Actus

Choisir un bon matelas pour son bien-être durant sa grossesse

Le choix d’un matelas compte parmi les étapes incontournables pour dormir confortablement. D’ailleurs, cet accessoire contribue dans l’épanouissement pendant la grossesse, puisqu’il aide à lutter contre les insomnies. Sachez que bien dormir permet d’atténuer les problèmes liés aux changements du corps de la femme enceinte. Cette dernière subira quelques transformations jusqu’à la naissance de son bébé. Afin d’assurer le bien-être durant la conception d’un enfant, découvrez ci-après quelques conseils à prendre en compte.

Quelques astuces à tenir compte pour bien dormir pendant sa grossesse

Au cours de sa gravidité, la future maman doit faire très attention à son sommeil. Elle a besoin de dormir suffisamment pour emmagasiner plus d’énergies même dans la journée. La femme enceinte doit adopter cette habitude pour le bien-être de son bébé, mais surtout pour sa santé. Un bon sommeil permet également de lutter contre la fatigue, ainsi que de renforcer le système de défense naturelle. Pour commencer, la dame peut s’offrir des siestes ou bien des jours de repos. Il est aussi important de se coucher tôt et de faire une activité calme avant de dormir. Par contre, avant l’arrivée du bébé, la femme doit pratiquer quelques exercices physiques.

Les bonnes manières à adopter au cours de l’endormissement ou du repos

Durant le sommeil, il est important de se coucher sur le côté gauche. Certes, cela peut être gênant, mais ce geste permettra de soulager le corps lors de l’assoupissement. Afin d’aider la femme enceinte à mieux dormir, l’utilisation d’un matelas adapté à sa morphologie est de mise. À noter que les modèles de matelas en mousse sont les plus prisés par les futures mamans. De par sa particularité, ce type de matelas peut procurer une qualité de confort optimal à l’expérience du dormeur. Si la personne a des problèmes de dos, les matelas à mémoire de forme sont excellents. Outre la literie, d’autres critères peuvent également influencer le bien-être de la femme enceinte et de son bébé. Par exemple, au cours du premier trimestre, cette dernière va ressentir une somnolence constante. Pour l’atténuer, il suffit de se coucher au maximum.

Quelques conseils pour lutter contre les insomnies pendant la grossesse

Vous avez du mal à s’endormir la nuit ? Retrouvez ci-après quelques astuces permettant de vous donner des idées claires pour préparer vos premiers mois de grossesse. Afin de lutter contre les divers problèmes de sommeil, il est conseillé de vous coucher tôt. Ainsi, vous disposez de 8 heures, au minimum, pour rester dans les bras de Morphée. Sachez que le manque de sommeil peut influencer l’intensité des nausées. En plus de cela, il est capital de faire des siestes dans la journée. Pour éviter l’insomnie, le dîner doit être aussi allégé. Si vous prenez un repas trop copieux ou en grande quantité, des problèmes de digestion risquent de vous ennuyer.

Quelques critères à respecter pour vivre sa grossesse en toute sérénité

La future maman doit préparer son travail dans les meilleures conditions possible. Pour cela, elle est conseillée de limiter son engouement intense ainsi que de maîtriser son niveau de stress. Si vous êtes enceinte, quelques astuces sont à prendre en compte. Premièrement, restez à l’écoute de votre corps. Pour vous sentir bien dans votre peau, voici des informations pratiques permettant de vous épanouir durant cette période. Vous devez savoir que votre alimentation est importante pour votre santé. De ce fait, prenez des repas sains et équilibrés. Les fruits et les légumes sont fortement recommandés parmi les aliments à privilégier. Par ailleurs, pour calmer les nausées, il est conseillé de boire de l’eau avec du citron. À noter que les aliments épicés ou au goût inhabituel sont à bannir.

La balle de préhension Montessori

La balle de préhension Montessori est un jouet pédagogique fabriqué en tissu, dotée de 12 faces aux textures variées. Ses coussinets ont été conçus de manière à offrir une prise facile pour les petits doigts du bébé. Grâce à ses couleurs vives et les motifs qui y sont gravés, cette balle-puzzle est indiquée pour le développement de la préhension volontaire du bébé.

Pourquoi recourir à la balle de préhension ?

Plus qu’un jouet, la balle de préhension est avant tout un objet à finalité pédagogique et sensorielle destinée à aider votre tout-petit à développer sa motricité fine. En effet, en pressant la balle et en relâchant ses coussinets, le bébé fait travailler les petits muscles de ses mains, et plus précisément ceux situés au niveau de ses doigts et de ses poignets.

