. Celui-ci devient acide lorsque du liquide gastrique remonte. Cet examen permet de mesurer la variation du PH et confirme l’existence des remontées.
  • Une œsogastroscopie: l’intérieur de l’œsophage et de l’estomac sont visualisés à l’aide d’un tube optique souple. Cet examen permet de voir les conséquences que provoquent les remontées. Il peut alors détecter la présence éventuelle d’une oesophagite.
  • D’autres examens plus rares sont envisageables : 
    • transit œsogastroduodénal (radiologie du tube digestif permettant de mettre en évidence une anomalie de forme du tube digestif),
    • manométrie œsophagienne (étude des pressions et de la motricité du bas de l’œsophage).

Quels traitements possibles pour soigner le reflux gastro-œsophagien?

Dans un premier temps votre médecin vous conseillera de donner à votre bébé un lait plus épaissi. Un lait enrichi en caroube ou en amidon. Le marché des laits infantiles s’adapte aux besoins des bébés. Vous retrouverez en grande surface ou en pharmacie plusieurs formules. N’hésitez pas à demander conseils auprès de votre pharmacien.

Si cette alternative ne suffit pas il existe des traitements médicamenteux. Votre médecin vous prescrira alors des médicaments qui protégerons les parois de l’oesophage de votre bébé. Cependant avant l’âge d’un an les médicaments possibles pour soulager votre enfant sont très limités.

Dans les cas les plus rares une intervention chirurgicale peut être envisagé.

Le RGO et l’allergie ou l’intolérance aux protéines de lait de vache :

L’APLV ou l’IPLV peut provoquer des régurgitations et pleurs de bébé. Il est donc important d’écarter cette pathologie. N’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Il vous demandera de tester un lait spécifique sans protéines de lait de vache (lait de riz par exemple). Une période de 2 à 4 semaines sera nécessaire. A l’issu de ce test, si vous ne constaté aucunes améliorations l’allergie pourra être écartée.

Quel lait pour soigner le RGO interne ?

Comme nous l’avons expliqué, il est préférable d’utiliser un lait épaissi pour les bébés qui ont beaucoup de régurgitations. Le lait épaissi sera plus adapté. Celui-ci remontera moins facilement. Demandez conseil auprès de votre médecin.

Il existe énormément de combinaisons de laits possibles. Votre médecin vous dirigera dans un premier temps vers un lait dit AR (anti-régurgitation). Il en existe chez plusieurs marques de lait infantiles. Les laits pour bébé sont souvent épaissi avec de la caroube ou bien de la fécule de maïs. La marque NOVALAC AR+ combine même les deuxAttention, certains bébés ne supportent pas la caroube. Elle peut parfois constiper ou bien donner la diarrhée à votre enfant. Une fois le lait adapté trouvé, vous devriez constater une amélioration des régurgitations. Cependant, il faudra compter plusieurs semaines avant d’entrevoir un véritable résultat.

reflux gastro oesophagien bebe

Voici 15 astuces qui soulageront votre bébé du RGO :

1. Choisir un lait AR

On le répète mais cette astuce est indispensable. Votre bébé a besoin d’un lait épaissi pour diminuer ses régurgitations.

2. Choisir un biberon adapté

De nos jours il existe une multitude de biberons ! Privilégiez ceux dit anti-coliques et anti-reflux. Ces biberons limites la déglutition d’air. Les repas seront plus facile pour votre enfant.

3. Sélectionnez des tétines adéquates

Son lait étant épaissi, il est important d’adapter les tétines. Sélectionnez celles qui sont également anti-coliques. Choisissez un débit qui doit être adapté au lait épaissi.

4. Surélevez le matelas de votre bébé

Il est vivement recommandé d’incliner le matelas de votre bébé. Une inclinaison de 10 à 15 ° permet d’éviter les remontés. Vous pouvez acheter des inclinateurs de lit. Vous avez aussi la possibilité d’installer avec précaution un petit coussin adapté sous le matelas de votre bébé ou un plan incliné.

5. Privilégiez des petits repas espacés

Il est important de privilégier des repas espacés. Si vous donnez trop régulièrement du lait à votre bébé celui-ci sera ballonné. Il est important que votre enfant digère au fur et à mesure évitant ainsi les régurgitations. N’hésitez pas à lui donner moins de quantités plus rapprochés si nécessaire.

6. Favorisez les rots réguliers

Prenez le temps de donner le repas de votre bébé. Pour son confort, il est bon de lui faire un rot au milieu de sa tété. Tentez à plusieurs reprise de l’aider pour le rot. Un rot peut en cacher un autre. C’est important d’éliminer l’air accumulée pour soulager l’estomac.

7. Maintenez votre enfant incliné 1h après le repas

Après le repas évitez d’allonger votre bébé. Il est nécessaire qu’il reste en position inclinée ou droite afin qu’il digère mieux. Cette position diminue les reflux et donc améliore son confort.

8. Nettoyez régulièrement le nez de bébé

Les remontés acides provoquent des glaires qui peuvent remonter. Votre bébé peut donc avoir le nez encombré. Pensez à nettoyer son nez avant les repas et au couché.

9. Evitez le tabagisme à la maison

On ne le répètera jamais assez : évitez la présence du tabac à la maison. Vous risqueriez d’encombrer les voies de votre bébé et d’amplifier le reflux gastro-œsophagien.

10. Veillez à ne pas trop serrer la couche

Et oui c’est une astuce toute simple anti-rgo ! Une couche trop serrée exerce une pression sur l’abdomen. On évite donc de gêner d’avantage l’estomac.

11. Pensez à changer votre bébé avant les repas

Non seulement on ne sert pas trop la couche mais en plus on pense à changer son bébé avant le repas. Cette astuce permet d’éviter de manipuler son bébé juste après un bon repas. Les manipulations accentuent les régurgitations. En conséquence, il vaut mieux les éviter une fois l’estomac rempli.

12. Faites preuve de patience

La patiente sera votre meilleure alliée. Un bébé souffrant de RGO est un bébé qui pleurs beaucoup. Ce n’est pas facile de gérer les pleurs réguliers. Demandez de l’aide à votre conjoint ou bien à votre famille. C’est indispensable d’être soutenue. Rassurez également votre bébé. Il a besoin de votre amour et d’ondes positives. Il souffre et ne sait pas comment soulager sa douleur

13. Privilégiez l’écharpe de portage

Vous l’aurez compris la position allongée ne convient pas à votre bébé qui souffre de RGO. Votre enfant a besoin de vous et d’être rassuré. C’est pourquoi l’écharpe de portage est une solution contre le reflux gastro-œsophagien. Vous pouvez installer votre bébé contre vous. Il sera en position droite et votre chaleur le bercera. Ce cocktail a un effet très apaisant pour votre tout petit. Elle limite les pleurs de votre enfant diminuant ainsi les coliques et reflux. Retrouvez notre article sur les 10 avantages du portage de bébé ici.

14. Consultez un ostéopathe

L’ostéopathe est connu pour soulager les coliques du nourrisson mais pas seulement. Il est recommandé de consulter celui-ci pour votre bébé après l’accouchement. En effet ce traumatisme provoque parfois de petites tensions sur votre bébé. L’ostéopathe à la capacité de les soulager. Il peut également soulager les reflux gastriques. Nous vous conseillons de prendre le temps pour le choisir. Il doit impérativement être apte à manipuler les nourrissons.

15. Pensez à l’homéopathie

L’homéopathie a bien des vertus ! Demandez conseils auprès d’un homéopathe en pharmacie. En fonction des symptômes il vous prescrira un traitement adapté au reflux gastro-œsophagien. Ces petites granules pourront être diluées dans un peu d’eau.