Cette balle lui permet également de développer d’autres capacités, notamment celles de concentration et de coordination entre les yeux et les mains.

Un bébé qui a joué avec une balle de préhension Montessori aura par exemple moins de difficultés à saisir un objet, le tenir fermement, le reposer doucement, etc. à partir de 6 mois. Arrivé à son 9e mois, le bébé pourra plus aisément avoir le contrôle de ses mains pour réaliser des tâches plus précises comme tenir sa cuillère lors de l’apprentissage de l’alimentation autonome.

Comment choisir une balle Montessori ?

Si vous désirez vous procurer une balle de préhension, vous avez le choix entre l’acheter dans un magasin spécialisé ou la fabriquer vous-même. Pour ce faire, vous pouvez par exemple consulter des vidéos tutoriels en ligne sur la fabrication de la balle de préhension Montessori. Vous y retrouverez tout le matériel nécessaire ainsi que des techniques simples pour réaliser ce type de balle ludo-éducative.

Quel que soit le choix que vous ferez, il est primordial que les matériaux qui composent cette balle soient solides et parfaitement sains pour l’enfant. Il peut facilement mettre le jouet dans sa bouche, donc, nous vous conseillons d’en choisir une conçue dans le respect des normes françaises (NF), ou européennes (CE).

Enfin, la taille de la balle doit être comprise entre 12 et 17 cm de diamètre.

À qui s’adresse la balle de préhension Montessori ?

De manière générale, la balle de préhension Montessori peut être donnée au tout-petit à partir de 4 mois. C’est en effet à partir de cette période que le bébé commence à saisir des objets, puis les passer d’une main à l’autre. Les creux et les bosses sur la balle éveilleront sa curiosité et donc, le pousseront à persévérer dans ses efforts. Plus l’enfant est stimulé par son jouet, plus ses capacités se développeront.

Certains parents n’hésitent pas à acheter la balle de préhension dès 2 mois. Dans ce cas, il serait plus judicieux de la suspendre à la manière d’un mobile ou aux pieds du bébé pour qu’il puisse taper dessus avec ses mains ou ses pieds. Plus tard, il pourra essayer de la décrocher ou de la tirer.

Les coliques : comment apaiser son bébé ?

Les coliques : quoi de pire pour des parents que de voir leurs enfants souffrir sans réussir à les soulager ? Pourtant, c’est bien souvent ce qui arrive avec les bébés, qui souffrent de coliques. Empêchant bébé de faire ses nuits, les douleurs abdominales sont parfois difficilement explicables et peuvent être très pénibles pour eux, et provoquer de grosses crises de larmes. Alors, comment faire pour apaiser les coliques de son bébé ? Nous vous proposons quelques conseils pour faciliter sa vie, et la vôtre !

Les coliques de bébé : qu’est-ce que c’est ?

On appelle “coliques” les épisodes de pleurs prolongés dus à des douleurs abdominales chez un bébé dont la santé n’est pourtant pas inquiétante. Elles se traduisent dans le comportement de bébé par des pleurs, certes, mais aussi des gestes qui ne trompent pas : il se tortille, s’étire, plie et déplie ses jambes… Tout cela en réaction aux douleurs dues à des gaz. Si votre bébé pleure et qu’il n’est pas malade, que sa couche est propre, qu’il n’a ni faim, ni chaud, alors c’est certainement son ventre qui le fait souffrir.

Ces épisodes sont plus fréquents en fin de journée, commencent en moyenne vers le dixième ou le quinzième jour de la vie de bébé, et disparaissent autour des 3 mois. Tous les bébés peuvent être touchés par les coliques, qui sont pénibles et parfois impressionnantes, mais sans gravité : ce n’est pas dû aux différentes alimentations possibles, comme on peut le lire ou l’entendre parfois. Pas d’inquiétude, ça passera avec le temps, et votre bébé n’est pas malade !

Pourquoi les nourrissons ont-ils des coliques ?

La raison pour laquelle il n’existe pas de solution miracle pour soigner les coliques, c’est qu’on ne sait toujours pas les expliquer entièrement, même si nous avons une connaissance scientifique de leurs effets. Un intestin pas encore entièrement formé, par exemple, expliquerait partiellement les coliques du nourrisson.