En conclusion

Nous espérons que cet article pourra vous aider à mieux comprendre le reflux gastro-oesophagien. Nous avons connu quelques régurgitations avec nos deux premiers enfants. Mais avec notre petit dernier nous avons découvert le RGO du nourrisson. C’est éprouvant en tant que parent. On est souvent désemparé et en plus épuisé. Mais avoir les bonnes informations, aide à appréhender les choses différemment. Dans tous les cas, notre meilleur conseil c’est de garder votre enfant près de vous la nuit. Il est indispensable de pouvoir le surveiller régulièrement.

Les régurgitations sont douloureuses et encombrantes, il faut toujours garder un oeil sur bébé. Gardez à l’esprit que le RGO est difficile tant pour bébé que pour les parents. Pensez à prendre l’air dès que possible.

10 phrases à ne pas dire à un enfant

Être parent est un vrai bonheur mais ce n’est pas tous les jours facile. Sous le coup de la fatigue, du manque de patience et de façon inconsciente, il y a des choses qu’on peut dire à notre enfant sans se rendre compte vraiment des conséquences…

10 phrases à ne pas dire à son enfant (ou essayer d’éviter !)

1- « Pourquoi tu n’arrives pas à aller sur le pot, Hugo est propre alors qu’il a le même âge que toi »

Comparer son enfant à un autre n’est pas une solution. On peut penser que ça le poussera à faire comme l’autre mais en réalité ça risque surtout de lui donner un sentiment d’infériorité et de le bloquer. Chaque enfant progresse à son rythme. Inutile de complexer son enfant parce qu’il n’arrive pas à faire certaines choses il a sûrement développé d’autre chose et celle-là viendra plus tard.

2- « Tu dois montrer l’exemple car tu es plus grand »

On entend souvent cette phrase absurde. Comment peut-on montrer l’exemple à 2, 3 ou 4 ans ?  L’exemple c’est aux parents de le montrer. Chaque enfant a le droit de profiter de son enfance, le droit de faire des bêtises ! Et mieux vaut en faire des petites petit, que des grosses plus grand… Pourquoi vouloir les faire grandir trop vite ? Ce n’est déjà pas facile d’avoir un petit frère ou une petite sœur qui vient de débarquer et monopolise l’attention et en plus il faudrait lui montrer l’exemple ? C’est trop de responsabilité pour un petit bout de chou.

3- « Arrête de me poser des questions ! »

Un enfant peut poser beaucoup de questions. C’est vrai qu’au bout de la 10ème d’affilée… Pas toujours facile de lui répondre patiemment. Ce qui est plutôt positif : il est curieux et s’éveille au monde qui l’entoure. Si l’on connait la réponse, autant lui répondre. Lorsqu’on n’a pas la réponse il ne faut pas hésiter à lui dire qu’on ne sait pas et que l’on en reparlera après avoir cherché plus tard.

Envoyer promener son enfant lorsqu’il nous pose une question, c’est lui montrer qu’on ne s’intéresse pas à lui. Le risque est de provoquer un manque de confiance par la suite. Notre rôle de parents est d’accompagner notre enfant le mieux possible pour qu’il s’épanouisse. Personne n’a dit que c’était facile, l’important est de faire de son mieux et d’être à son écoute !

4- « Tu n’y arriveras jamais »

Il est plus utile d’apprendre à son enfant de persévérer en essayant à nouveau que d’abandonner dès le 1er obstacle. C’est un apprentissage qui pourra lui être bénéfique pour toute sa vie !

5- « Tu dis n’importe quoi »

Au lieu de se moquer de bébé qui vient de dire « core baba », reformulez la question « tu veux encore de la banane ? ». Cela permet de vérifier ce qu’il demande et lui apprend à s’exprimer correctement. Le risque de ne pas reprendre bébé pas lorsqu’il prononce mal quelque chose est qu’il continue à le prononcer mal car il se fait comprendre ainsi, pourquoi faire plus d’effort pour prononcer correctement alors ?

6- « Ton papa est c** »

Critiquer le papa ou la maman avec qui on est en désaccord ou avec lequel on se sépare n’est pas une solution. Certes on ne peut pas toujours être d’accord mais mieux vaut en parler sans la présence de l’enfant qui n’a pas à arbitrer les disputes de ses parents. Inutile de lui demander de choisir son camp, il a autant besoin de son papa que de sa maman.

7- « Mange, c’est bon pour la santé ! »

Dire que c’est bon pour la santé à un jeune enfant c’est un peu comme lui avouer que ça n’a pas bon goût. En effet, pour beaucoup de nos petites têtes blondes, un aliment ne peut pas être bon pour la santé et bon gustativement en même temps, d’ailleurs certains adultes le pensent aussi… :-).

8- « On ira sur la lune quand les poules auront des dents !

À moins que votre fils s’appelle Einstein, il ne comprend pas l’ironie :-), donc il va prendre votre phrase au sens propre…

9- « Tu es méchant »

Bébé vient de nous tirer les cheveux et la première phrase qui sort c’est « tu es méchant ». Préférez plutôt « arrête de te comporter comme ça ». Ce qui ne veut pas dire pareil, c’est son comportement qui n’est pas bien et non sa personne qui es mauvaise.

10- « Et merde, putain »

Le risque, sans surprise c’est qu’il répète ! Pas toujours évident de ne pas dire de gros mots. Malgré nos efforts, ils nous échappent de temps en temps. On peut toujours essayer de les épeler (les enfants en bas âge ne comprendront pas la supercherie mais les enfants plus grands comprennent !)

Pour conclure

N’oubliez pas que certains gestes ou paroles anodines pour vous peuvent être mal interprétées par un enfant et perturber son bon développement.

Si vous sentez que vous ne vous y prenez pas toujours de la bonne façon avec lui et que cela se répercute sur son comportement, n’hésitez pas à faire appel à un coach parental ou autre spécialiste de la petite enfance pour vous aider. L’œil d’un professionnel vous permettra de prendre du recul et faire le point sur vos difficultés.

L’éveil musical pour les bébés et les enfants de 0 à 6 ans

Si la musique est connue pour adoucir les mœurs, son apport dans le développement et l’éveil du nourrisson est très grand. En effet, les parents ont un grand intérêt à investir dans l’éveil musical bébé afin d’initier leur bébé à la musique et leur faire profiter des bienfaits de ce langage naturel. En plus des jouets et des applications disponibles, le piano représente l’instrument idéal pour un cours d’initiation à la musique chez les tout-petits. Pour en savoir davantage sur le sujet, voici plus d’informations sur l’éveil musical au piano.

Présentation du concept de l’éveil musical

À partir de 6 mois, le bébé est sensible aux sons et aux bruits qui l’entourent. Si la musique est un langage naturel pour eux, les sons et rythmes qui l’entourent sont importants. L’éveil musical avec le piano est un moyen qui permet d’initier le bébé à la musique. Cela passe par des jeux de voix qui sont à la fois parlés et chantés, et par la manipulation d’objets sonores.

Grâce à la méthode Sola, vous pourrez assister à un éveil musical sur paris qui pourra débuter à partir de 5 mois. Il s’agira pour le bébé de découvrir le piano et de tenter de reproduire des sons pour y prendre goût avec le temps. Au fil du temps, le cours de piano pour le bébé s’approfondira avec des cours classiques, ce qui fera de votre enfant un vrai virtuose.

L’éveil musical du bébé à Paris

Si vous êtes situé en région parisienne, vous pourrez participer à un cours d’éveil musical pour bébé. Plusieurs ateliers sont disponibles dans lesquels votre enfant pourra découvrir le piano, l’Anglais et d’autres instruments comme le solfège. Seul ou en petit groupe, il participera à un apprentissage dynamique où il stimulera sa fibre musicale. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, des cours de piano pour bébé sont disponibles en live. Cette option est intéressante pour ceux qui sont loin de Paris et pour se prémunir de la crise de Covid-19.