D’autre part, il semblerait que l’air qu’avale bébé en tétant contribuerait à causer des ballonnements. Sachant cela, il est possible d’utiliser quelques astuces pour réduire la quantité d’air ingérée, et donc les douleurs (même si, encore une fois, cela ne garantit pas que votre bébé n’aura plus du tout de coliques, et c’est normal !).

Comment calmer les coliques de votre bébé ?

Il existe plusieurs gestes pour soulager bébé lors des épisodes de coliques.

Le massage

Le fait de masser le ventre de votre bébé pour pousser les gaz à descendre est un bon réflexe à adopter pour aider les ballonnements à se dissiper plus rapidement. Pour pratiquer des massages sur bébé efficaces, vous trouverez de nombreux tutoriels en ligne que vous pouvez tester chez vous, afin de trouver ce qui fonctionne le mieux sur votre enfant.

Les positions

Exercer une légère pression sur le ventre d’un bébé qui fait des coliques peut soulager la douleur. N’hésitez pas à l’allonger à plat ventre sur votre jambe, ou votre bras en y ajoutant un mouvement de va-et-vient pour le bercer.  Vous pouvez aussi tout simplement replier ses jambes et les déplier alternativement pour favoriser l’évacuation des gaz.

La bouillotte

L’indétrônable bouillotte sur le ventre, un grand classique ! La chaleur peut apaiser les douleurs, c’est bien connu, et notamment les douleurs abdominales.

Le réflexe du rot

Penser à bien faire faire son rot à bébé après la tétée, c’est éviter un surplus d’air dans l’estomac qui pourrait se transformer en coliques. Un bon réflexe à adopter…

Boire à la verticale

Si votre bébé est nourri au biberon, boire à la verticale, c’est-à-dire en position debout, éviterait de laisser trop d’air passer par la tétine. Certains parents préfèrent aussi les biberons plus petits, ou anti-coliques, pour les remplir entièrement, et limiter ainsi la quantité d’air à l’intérieur même du biberon. Si votre bébé est au sein, il faudrait s’assurer (dans la mesure du possible) que le téton soit bien enveloppé par la bouche du bébé pour que l’air ne passe pas.

Lorsque tous ces conseils ne vous ont pas donnés satisfaction, vous pouvez essayer l’homéopathie.

Dans tous les cas, le meilleur des conseils que nous pouvons vous donner c’est de vous armer de patience !

Notre avis sur le bola de grossesse

Lorsque l’on cherche des avis sur le bola de grossesse, il n’est pas toujours évidement d’en trouver qui soient clairs et précis. En cherchant des avis sur les bolas, on lit que certaines maman “ont l’impression d’être un animal de compagnie”, d’autres sont énervées par les petits bruits émis par ce bijou, d’autres encore pensent que ça peut surprendre bébé durant son sommeil utérin…Nous avons donc décidés de vous en dire plus sur ce bijou de grossesse qui fait un petit bruit de clochette. Il en existe d’ailleurs pour tous les goûts et pour toutes les bourses. Mais quel est l’intérêt d’un bola ? Où acheter un bola de grossesse ? Quel est notre avis sur ce bijou ?

Qu’est-ce qu’un bola de grossesse ?

Un bola est un bijou de grossesse en argent venu d’Indonésie. Il est composé d’un pendentif ainsi que d’une longue chaine (ou un cordon) lui permettant de se placer sur le ventre de la femme enceinte.

A l’intérieur du pendentif se trouve, plusieurs billes, qui lorsqu’elles bougent à l’intérieur du Bola de grossesse font un petit bruit de carillon. Même s’il n’y pas d’études récents indiquant que le bruit généré serait perçu par bébé, il permettrait de l’apaiser durant la grossesse. Mais on peut se dire, qu’il n’y a de toute façon pas de risque particulier à l’utiliser.

Pourquoi porter un bola durant sa grossesse ?

Comme dit plus haut, le bola de grossesse est un excellent moyen naturel d’apaiser bébé. Il faut noter que très rapidement, à l’intérieur du ventre de maman, bébé commence à percevoir les sons extérieurs. De ce fait, garder en permanence le bola permettra à votre bébé d’être bercé par le son que celui-ci émet son bruit.

En plus d’être un magnifique bijou de grossesse, le bola est un bijou de grossesse plus qu’utile. Il sert durant la grossesse mais aussi après.