Avantages de l’éveil musical pour votre bébé

Les scientifiques ont observé de nombreux bienfaits de l’éveil musical pour bébé. En effet, il a été observé que l’éveil musical facilite l’apprentissage musical chez l’enfant. Seul ou accompagné, il pourra être initié au piano en particulier et à la musique en général. Dès lors, il pourra facilement développer sa passion pour la musique et affiner ses goûts musicaux.

En grandissant, l’enfant qui a suivi des cours d’éveil musical bébé à Paris n’aura pas plus besoin d’un guide ou de ses parents pour choisir son instrument musical. Le moment venu, il pourra intégrer une école ou un conservatoire de musique sans grande difficulté. Qu’il soit destiné ou non à être un grand musicien, l’éveil musical permettra au bébé de développer ses sens, notamment l’ouïe, le toucher, la vue, etc. Ainsi, cela lui permettra d’acquérir très jeune, une sensibilité artistique et musicale très poussée.

En participant à un cours d’éveil musical pour bébé, votre enfant pourra faire connaissance avec d’autres enfants du même âge et participer à une activité commune. Il pourra de ce fait développer sa créativité, son autonomie et sa capacité de communication.

L’éveil musical pour être autonome et créatif

L’éveil par la musique telle que le piano ou la guitare par exemple, est une excellente méthode pour qu’un enfant puisse gagner en autonomie et apprendre des choses par lui même. Ce genre d’activité va lui permettre d’appréhender et de comprendre l’environnement qui l’entoure. Un enfant qui participe de manière fréquente à des ateliers d’éveil musical développera une grande sensibilité artistique, ce qui développera son sens de la créativité et peut être par chance lui donnera envie de jouer d’un instrument de musique par la suite.

Les objectifs d’un cours d’éveil musical

Le fait d’intégrer votre petit à un atelier d’éveil par la musique ne signifie pas qu’il deviendra forcément un grand musicien en grandissant. C’est principalement une question de satisfaire sa curiosité et son envie de développer ses sens et prendre conscience de son corps et développer progressivement sa proprioception et se mouvoir dans l’espace. Il ne s’agit pas d’une formation complexe. L’éveil musical est tout ce qu’il y a de ludique et d’agréable. Grâce à la stimulation intellectuelle et d’écoute que cela leur procure, les enfants et bébés ont la possibilité de de développer leur langage, c’est également pour cette raison qu’il existe des cours d’éveil musical bilingue anglais ou espagnole par exemple. De plus l’écoute de sons permet au petit de mieux comprendre et exprimer leurs émotions. En outre, il ne faut pas aussi oublier qu’un atelier d’éveil musical est propice aux échanges et à la socialisation des tout petit. Le fait de communiquer librement aide l’enfant à avoir plus de confiance en lui et à être en harmonie avec son intérieur.

Pourquoi votre enfant devrait-t-il dormir dans un lit Montessori ?

Pour commencer avez-vous déjà entendu parler de la méthode Montessori ? Cette méthode se caractérise par la promotion de l’autonomie et de l’indépendance de l’enfant, afin qu’il joue un rôle actif dans son apprentissage et puisse découvrir le monde librement. Pour y parvenir, il est nécessaire d’adapter de nombreux objets du quotidien à leur niveau de développement, l’un d’eux est le lit au sol !

Normalement, les parents ne prêtent pas beaucoup d’attention au choix du lit, au-delà des problèmes de sécurité. Cependant, le lit doit garantir un sommeil profond, indispensable à la croissance et au bien-être des enfants, en plus de leur donner une certaine liberté de mouvement, selon leur stade de développement.

Les avantages d’un lit au sol pour votre enfant

Chaque petit est différent, il est donc important de trouver le lit qui convient à votre personnalité et à vos besoins. Les lits inspirés des principes d’éducation Montessori sont proche du sol, de sorte que le matelas est pratiquement placé au niveau du sol. Ses avantages sont multiples par rapport aux lits classiques.

  • Ils stimulent l’autonomie et l’indépendance. Ces lits sont non seulement adaptés à la taille des enfants mais également à leur niveau de développement. Ils permettent à l’enfant d’acquérir une plus grande autonomie dès son plus jeune âge, lui permettant ainsi de découvrir plus facilement son environnement, puisqu’il peut monter et descendre quand bon lui semble. De plus, le fait de pouvoir s’allonger lorsque vous avez sommeil rend la prise de décision autonome plus facile.
  • Ils sont en sécurité. Puisque les lits Montessori sont pratiquement au niveau du sol, il n’y a aucune chance que votre tout-petit tombe et se blesse. De plus, en enlevant les barreaux typiques des berceaux, le risque que le bébé soit pris entre eux disparaît également.
  • Ils favorisent l’apprentissage. Les lits bébé limitent la liberté de mouvement des bébés, qui doivent y rester jusqu’à ce que les parents viennent les retirer. L’expérience d’être «enfermé» n’est généralement pas très agréable pour certains petits. Les lits Montessori, au contraire, leur donnent la liberté de se déplacer dans la pièce et de découvrir leur environnement, sans l’aide d’adultes, d’une manière qui encourage l’apprentissage autonome.

Un lit enfant évolutif

Les lits au sol Montessori étant conçus pour favoriser l’autonomie des enfants, leur design doit évoluer en fonction du stade de développement de l’enfant. En règle générale, il est recommandé de commencer à les utiliser à partir du quatrième mois de vie, bien que certains parents décident de les utiliser plus tôt, en recourant à un petit tapis qui aide le bébé à dormir pendant la journée.

Lorsque le bébé commencera à ramper, il pourra avoir son premier lit Montessori. En effet, c’est à ce stade qu’ils profiteront le plus d’avoir un lit au niveau du sol. Il existe des modèles qui ont une ouverture confortable d’un côté pour que le bébé puisse se coucher et se lever quand il le veut.

Lorsque l’enfant est capable de marcher librement et a un peu grandi, vous pouvez mettre un lit un peu plus haut, mais cela devrait toujours lui permettre de monter et descendre seul. Évidemment, à mesure qu’il grandit, le lit peut le faire aussi.

Le lit cabane au sol pour plus d’amusement !

Les parents qui choisissent un lit Montessori pour leurs enfants veulent aussi faire plaisir à leur loulou … C’est pourquoi les fabricants de lit pour enfant ont eu l’idée formidable de crée une vraie petite cabane au sol !

Avec un lit cabane Montessori, l’enfant dort au sol en toute sécurité entouré d’une armature en bois semblable à une cabane. Idéal pour jouer à Peter Pan ou pour apprendre à décorer son lit avec maman !

Quel est le meilleur endroit pour mettre le lit Montessori ?

Bien que chaque famille soit différente et que chaque maison soit organisée d’une certaine manière, nous pouvons vous donner quelques conseils ou de simples indications pour choisir l’emplacement du lit Montessori. Comme vous le verrez, toutes ces mesures sont destinées à assurer le confort de l’enfant. Faites attention !

·      Dès que le bébé commence à ramper, il est important qu’il y ait un espace latéral accessible où il puisse entrer et sortir du lit sans aucune complication.

·      Nous recommandons que l’emplacement du lit permette à notre enfant de voir toute la pièce.

·      S’il peut voir la porte quand il est couché, c’est mieux.