En effet, bébé ayant été bercé, durant plusieurs semaines de grossesse avec le bola, il reconnait encore ce son qui lui parait familier après sa naissance. Vous pouvez donc continuer à le porter ou encore le placer dans des endroits utiles comme la poussette ou encore dans la chambre de bébé. Dans tous les cas, faite attention à ce votre bébé, lorsqu’il est un peu plus grand, ne puisse pas saisir le bola.

Offrir un bola à une femme enceinte ?

Vous êtes à la recherche d’une idée cadeau pour une femme enceinte ? Faire le choix d’un bola, est une excellente idée cadeau, car en plus d’être un beau bijou de grossesse, le bola est clairement un cadeau utile. En apaisant bébé, il détend également maman, souvent chamboulée dans la gestion de ses émotions durant la grossesse.

De plus, par la longueur de sa chaine le bola de grossesse permet à toutes les femmes qui le porte de mettre en valeur leur jolie ventre de femme enceinte. Vous êtes fière de votre de ventre de grossesse ? Alors pourquoi ne pas le mettre en valeur ?

Notre avis sur le bola de grossesse

Il existe différents types de bolas, selon votre budget vous en trouverez des plus ou moins haut de gamme. Les prix démarrent généralement aux alentours de 10€ mais selon la matière on en trouve généralement aux alentours de 80€. D’ailleurs nous vous conseillons grandement les bolas en argent 925, pour éviter les irritations dues aux allergies ou aux frottements.

Notre avis sur l’utilité du bola

Dans la mesure où il permet d’aider à apaiser bébé, qu’il permet de détendre maman, qu’il ne fait courir aucun risque sanitaire (ni à maman, ni à bébé) et qu’en plus c’est un joli bijou de grossesse, on a envie de vous dire : foncez !

Mais attention, pensez à choisir un bola émettant un son assez “doux” mais assez audible pour que bébé puissent l’entendre dans le placenta. En effet, si vous faites choix d’un bola qui ne fait pas ou peu de bruit, il n’aura pas d’intérêt particulier, hormis mettre en valeur votre ventre de grossesse. Même s’il n’y a pas de mal à ça, il n’y a du coup aucun intérêt pour votre bébé.

Ensuite, c’est une histoire de goût, vous pouvez choisir les coloris et motifs qui vous plaisent le plus ou qui se marient le plus avec votre garde robe de grossesse.

Et vous que pensez-vous du bola de grossesse ?

Mode de garde : choisir l’assistante-maternelle ou la crèche ?

Le choix de la garde de son enfant est un choix qu’il ne faut pas prendre à la légère. Vous voulez être sûre d’avoir une place pour faire garder vos enfants, ou vous aimeriez reprendre rapidement le travail après votre accouchement ? Il faut vous y prendre assez tôt. Mais comment faire un choix entre la nounou et la crèche ? Pour faire un choix juste entre faire garder son enfant par une assistante-maternelle et dans une crèche, il faut pouvoir comparer ces deux types de gardes qui sont assez différents.

Vous souhaitez faire garder vos enfants ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et contactez les babysitters gratuitement

Il faut cependant noter que dans cet article nous parlons d’assistante-maternelle, communément appelées nounous. Même si nous n’apprécions pas vraiment cette appellation 😉 une nounou étant en réalité différente d’une assistante-maternelle.

Les avantages de l’assistante-maternelle

L’avantage le plus attrayant à nos yeux, est que votre enfant est gardé en petit group, ainsi il sera rassuré et se sociabilise de manière générale plus facilement. Avec une nounou, votre enfant sera gardé par une personne formée qui sera la -presque- uniquement pour lui.

Parmi les autres avantages que l’on peut accorder à une assistante maternelle, par rapport à une crèche , l’un des plus important est sa flexibilité. Qu’il s’agisse de modification d’horaire ou plus simplement d’un imprévu tout court, la nounou sera plus accessible. Il est donc plus simple de s’organiser avec une nounou, qu’avec une crèche.

Mais cependant ça ne signifie pas qu’on peut tout se permettre, c’est du bon sens, il faut bien entendu tenir compte des obligations personnelles d’une nounou lorsqu’on décide du moindre changement (retard ou absence notamment). L’assistante-maternelle travaille certes à son domicile mais sa journée est encore loin d’être terminé lorsque vous avez récupéré votre enfant.