Ces trois conseils sont très simples, mais ils ont une grande influence sur le sentiment de confort et de sécurité que notre enfant éprouvera lorsqu’il sera au lit. Si nous les prenons en compte, nous garantissons que le lieu choisi sera le bon. Et bien sûr, lorsque l’enfant est plus âgé, nous pouvons lui demander où il aimerait placer son lit.

La réflexologie plantaire pour le bien-être des enfants

Issue de la médecine traditionnelle chinoise, la réflexologie est une méthode thérapeutique pratiquée depuis des milliers d’années. Il s’agit d’une technique manuelle et naturelle qui est axée sur l’autorégulation du corps humain à partir du massage du pied. Le but de la réflexologie est de favoriser le soulagement des troubles en agissant directement sur des zones réflexes. Cette thérapie n’est pas destinée seulement aux adultes. Les enfants peuvent aussi la mettre en pratique afin de plonger dans un profond bien-être au quotidien.

Une méthode permettant de soulager diverses tensions chez l’enfant

Si vous souhaitez que l’état de santé de votre enfant s’améliore, conviez-le à des séances de réflexologie plantaire. Par cette méthode thérapeutique, il est possible de soulager naturellement les tensions physiques et émotionnelles qui rendent la vie dure à votre bout de chou. Elle permet notamment de traiter les problèmes nerveux, les troubles du sommeil, les agitations, le manque de concentration, l’angoisse, les sentiments d’insécurité et les maux de ventre apparaissant chez l’enfant.

Le port de sandales spéciales pour un massage bienfaisant

À défaut de vous rendre chez un professionnel pour que votre enfant bénéficie de séances de réflexologie plantaire, vous pouvez lui offrir des sandales spéciales. Il s’agit de chaussures destinées à masser la plante des pieds grâce à des billes et des picots. Cela permet la stimulation des terminaisons nerveuses pour le soulagement des tensions. Avec une sandale de réflexologie pour enfant, la voûte plantaire est sollicitée pour dénouer les tensions musculaires en plus c’est ce qui est souligné dans l’un des articles sur bonjourmademoiselle.fr. En fonction des besoins de votre petit, il est possible que les chaussures soient configurées de sorte à agir sur une zone précise de la plante du pied. Dans tous les cas, les effets sont similaires à ceux d’une séance de massage chez un expert. 

Déroulement d’une séance de réflexologie pour l’enfant

La séance de réflexologie pour l’enfant se déroule comme celle de l’adulte, dans un cadre apaisant différent de la maison et de l’école. Et jenniferfontaine.fr en parle dans l’un de ses articles. Un entretien est nécessaire au préalable afin que le professionnel se fasse une idée des éventuels problèmes de santé du sujet. Votre enfant sera installé confortablement sur le dos. Ensuite, ses pieds seront nettoyés à l’aide d’un coton imbibé d’eau florale.

Le professionnel commence son travail en réalisant quelques mouvements de relaxation et passe sur certaines zones en exerçant un appui plus ou moins long. Le massage réalisé permet à l’enfant de profiter d’un moment de calme et de détente. 

En fonction de l’âge de votre môme et de sa situation particulière, la séance de réflexologie plantaire peut durer entre 30 et 40 minutes. Ce temps est suffisant pour créer un lien, expliquer à l’enfant comment se déroule le massage et le mettre dans d’excellentes conditions de confort. Si le petit est de bas âge, le parent qui l’accompagne peut rester à ses côtés durant la séance. À partir du massage réalisé, l’enfant passe par un vécu corporel qui le pousse à accorder une plus grande attention à lui-même et à se respecter. Aussi, cela participe activement à son ressenti. Par exemple, il saura ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas et ce qui lui procure du bien-être ou pas. Une séance de réflexologie pour l’enfant s’apparente à une nouvelle rencontre du tout-petit avec lui-même pour un éveil de sa conscience physique et une prise en compte de ses propres ressources afin de se relaxer idéalement.

Pourquoi offrir des chansons et livres personnalisés à vos enfants ?

Vous avez l’habitude de chanter des berceuses à votre enfant les soirs ? Vous avez pour coutume de lui dire de belles histoires avant qu’il ne s’endorme ? Nous vous proposons mieux. Dites-lui des histoires dans lesquelles le héros porte son nom. Chantez-lui des comptines dans lesquelles il ou elle entend son prénom et non un autre. Si vous êtes intéressé par cette innovation, vous devriez peut-être commencer par choisir des livres et CD personnalisés comme vos prochains cadeaux.

Offrir un livre personnalisé avec prénom : une bonne idée ?

Voir leurs enfants grandir en intelligence, c’est le souhait de tous les parents. Mais pour que cela soit une réalité, les conditions doivent s’y prêter. Passer une enfance qui le lui conditionne. Pour cela, rien de tel qu’un livre personnalisé. Ces livres occuperont toujours une part majeure dans l’éducation de vos adorables enfants. Si vous vous demandez pourquoi offrir un livre personnalisé à votre bambin, voici la réponse.

Pour un développement intellectuel et moral intégré

Lorsqu’ils sont adaptés à leur âge, les livres favorisent un développement intellectuel plus rapide chez les plus petits. En fait, si les adultes lisent pour se distraire, les enfants, eux, le font pour se construire. Et nous savons tous que les histoires dans la plupart des livres pour enfants finissent toujours par une morale.

C’est donc un moyen privilégié dont vous devriez vous servir consciemment pour transmettre à votre chérubin des connaissances, des principes et surtout des valeurs. Cela offre la possibilité aux enfants de s’identifier à des personnages et d’imbiber en eux leur caractère et identité intrinsèque.

Généralement, les histoires racontées dans ces livres pour enfants vont des classiques aux histoires spécialement conçues pour les nouvelles générations. Et dans le cas des livres personnalisés, ce sont des histoires encore plus enthousiasmantes.

Renforcer les liens parents-enfants

Il faut aussi remarquer que les livres personnalisés avec prénom peuvent aider à engendrer une certaine complicité entre parents et enfants. Papa ou maman lit et explique le livre personnalisé, l’enfant écoute. Le parent anime, le petit s’émerveille, il questionne, le parent répond, et vice versa. Et ainsi de suite.

Voilà comment d’une séance de lecture animée, peut s’ériger une plateforme de solidification des liens entre les parents et leurs enfants.

Au passage, si vous comptez offrir un livre personnalisé avec prénom à votre enfant, vous opterez de préférence pour un livre ludique et éducatif. Pour les premières lectures, il vaut mieux rester dans cette catégorie.

Renforcer la confiance et l’estime de soi

Imaginez-vous, offrant à votre enfant, un livre personnalisé avec prénom dans lequel le héros, c’est lui. Cela existe sur quelques rares plateformes, en l’occurrence sur la plateforme Les Enfants Roy.

Et cette innovation, vous devez en profiter. Ce sera sans doute pour vous une précieuse opportunité d’aider votre enfant à développer sa confiance et son estime en soi. Il devient son propre héros, ce qui n’est pas sans impact positif sur le plan psychologique.

Offrez des chansons personnalisées à vos enfants

En dehors du livre personnalisé enfant, vous pouvez aussi penser à la musique. C’est vrai qu’elle tient aussi lieu de divertissement. Toutefois, ses effets positifs sont tout aussi nombreux.

livres personnalisés

Accélérer l’apprentissage de la parole

Pour le junior, il n’y a pas de différence entre chanter faux et chanter vrai. La beauté de la mélodie suffira pour lui faire plaisir. Alors dans les chansons, on intègre des enseignements, des choses qu’il comprendra bien plus tard. L’enfant capte le message, très souvent de manière subconsciente. Il intègre l’information véhiculée, tout en profitant de la mélodie.

Il essayera d’imiter les paroles de ces chansons et découvrira ainsi les rudiments essentiels pour l’apprentissage du langage. Les chansons permettent d’apprendre plus simplement et plus rapidement des notions basiques telles que l’alphabet, les mois de l’année, les jours de la semaine, les cris ou les noms des différents animaux, etc.

Stimuler et renforcer la motricité

Il n’est pas rare de voir un enfant esquisser des pas de danse, souvent peu adroits, mais pleins de sincérité, à l’écoute de certaines comptines. Emporté par le rythme, il désirera tenter quelques pas de danse. Voilà comment, avec des chansons, la motricité est très tôt stimulée et encouragée.

Mais comme nous l’avons dit dans la section relative au livre enfant personnalisé, il est aussi possible d’offrir des chansons personnalisées à votre progéniture. Lorsque celle-ci est au nom de l’enfant, il aura l’impression qu’elle lui parle à lui particulièrement. Ainsi, la leçon véhiculée sera d’autant plus efficace.

Nous avons déjà vu des enfants s’étonner et s’émerveiller d’entendre leur nom en écoutant des CD personnalisés. Apprêtez-vous donc à entendre le vôtre scander « C’est moi !!! C’est moi !!! C’est moi !!! », quand il entendra son nom dans les chansons personnalisées que vous lui avez offertes. Et si votre enfant préfère plutôt se faire bercer avant d’aller faire dodo, vous lui rendrez service en lui offrant une chanson personnalisée.

En clair, avec ces types de cadeaux, vous offrez la chance à votre enfant de devenir le personnage central de ces chansons. Il aura du plaisir à écouter ces chansons et grandira avec une confiance en soi et une estime de soi particulière.

Et si vous optiez pour un pack livre-chanson ?

Vous vous demandez peut-être lequel il faudra choisir entre un livre personnalisé enfant et une chanson personnalisée. Sachez que vous n’êtes pas tenu d’effectuer un choix. Vous pouvez offrir ces deux cadeaux à votre enfant. Vous pouvez commander un pack livre-chanson avec le prénom de votre enfant. Ce choix ne vous reviendra pas particulièrement cher. En plus, votre ange mérite bien cet investissement.

Si vous choisissez cette option, nous tenons à vous notifier que vous devrez faire un choix dans une large gamme de produits. Puisque les chansons personnalisées rassemblent aussi bien les chansons classiques que les chansons modernes.

Vous aurez de même à faire votre choix dans une variété de styles musicaux et dans une large banque de mélodies. Dans chaque cas, le rythme et la mélodie sont adaptés à la tranche d’âge à laquelle appartient l’enfant. Rien n’est donc laissé au hasard. Tous les mots et expressions sont choisis avec minutie, pour toucher la sensibilité ou stimuler la curiosité des enfants.

Alors, quel choix faites-vous pour votre bout de chou ?

Une nounou ou une assistante-maternelle ?

Qu’est-ce qu’une nounou ?

Une nounou n’est pas une assistante-maternelle, en réalité son appellation officielle est : Auxiliaire parentale.

À la différence de l’assistante-maternelle agréée qui accueille un ou plusieurs enfants à son domicile, la nounou travaille chez les parents afin de garder l’enfant.

Cependant même si la nounou à domicile n’est pas une babysitter, elle peut intervenir pour des missions ponctuelles, permettant aux jeunes parents de souffler un peu, ou plus régulière comme une garde d’enfant quotidienne.

Une nounou peut parfois vous proposer des services supplémentaires, comme accompagner votre enfant la crèche ou à l’école, pour les plus grands par exemple, aider aux devoirs ou encore vous rendre d’autres services en lien avec votre enfant.

L’avantage principal de ce mode de garde est que votre jeune enfant, sera gardé dans un cadre qui lui est familier, c’est donc rassurant que ce soit pour vous ou pour lui, qui subit beaucoup moins de stress.

Quelles différences entre une nounou et une assistante-maternelle ?

Il y a une certaine confusion entre le mot “nounou” et “l’assistante-maternelle“, cela est dû au fait que les deux métiers se ressemblent sur certains points, mais ils sont cependant assez différents.

Le métier d’assistante-maternelle, descend du métier de nourrice, qui consistait à l’époque à nourrir en allaitant (et à garder) l’enfant d’une autre femme à son domicile en échange d’un salaire.

De nos jours, l’assistante-maternelle est désormais formée puis agréée par le Conseil Général de son département.

Cette professionnelle de la petite enfance a pour mission d’assister les parents en gardant leurs enfants à son propre domicile.

Celui-ci est adapté à l’accueil de jeunes enfants, d’ailleurs l’agrément est limitatif, en règle général l’assistante-maternelle garde de un à quatre enfants, selon leur âge et en fonction des critères de son département.

La nounou à domicile, n’est pas forcément agréée par son département, et comme son nom l’indique elle exerce son métier au domicile des parents.

En tant qu’auxiliaire parentale, la nounou à domicile va pouvoir se consacrer uniquement à votre enfant (ou vos enfants), c’est donc l’une des raisons qui explique la différence de tarifs entre l’assistante-maternelle et la nounou à domicile.

Une assistante maternelle (appelé à tort nounou agréée) a très souvent plusieurs parents-employeurs et ses tarifs libres varies parfois selon le temps de garde, ce qui implique d’ailleurs, qu’elle pourra être moins cher que la nounou à domicile.

Le revers de la médaille c’est qu’elle sera moins flexible.

Si vous devez choisir entre nounou ou assistante maternelle, pesez bien le pour et le contre, afin de savoir quelle solution vous convient le mieux.

Combien coûte une nounou à domicile ?

Une garde à domicile et une garde chez une professionnelle de la petite enfance n’ont pas tout à fait le même coût.

Même si le mode de garde est aujourd’hui libre, les prestations sociales et autres aide peuvent varier.

Vous trouverez plus d’informations sur le complément de libre choix du mode de garde ici.

Les nounous à domicile sont payées en fonction du smic horaire, c’est la raison pour laquelle ce mode de garde est généralement classé parmi les plus chers.

Cependant, les nounous à domicile peuvent être rémunérées sur les heures de présence responsable au 2/3 seulement.

La présence responsable, c’est le temps durant lequel la nounou s’occupe effectivement de l’enfant, on ne compte donc pas les moments où l’enfant fait la sieste et les autres moments où elle dispose d’un peu de temps libre.

Cela permet de diminuer un peu le coût de la garde.

Dans tous les cas, on vous déconseille fortement le travail non déclaré, qui ne sera très couteux en cas de soucis, voir d’accident de travail de votre employé dans votre domicile.

Dans quels cas devrait-on choisir une assistante-maternelle ?

Choisir entre garde à domicile ou nourrice agrée, est une question de besoins et de moyens.

Outre la garde à domicile, l’autre avantage d’une nounou est sa flexibilité, mais l’assistante maternelle n’est pas en reste.

Choisir entre garde à domicile ou nourrice agrée, est une question de besoins et de moyens.

Si vous souhaitez par exemple que votre enfant soit placé en petit groupe, pour démarrer l’apprentissage de la vie en communauté l’assistante maternelle sera un excellent choix.

En revanche, si vous préférez que votre enfant, conserve son rythme habituel dans un lieu qui lui est familier, privilégiez la garde à domicile.

AirNounou.com, vous met gratuitement en relation avec les professionnelles de la garde d’enfants.

Trouver une nounou à domicile n’est pas quelque chose de très difficile finalement, mais est-ce que c’est vraiment ce que vous recherchez ?

Comment trouver une nounou au top ?

Les nounous ont pour mission de prendre soin de vos enfants quand vous n’êtes pas chez vous.