Le coût de l’assistante-maternelle

C’est une question qui revient très souvent. Mais il est en réalité difficile d’y répondre avec exactitude tant il y a des critère à prendre en compte. Mais de manière générale une assistante-maternelle peut couter plus chère qu’une crèche. Tout dépend de son salaire horaire.

Découvrez ici notre calculateur gratuit, il vous permettra d’estimer le coût horaire d’un assistant-maternel.

Cependant nous ne vous conseillons pas de choisir une nounou, uniquement sur le “critère du prix”. En effet votre nounou doit être un personne avec laquelle le courant passe bien, et à qui vous pouvez confier votre enfant en toute confiance.

La place chez la nounou

Inutile d’aller chercher une nounou pas cher sur le bon coin il suffit de s’y prendre à l’avance. Pour ne pas être pris au dépourvu, il faut s’y prendre d’avance. Faites le tour des assistantes-maternelle sur AirNounou.com et autour de chez vous. Vérifier le nombre de places disponibles, les tarifs ou encore si vos vacances correspondent avec celles de l’assistant-maternel.

Les horaires de la nounou

Comme dit précédemment ( et à l’inverse d’une crèche), l’assistante maternelle peut être assez flexible. Si par exemple vous êtes du genre à commercer tôt le matin et/ou à finir tard le soir, l’assistante maternelle sera le choix le plus simple.

Il sera bien plus difficile de trouver une crèche qui ouvre à 4h du matin ou qui ferme après 21h.

Lorsque l’enfant est malade chez la nounou

C’est un point qu’il faut éclaircir dès la signature du contrat avec votre nounou. Car un enfant malade est souvent refoulé par mesure de précaution. Mais c’est surtout une mesure d’hygiène, en effet si votre nounou tombe malade, il n’y pas plus grand monde pour garder un à plusieurs enfants. D’autant plus que les dispatcher vers d’autres assistants-maternels n’est pas toujours chose aisé.

Les repas chez la nounou

Pour les enfants plus âgés l’assistante-maternelle fournit généralement les repas, il faudra en revanche vous acquitter de frais de repas (ou indemnités de repas). Si votre enfant bénéficie d’un régime spécial, il est en revanche préférable de fournir les repas à votre assistant-maternel.

La socialisation et les repères chez l’assistante-maternelle

Chez l’assmat, l’enfant se trouve dans un monde différent du sien, mais avec l’avantage d’être en petit comité. En effet les assistantes-maternelles gardent généralement deux à trois enfants (quatre maximum). Ce qui est idéal pour que votre enfant crée ses premiers liens sociaux et affectifs.

L’éveil de l’enfant chez l’assistante-maternelle

L’assistante-maternelle, vous secondera dans les activités d’éveil de votre enfant. Il apprendra chez elle ses premières comptines, il y fera ses premières activités entre copains.

Quid de la sécurité chez la nounou

Pour obtenir son agrément et donc son droit d’exercer, l’assistante-maternelle doit respecter un nombre incroyable de règles de sécurité. C’est extrêmement réglementé et régulièrement contrôlé.

Si vous souhaitez être rassuré vous pouvez demander à visiter le lieu où votre enfant sera gardé lors d’un premier entretien par exemple.

La nounou en résumé :

Pour résumer, faire garder son enfant chez une nounou, c’est faire un choix de proximité. C’est aussi faire un choix de sécurité, dans la mesure où c’est un métier qui demande énormément de rigueur et de bienveillance.

Il arrive très souvent que les assistantes-maternelles s’attachent beaucoup aux enfants qu’elles gardent généralement jusqu’à ses 3 ans.

Cependant, il faudra tenir compte du fait que vous serez désormais employeur, ce qui implique de nombreuses obligations.

Les avantages de la crèche

En premier lieu, il faut rappeler que, du fait de l’accueil de jeunes enfants, l’hygiène dans une crèche est –normalement– irréprochable. Et les locaux sont sécurisés (accès par codes, carte ou horaires etc…).

Contrairement à l’assistante-maternelle, et à l’exception d’une grève ou d’évènements aléatoires, la crèche est ouverte toute l’année. Elle ne tombe pas malade ou ne part pas en vacances.

Pour finir en terme d’activité, selon la crèche, les enfants profiteront d’un choix très varié d’activités.

Le coût de la crèche

Inutile de chercher à réinventer l’eau chaude, la crèche coûte moins chère que l’assistante-maternelle. Cependant, selon le niveau de revenus du foyer, cette différence peut énormément s’estomper.