Elles doivent pouvoir :

  • Suivre le rythme de vos enfants
  • Accompagner leurs développement personnel et leurs l’éveil
  • Fournir les soins d’hygiènes et d’habillage nécessaires à leurs bien-être

Mais au delà de ça, les nounous à domicile peuvent aussi :

  • Accompagner et/ou récupérer les enfants à la crèche ou à l’école
  • Accompagner lors des sorties extras scolaires
  • Les aider aux devoirs pour les plus grands
  • Surveiller les enfants durant leurs moments de présences à la maison

Dès l’instant où vous avez dans l’idée de trouver une nounou au top, il faudra dans ce cas établir des critères selon vos besoins.

Est-elle diplômé de la petite enfance ? Quels sera le salaire de la nounou ? Quel est votre budget ?  Habite-elle loin de chez vous ? Travaillera-t-elle uniquement pour vous ?

Tous ces choix de critères se feront en fonction de vos besoins et de vos attentes pour la garde vos enfants et détermineront ce que vous attendez d’une auxiliaire parentale.

Et vous quel choix faite vous entre nounou ou assistante maternelle ?

5 astuces pour occuper les enfants

Occuper les enfants demande tantôt de l’imagination, tantôt certains moyens. Nous allons vous aider dans votre quête d’idées pour occuper les enfants. Que faire pendant les vacances ou plus largement durant leur temps libre ? Nous vous proposerons les meilleures activités pour enfants possibles. Ce que nous vous proposerons c’est un article simple et accessible à tous.

Vous cherchez des idées d’activités pour les petits, ou encore comment occuper les plus grands ? Nous allons faire le tour du sujet et vous apporter les meilleures astuces.

Que vous soyez parent ou professionnel de la petite enfance, vous devriez trouver comment occuper vos enfants.

Vous êtes en vacances ? Voici quelques idées d’activités à la plage.

#1 Les activités pour les petits enfants

C’est une base importante à prendre en compte, il faut s’adapter en fonction de l’âge des enfants. Il est évident que toutes les activités ne sont pas adaptées à tous les enfants.

Pour les jeunes enfants, il faut privilégier les activités d’éveils et de motricité. Cependant gardez à l’esprit qu’au jeune âge l’attention d’un enfant ne dure que quelques minutes. Il passera très rapidement d’une chose à l’autre.

Voici quelques idées d’activités pour occuper les petits :

  • Sable magique
  • Course de pop-corn (chacun à l’aide d’une paille souffle afin que son pop-corn soit le 1er à la ligne d’arrivée)
  • Fabriquer de la pâte à modeler maison
  • Peintures
  • Origami pour enfant (ci-dessous un exemple en vidéo)

#2 Les activités pour les grands enfants

Les plus grands ont l’avantages de pouvoir se débrouiller plus facilement seuls. Vous pouvez donc prévoir des activités plus en adéquation avec leurs capacités et leurs envies. Nous vous proposons par exemple ici un tuto pour tipi d’enfant. Dans tous les cas, gardez toujours un oeil sur vos enfants.

Voici nos meilleurs idées pour occuper vos enfants :

  • Jouer à la marelle
  • Jeu de tir (règle : marquer une cible au sol et tenter de lancer un objet au coeur celle-ci)
  • Construire une tour de crayons (poser les crayons en forme de carré afin de construire plusieurs étages)
  • Jeu de cible mouillé (règle : dessiner une cible au mur ou au sol et tenter d’atteindre la cible avec une éponge mouillée)
  • Fabriquer des portes clés
  • Jeux d’eau (lorsqu’il fait chaud)

#3 Les idées d’activités pour les assistantes-maternelles ou les crèches

Les professionnelles de la petites enfants, ont l’avantage d’être généralement bien équipées. Les activités à faire avec les enfants seront donc plus ciblées et plus pédagogiques.

  • La peinture sensorielle (le principe est de peindre sur les visages ou sur les mains par exemple) (ps.pensez à acheter de la peinture à l’eau)
  • Le riz coloré
  • Le collage
  • Faire des dessins à craie au sol
  • Le jardinage, en plantant quelques graines, les enfants comprennent ainsi comment pousse une plante. Ils peuvent aussi d’occuper des plantes existantes.

#4 Les activités pas chers pour occuper les enfants

L’idée n’est pas de se ruiner en occupant les enfants. Pour ce faire nous ne pouvons que vous conseiller de faire preuve d’imagination.

Vous pouvez nos quelques idées d’activités pour les enfants de 1 à 10 ans qui ne vous couteront pas chers.

#5 L’autonomie des enfants

Accompagner les enfants durant leurs activités manuelles est très important. Cependant, quelque soit l’activité que vous proposez aux enfants, aidez vos enfants à être autonomes.

La balle de préhension Montessori

La balle de préhension Montessori est un jouet pédagogique fabriqué en tissu, dotée de 12 faces aux textures variées. Ses coussinets ont été conçus de manière à offrir une prise facile pour les petits doigts du bébé. Grâce à ses couleurs vives et les motifs qui y sont gravés, cette balle-puzzle est indiquée pour le développement de la préhension volontaire du bébé.

Pourquoi recourir à la balle de préhension ?

Plus qu’un jouet, la balle de préhension est avant tout un objet à finalité pédagogique et sensorielle destinée à aider votre tout-petit à développer sa motricité fine. En effet, en pressant la balle et en relâchant ses coussinets, le bébé fait travailler les petits muscles de ses mains, et plus précisément ceux situés au niveau de ses doigts et de ses poignets.

Cette balle lui permet également de développer d’autres capacités, notamment celles de concentration et de coordination entre les yeux et les mains.

Un bébé qui a joué avec une balle de préhension Montessori aura par exemple moins de difficultés à saisir un objet, le tenir fermement, le reposer doucement, etc. à partir de 6 mois. Arrivé à son 9e mois, le bébé pourra plus aisément avoir le contrôle de ses mains pour réaliser des tâches plus précises comme tenir sa cuillère lors de l’apprentissage de l’alimentation autonome.

Comment choisir une balle Montessori ?

Si vous désirez vous procurer une balle de préhension, vous avez le choix entre l’acheter dans un magasin spécialisé ou la fabriquer vous-même. Pour ce faire, vous pouvez par exemple consulter des vidéos tutoriels en ligne sur la fabrication de la balle de préhension Montessori. Vous y retrouverez tout le matériel nécessaire ainsi que des techniques simples pour réaliser ce type de balle ludo-éducative.

Quel que soit le choix que vous ferez, il est primordial que les matériaux qui composent cette balle soient solides et parfaitement sains pour l’enfant. Il peut facilement mettre le jouet dans sa bouche, donc, nous vous conseillons d’en choisir une conçue dans le respect des normes françaises (NF), ou européennes (CE).

Enfin, la taille de la balle doit être comprise entre 12 et 17 cm de diamètre.

À qui s’adresse la balle de préhension Montessori ?

De manière générale, la balle de préhension Montessori peut être donnée au tout-petit à partir de 4 mois. C’est en effet à partir de cette période que le bébé commence à saisir des objets, puis les passer d’une main à l’autre. Les creux et les bosses sur la balle éveilleront sa curiosité et donc, le pousseront à persévérer dans ses efforts. Plus l’enfant est stimulé par son jouet, plus ses capacités se développeront.

Certains parents n’hésitent pas à acheter la balle de préhension dès 2 mois. Dans ce cas, il serait plus judicieux de la suspendre à la manière d’un mobile ou aux pieds du bébé pour qu’il puisse taper dessus avec ses mains ou ses pieds. Plus tard, il pourra essayer de la décrocher ou de la tirer.

Comment et pourquoi apprendre l’autonomie à un enfant

Le développement de l’autonomie est capital dans l’évolution de l’enfant, et ce à tout âge. L’autonomie lui permet de gagner en confiance en lui, de prendre de l’assurance, d’avoir du contrôle sur les événements extérieurs de la vie, et, cerise sur le gâteau : développer l’autonomie de votre enfant peut aussi vous rendre service dans votre vie quotidienne.

Découvrez ici quelques astuces pour enclencher le développement de l’autonomie de votre bambin.

Encourager son enfant 

Motivez-le, dites-lui des paroles réconfortantes et engageantes comme « Vas-y, tu peux le faire, je sais que tu en es capable ». Rappelez-lui les moments où il a réussi quelque chose qui ne lui semblait pas possible, afin de lui donner confiance en lui, et de le pousser à affronter l’inconnu.

Mettre en place un contexte favorable

En utilisant des meubles à sa taille, des produits et des installations adaptés à la maison, vous pouvez inciter votre enfant à aider à mettre la table, à ranger ses vêtements, à commencer l’apprentissage de la toilette…

Installer une routine ou des tâches bien à lui

Une routine quotidienne sera excellente pour développer l’autonomie et la responsabilisation de votre enfant. Par exemple, déterminez qu’il doive gérer lui-même le soir de se mettre en pyjama, de se laver les mains et les dents. Cela améliore sa responsabilisation et augmente le développement de son autonomie.

Inciter l’enfant à faire des choix

Bien que c’est toujours vous qui devez imposer un cadre, vous pouvez laisser une certaine liberté de choix à votre enfant, par exemple sur les vêtements qu’il compte mettre, le dessert qu’il va prendre (dans le choix que vous lui proposez), le jour ou l’heure où il doit ranger sa chambre… Apprendre rapidement à faire des choix et en tirer les conséquences est un excellent moyen pour créer de l’autonomie.

L’autonomie à la maison, premier pas vers la sociabilisation

Ces quelques astuces faciles à mettre en place seront très efficaces pour le développement de l’autonomie de votre enfant. Il n’est jamais trop tôt pour commencer à s’y intéresser. De cette manière, vous vous assurez qu’il acquiert et développe plus facilement l’autonomie en crèche ou chez l’assistante maternelle et l’autonomie en maternelle, et vive ainsi plus facilement ses premières séparations du cocon familial.

Ça devrait vous intéresser

Le matelas durant la grossesse

Avoir un bébé est le rêve de toutes les femmes. C’est vraiment le moment le plus agréable d’entendre qu’il y a un tout petit être dans notre ventre. Toutefois, vivre la période de la grossesse n’est pas du tout facile. Certaines futures mamans ne supportent pas les douleurs et les répercussions physiques durant les neuf mois. La grossesse change tout et il se peut que vous soyez déstabilisée à cause de tous ces désagréments. Dès votre première semaine, votre corps subit déjà diverses transformations. Au fil des temps, vous vous sentirez plus fatiguée. Et surtout, votre sommeil deviendra plus léger mois par mois vu que le ventre prend plus de volume. De ce fait, il est vivement conseillé de chercher des moyens pratiques pour atténuer tous ces embêtements. Commencez par le choix des accessoires de literie. Offrez-vous le meilleur confort.

L’importance du sommeil durant la grossesse

Outre les douleurs physiques, le sommeil variera aussi en fonction des périodes que vous viviez. Entre autres, durant les premiers mois, vous aurez toujours de grosses envies de dormir à cause du taux de progestérone. Ce dernier est une hormone femelle qui aide à régler votre cycle reproducteur. Par contre, à partir du troisième trimestre, le sommeil pourra être perturbé. Votre ventre grossit et vos hormones préparent votre corps à l’accouchement. C’est pourquoi vous n’arrivez pas à trouver la position confortable lorsque vous vous reposiez. Pourtant, une nuit réparatrice est primordiale avant la naissance de votre bout de chou. Il affecte votre santé et surtout celle de votre enfant. L’insomnie pourra créer diverses complications lors de l’accouchement. Le système immunitaire se déstabilisera, ce qui impliquera le développement anormal du fœtus. D’ailleurs, les manques de sommeil engendrent des douleurs violentes du corps et provoquent une surproduction de cytokines. Il est essentiel donc de prendre en compte tous les critères nécessaires pour jouir d’une nuit apaisante.

Les bienfaits du matelas pour une femme enceinte

Envie de dormir tranquillement pendant la grossesse ? Choisissez un matelas de qualité. Votre corps subit divers désagréments en raison des changements lorsque vous êtes enceinte. Il a besoin de se reposer et reprendre une nouvelle force. Offrez-lui une bonne commodité pour assurer votre santé et celle de votre petit. Privilégiez-vous d’une meilleure pièce de literie. Le matelas est par exemple conçu pour permettre un alignement correct à votre posture. À partir du deuxième semestre, votre poids augmentera petit à petit. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir un soutien musculature dorsale. D’ailleurs, le matelas garantit le bon fonctionnement de votre respiration et votre circulation sanguine. Dans ce cas, prenez bien en compte la sélection du matelas pour vivre un moment agréable pendant la grossesse.

Comment choisir le matelas d’une femme enceinte ?

La taille est un des principaux critères avant l’acquisition d’un matelas. Optez pour une dimension correspondante à votre morphologie. En général, les médecins recommandent souvent les tailles situées entre 140×190 cm et 160×200 cm. Définissez aussi vos habitudes de couchage. Adaptez le matelas à vos positions pendant la nuit. Si vous avez un sommeil plutôt agité, privilégiez un modèle plus grand. Ceci vous permet de gagner un espace supplémentaire. Si on parle de l’épaisseur, sachez que la bonne dimension variera entre 14 et 25 cm. Un matelas trop épais ni moins épais ne procure aucun confort. Ensuite, pour le garnissage, sélectionnez les matières plus souples et douces. Vous bénéficierez de plus de commodité lorsque vous bougez. D’autre part, les éléments naturels comme le coton, le lin ou la laine évitent les points de pression nuisibles à la circulation du sang. Ils vous aideront également à minimiser vos risques d’allergie et garantiront un soutien optimal à votre corps

Sommeil de l’enfant : trois conseils pour vous aider

Un bon sommeil chez le tout petit, c’est faire bénéficier grâce au sommeil de l’enfant d’énormément de bienfaits pour sa santé tant physique que mentale. Dès sa naissance, bien dormir, et bénéficier du bon temps de sommeil selon son âge augmentera son bien-être. Lorsqu’il s’agit d’un bébé, ne vous attendez pas à ce qu’il fasse ses nuits trop tôt. Qu’il s’agisse de la sieste, ou de la nuit, découvrez ici trois conseils pour aider l’enfant à bien dormir.

Ces conseils sont aussi valables si l’enfant dort hors de chez lui, notamment à la crèche : d’ailleurs Dodonaturel nous explique quel matelas dans la crèche de son enfant choisir.

Vous souhaitez faire garder vos enfants ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et contactez les babysitters gratuitement

1. Instaurez une routine ou un rituel

Pour le confort du sommeil de l’enfant, il n’y a pas mieux qu’un rituel, vous accompagnerez ainsi votre bout de choux dans une certaine routine très positive pour lui.

Pour mettre en place un rituel vous pouvez par exemple :

  • Préparez le moment de l’endormissement
  • Mettez une berceuse douce au moment de la sieste ou de la nuit
  • Eviter de stimuler bébé avant l’instant T 
  • Gardez la sucette et le doudou à proximité au cas où (comme la peluche cheval par exemple)
  • Prenez le temps de le coucher, il doit comprendre que le moment de l’endormissement est un moment agréable.
  • Le rythme c’est bébé qui le donne, pas les parents : il n’a aucune idée de ce que sont le jour et la nuit,

Ainsi, son stress sera diminué et vous pourrez plus facilement le laisser dormir paisiblement.