Les contagions en crèche

Les crèches, (même si les enfants ne sont généralement pas tous gardés ensemble) sont un véritable nid à bactéries. Les enfants se transmettent continuellement maladies, virus et autres contagions. Préparez donc à accueillir gastro, grippe et autre otites. L’avantage (si on peut dire ça ainsi), c’est que votre enfant sera prêt pour la maternelle.

Les horaires de la crèche

Il est difficile de trouver une crèche avec des horaires larges, en effet les horaires des crèches sont à ranger la case inconvénients pour certains parents. Ouvertes généralement aux environs de 7h-7h30 pour fermer vers 18h30-19h. Il faut donc parfois compléter le temps de garde en crèche avec un baby-sitter ou une nounou à domicile.

Lorsque l’enfant est malade en crèche

Pour savoir si une crèche accueille votre enfant ou non, cela dépend du règlement intérieur de celle-ci. Mais dans la réalité, la plupart des crèches n’acceptent pas les enfants contagieux, ou voir même tout simplement fiévreux. Inutile de forcer le destin en déposant tout de même votre enfant, prévoyez plutôt une solution de secours.

Les repas en crèche

Concernant les repas de votre enfant à la crèche, tout dépend de l’organisation de la crèche qui retient votre attention. Soit elle fourni, soit vous fournissez. En cela, il n’y as pas de grande différence avec l’assistante-maternelle.

La socialisation et les repères en crèche

Côté crèche l’avantage de loin le plus intéressant selon nous, c’est la diversité. En effet votre enfant sera gardé avec plusieurs autres enfants et de tous âges. Il n’aura ainsi pas le choix de s’adapter. Même s’il faut préciser que ce mode de garde n’est pas adapté à tous les enfants.

L’éveil de l’enfant en crèche

Souvent bien équipés, les crèches sont bien placées pour aider à l’éveil de votre tout petit. L’avantage d’une telle structure, c’est qu’elle favorise la liberté de mouvement chez les petits, de découvrir de nouvelles choses chez les moyens, d’expérimenter des nouveautés pour les grands.

Quid de la sécurité en crèche

Tout comme les assistants-maternels, les crèches sont extrêmement surveillées et réglementées. Pour des raisons sécuritaires et administratives, l’ouverture d’une crèche peut prendre plusieurs mois, voir plusieurs années. C’est le Président du Conseil Départemental qui décide ou non de son ouverture après l’avis de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales) et de la PMI (Protection Maternelle et Infantile).

Le personnel est quant à lui formé, ce sont souvent des auxiliaires de puériculture, des éducateurs de jeunes enfants ou encore des puéricultures ou médecin. De plus les crèches doivent scrupuleusement respecter un certain ratio (une personne qualifiée pour 5 enfants qui ne marchent pas, et une personne qualifiée pour 8 enfants qui marchent.

La crèche en résumé :

Pour résumer, faire garder son enfant en crèche, c’est faire un choix pratique. La crèche étant ouverte toute l’année, si avez peu ou pas de vacances, ou pas de proche pour une garde d’appoint, c’est l’idéal.

La crèche est ultra réglementé, et votre enfant sera entre de bonnes mains, et connaitra plusieurs autres enfants.

En revanche, à l’inverse de l’assistant-maternel, votre enfant ne créera pas forcément de lien de confiance étroit avec le personnel de la crèche.

Comment devenir assistante maternelle agréée ?

En France afin de pouvoir devenir assistante maternelle agréée et garder des enfants chez soi à titre professionnel il faut effectuer quelques démarches.
Être assistante maternelle implique certains changements de vos habitudes professionnelles mais également investissement personnel dans votre vie privée.
Alors avant de vous lancer, nous vous donnons toutes les informations nécessaires afin de savoir ce qu’il faut pour devenir assistante maternelle.

Quelles démarches pour devenir assistante maternelle agréée ?

Première étape : la demande d’agrément 

Dans certains département il est nécessaire de suivre une réunion d’information pour toute demande d’agrément nous informe Camille puéricultrice et auteur du site monblogdebebe.fr.
Pour y participer vous devez contacter votre PMI (Protection Maternelle Infantile), qui vous indiquera l’ensemble des informations nécessaires.
Suite à cela la PMI vous fournira le formulaire de demande d’agrément à compléter et muni des pièces suivantes :

  • un certificat médical (suite à une visite médicale assurant que votre état de santé vous permettant d’accueillir des enfants)
  • La copie Pièce d’identité
  • La copie de votre titre de séjour en cours de validité et vous autorisant à exercer une activité professionnelle
  • Une copie de votre justificatif de domicile
  • si vous accueillez déjà des enfants et que vous demandez un renouvellement de votre agrément, vous devrez fournir votre planning .

Vous pourrez retrouver le formulaire de demande d’agrément en ligne et le compléter muni des documents cités plus haut puis le retourner à l’adresse indiquée.

Seconde étape : Visite de la PMI

La visite de la PMI est obligatoire et permet de vérifier si vous être éligible à l’acceptation de votre agrément selon une grille de critères très strictes.
Quelques semaines après avoir remis votre demande pour devenir assistante maternelle agréée, vous serez contacté par la puéricultrice.
Elle fixera avec vous une date de visite du lieu où vous exercerez votre métier d’assistante maternelle.
Cette visite permet de confirmer ou non que vous êtes apte à accueillir un ou des enfants à votre domicile.
Dans certain cas, il peut y avoir plusieurs visites et entretiens.
Le but est de vérifier les observations qui auraient pu être faites lors de la première visite.

Troisième étape : la réponse du Conseil Départemental

L’étude de votre dossier peut prendre jusqu’à 3 mois.
Vous êtes ensuite notifié de la décision de votre département de vous agréer ou non.

L’agrément indiquera :

  • le nombre d’enfants que vous pouvez accueillir
  • leur âge
  • le type d’accueil

Dans certains cas l’avis du conseil départemental pour l’agrément est défavorable.
Un courrier de notification vous indiquant les motifs de refus vous sera envoyé.
Vous disposez d’un délai de deux mois afin de faire un recours auprès des services compétents.

Cependant avant de devenir assistante maternelle officiellement, vous devrez justifier de votre présence à la première partie de la formation d’assistant maternel.

Formation des assistantes maternelles agréée

Ne cherchez pas de cours d’assistante maternelle agréée, il n’existe aujourd’hui qu’une seule formation pour être assmat.

Celle-ci se déroule en deux parties :

Première partie : il s’agit d’une formation durée de 60h pour acquérir les bases de la garde d’enfant.

Deuxième partie : 60h de formation pratique (il existe une dispense pour les personnes diplômées d’un CAP petite enfance par exemple)

D’ailleurs, à l’issue de ces deux parties de formation pour devenir assistante maternelles agréée, celles qui le souhaite peuvent passer le CAP petite enfance.

Devenir nourrice sans agrément ?

Il n’est pas possible de devenir nounou sans agrément (ou nourrice sans agrément).
L’agrément étant délivré uniquement par les autorités compétentes, vous devrez obligatoirement passer par votre Conseil Général afin de devenir assmat.
Vous devez obligatoirement suivre la formation des assistantes maternelles proposée dans votre département

Être assistant maternel agréé

Pour être assistante maternelle, il ne faut pas uniquement aimer les enfants.
C’est un métier qui demande de la patience, du savoir-être et beaucoup d’attention.
Il faut également savoir s’adapter continuellement car chaque enfant, tout comme leurs parents ont des besoins et des attentes différentes.
Vous devrez faire preuve d’autonomie et de ténacité, car c’est un travail avec beaucoup de contraintes et vous aurez parfois des horaires très importants (jusqu’à 50h par semaine !).

Gestion de la vie privée de l’assistante maternelle

La contrainte la plus importante lorsque l’on est assistante maternelle, est que la vie de famille s’en trouve grandement bouleversée.
Si vous avez des enfants en bas âge par exemple, un sentiment de rivalité peut s’installer avec les autres enfants.
En cas de présence d’animaux, vous devrez peut-être adapter votre logement à l’accueil des enfants. (Certains parents peuvent d’ailleurs voir d’un mauvais oeil la présence d’animaux).
Sachez que si vous avez dans votre domicile des animaux de première et/ou seconde catégorie, votre demande d’agrément sera systématiquement refusée.
Autrement, il faut également savoir que vous aurez probablement à faire aménagement du logement.
Mettre des protections aux angles des tables, protéger vos prises électriques ou le va-et-vient régulier de parents (qui prennent parfois une peu de temps notamment lors des transmissions).
Ajoutons également les salaires (surtout lorsque plusieurs parents vous embauchent) parfois versés à des dates irrégulières.