2. Créez un environnement sain et apaisant

Pour accompagner les rituels, il faut aussi créer un environnement sain et apaisant pour aider un bébé à mieux dormir.

Pour aider le sommeil de l’enfant , vous pouvez par exemple :

  • Diminuer la luminosité, vous pouvez par exemple tamiser la lumière, fermer les volets par exemple.
  • Augmenter la température en hiver, ou la diminuer en été

D’ailleurs, une sieste complète c’est un sommeil également réparateur, surtout lorsque bébé ne fait pas ses nuits.

Un atmosphère propice au sommeil de l’enfant, c’est une atmosphère où votre enfant pourra sereinement se reposer.

3. Respectez le rythme du sommeil de l’enfant

Un rythme de sommeil régulier est essentiel pour le développement de l’enfant.

Il est donc contreproductif de forcer un enfant à dormir plus qu’il n’en faut, surtout lorsqu’il n’est pas spécialement fatigué.

Le temps de sommeil n’est pas le même d’un enfant à l’autre. Parfois nous n’avons pas le choix, nous devons adapter notre style de vie au rythme de l’enfant. Ca fait partie du jeu.

Si cependant, vous n’avez pas le choix, grâce au rituel, l’enfant saura d’instincts, qu’il est bientôt temps d’aller dormir. Et donc s’y préparera.

A quel âge arrêter la tétine ?

La succion est un réflexe vital, arrêter la tétine, est donc un sujet par lequel chaque parent passe un jour. Ce reflex qui permet au départ à l’enfant de s’alimenter, perdure souvent bien après la diversification. Le plaisir de la succion est engendré par la sécrétion d’une hormone de plaisir, c’est l’endorphine.

Ce plaisir devient de plus en plus psychologique au cours du temps. La tétine permet à certains enfants de s’apaiser en l’absence de leurs parents, notamment au moment de l’endormissement de bébé. Mais à quel âge arrêter la tétine ?

Age idéal pour arrêter la tétine

Les petits enfants tètent non seulement pour s’alimenter, mais aussi pour se rassurer et pour trouver la chaleur et la douceur maternelle.  Beaucoup de petits de 3 à 4 ans ont du mal à arrêter la tétine. Mettre fin à cette habitude est parfois un processus compliqué surtout pour les enfants de plus de 3 ans qui trouvent dans la tétine un effet réconfortant et rassurant.

Bien qu’il n’existe pas un âge précis pour arrêter la tétine, il est nécessaire d’habituer son enfant à s’en débarrasser à partir de 2 ans. A cet âge, l’enfant découvre le monde qui lui entoure et essaye progressivement de maitriser certaines activités.

En aidant votre enfant progressivement à s’intéresser aux jeux et aux enfants de son âge, vous serez capable de le séparer de sa tétine.

Comment aider son enfant à arrêter la tétine ?

Pour réussir à aider votre enfant à se séparer de sa tétine vous devez respecter son rythme de vie et surtout y aller progressivement tout en évitant un sevrage brutal.

Une fois votre enfant commence à obéir vos règles, félicitez et encouragez le pour ses bons comportements. Il est toujours nécessaire de bien équilibrer ses critiques et ses remarques positives. Il faut donc encourager et récompenser votre enfant même pour le moindre effort pour qu’il puisse arrêter la tétine.

Souvenez-vous toujours qu’au-delà de 4 ans, la tétine peut entrainer des problèmes de dentition, des problèmes morphologiques au niveau de la bouche et même des problèmes de prononciation.

Vous souhaitez aller plus loin ? Voici notre sélection de livres à moins de 10€ pour arrêter la tétine

Le lit Montessori, un couchage au sol idéal pour les enfants

Cela fait plusieurs années maintenant que s’est développé le concept du lit au sol. Le connaissez-vous ?

Le principe du lit Montessori consiste à disposer simplement un matelas à même le sol. Cette disposition favorise l’apprentissage de l’enfant. En plus des nombreux avantages qu’il leur offre, il est parfaitement adapté pour les bébés !

Ce nouveau phénomène de couchage est aujourd’hui très pratiqué de tous les parents soucieux du bien-être et de l’épanouissement de leurs petits. Alors pourquoi autant d’engouement autour de ce nouveau mode de couchage ? Et Quels sont ses avantages ? C’est que nous allons découvrir.

Offrez plus de liberté et d’autonomie au bambin avec un lit Montessori

Faire le choix d’un lit au sol pour votre enfant est un excellent moyen de le laisser vivre en liberté, de grandir en s’épanouissant, en découvrant paisiblement le monde tout en s’amusant. Ces lits favorisent l’autonomie de vos enfants. Il contribue à développer leur confiance en soi.

lit Montessori airnounou

Avec un lit Montessori, votre enfant pourra se passer de votre aide pour se coucher ou pour sortir de son lit. Il pourra alors quitter paisiblement son coin douillet et jouer dans tous les recoins de la chambre.

Le lit Montessori quel âge pour un bébé ?

Vous vous demandez sans doute s’il est convenable de faire coucher un bébé en toute tranquillité sur un lit Montessori ? Sachez que cela est tout à fait possible. Mais vous devez tenir compte des capacités motrices de votre enfant.

lit Montessori bébé dort airnounou

Il ne faut prendre aucun risque quant à la sécurité de votre bébé. C’est pourquoi nous vous recommandons de commencer à coucher votre enfant sur un lit cabane lorsqu’il atteint l’âge de 6 ou 9 mois. À partir de cet âge, il peut plus aisément se déplacer et se mouvoir dans son lit pour éviter les positions inconfortables.

Il est donc essentiel de penser à adapter toute la chambre pour le bambin lorsqu’il sera grand et capable de se balader tout seul.

Mettre une barrière de sécurité devant la porte, éviter de laisser trainer des objets au sol ou en hauteur, sont autant de mesures qui vous éloignent des incidents. Il faut être prudent car à cet âge, votre enfant est habité par la curiosité de découvrir son monde.

Un lit Montessori cabane accessible et adapté

Dans le but d’émerveiller les enfants, certains concepteurs ont réussi à mixer les concepts du lit au sol et du lit cabane. Ceux-ci sont donc de véritable cabane au sol pour s’endormir paisiblement. Un coup de cœur pour les parents et l’émerveillement assuré pour les enfants.

lit Montessori airnounou

Au contraire du couchage traditionnel, les lits cabane au sol sont adaptés pour les plus petits. Leur sécurité est garantie grâce à une barrière efficace. Bien entendu le matelas du bambin est à terre et évite à coup sûr une chute qui peut lui faire mal. Finis les bobos et les douleurs qu’occasionnent celle-ci.

Les enfants pourront profiter de la liberté de se retourner à leur gré et sans aucune crainte sur leur lit. Même si le concept vise les plus petits, il n’en reste pas moins convenable pour les plus grand. Tous prendront du plaisir avec un lit cabane au sol. Le lit cabane Montessori allie judicieusement confort et espace de jeux pour enfants. Laissez-vous tenter par le lit cabane pour enfant.

Plusieurs modèles pour un lit au sol

Il existe plusieurs modèles de lit au sol. Vous avez le choix entre un lit Montessori classique, un lit au sol avec cabane et le lit tipi. Si votre choix se porte sur un lit au sol cabane, veillez à avoir une hauteur sous-plafond en mesure de l’accueillir. On retrouve différentes tailles pour ce type de lit. Faites donc votre choix compte tenu de l’âge de votre petit loulou et de la taille de la chambre qui l’accueillera. Le matelas Montessori lui doit être très confortable pour votre bébé et être adapté aux dimensions de lit.