Assurance spécifique pour assistante maternelle

Renseignez-vous auprès de votre assureur qui pourrait par exemple, vous proposer une assurance spécifique.
Car vous avez obligation de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle AVANT l’accueil du premier enfant.

Comme vous le voyez devenir assistante maternelle demande beaucoup des efforts professionnels mais aussi personnels.
Si vous êtes en première ligne, vos proches seront également amenés à participer à votre réussite dans le métier.
Parlez en avant de vous lancer, maintenant que vous avez toutes les informations pour devenir assistante maternelle.

Comment et pourquoi apprendre l’autonomie à un enfant

Le développement de l’autonomie est capital dans l’évolution de l’enfant, et ce à tout âge. L’autonomie lui permet de gagner en confiance en lui, de prendre de l’assurance, d’avoir du contrôle sur les événements extérieurs de la vie, et, cerise sur le gâteau : développer l’autonomie de votre enfant peut aussi vous rendre service dans votre vie quotidienne.

Découvrez ici quelques astuces pour enclencher le développement de l’autonomie de votre bambin.

Encourager son enfant 

Motivez-le, dites-lui des paroles réconfortantes et engageantes comme « Vas-y, tu peux le faire, je sais que tu en es capable ». Rappelez-lui les moments où il a réussi quelque chose qui ne lui semblait pas possible, afin de lui donner confiance en lui, et de le pousser à affronter l’inconnu.

Mettre en place un contexte favorable

En utilisant des meubles à sa taille, des produits et des installations adaptés à la maison, vous pouvez inciter votre enfant à aider à mettre la table, à ranger ses vêtements, à commencer l’apprentissage de la toilette…

Installer une routine ou des tâches bien à lui

Une routine quotidienne sera excellente pour développer l’autonomie et la responsabilisation de votre enfant. Par exemple, déterminez qu’il doive gérer lui-même le soir de se mettre en pyjama, de se laver les mains et les dents. Cela améliore sa responsabilisation et augmente le développement de son autonomie.

Inciter l’enfant à faire des choix

Bien que c’est toujours vous qui devez imposer un cadre, vous pouvez laisser une certaine liberté de choix à votre enfant, par exemple sur les vêtements qu’il compte mettre, le dessert qu’il va prendre (dans le choix que vous lui proposez), le jour ou l’heure où il doit ranger sa chambre… Apprendre rapidement à faire des choix et en tirer les conséquences est un excellent moyen pour créer de l’autonomie.

L’autonomie à la maison, premier pas vers la sociabilisation

Ces quelques astuces faciles à mettre en place seront très efficaces pour le développement de l’autonomie de votre enfant. Il n’est jamais trop tôt pour commencer à s’y intéresser. De cette manière, vous vous assurez qu’il acquiert et développe plus facilement l’autonomie en crèche ou chez l’assistante maternelle et l’autonomie en maternelle, et vive ainsi plus facilement ses premières séparations du cocon familial.

Ça devrait vous intéresser

Comment licencier une assistante-maternelle ?

Votre assistante-maternelle ne vous convient plus, votre planning a changé, ou encore vous déménagez…Il y a une multitude de raisons qui peuvent vous pousser à mettre fin au contrat de votre assistante-maternelle. Cependant, en tant qu’employeur vous ne pouvez pas procéder à une rupture du contrat de votre assistante maternelle sans suivre une procédure particulière. Faisons le tour des règles qui vous permettront de licencier une assistante-maternelle en toute légalité.

Vous souhaitez faire garder vos enfants ?

Inscrivez-vous

Complétez votre profil et contactez les babysitters gratuitement

Mettre fin au contrat d’un assistante-maternelle : retrait de l’enfant

Le retrait de l’enfant est le moyen le plus courant, lors d’une rupture du contrat avec l’assistante-maternelle. Il faut cependant noter qu’il ne s’agit pas d’un licenciement. Il y a tout de même des règles et une procédure à suivre.

Rupture du CDI de l’assistante-maternelle :

S’il s’agit d’une rupture du contrat de l’assistant maternel durant la période d’essai, vous pouvez décider à tout moment de rompre le contrat. Pensez cependant à notifier la fin de contrat par écrit en courrier recommandé avec AR.

S’il s’agit d’une rupture du contrat de l’assistant maternel après la période d’essai, vous devrez faire attention au motif du licenciement. Il est interdit de licencier pour une grossesse de l’assistante-maternelle, ou parce que celle-ci se serait syndiquée par exemple.

Préavis de fin de contrat de l’assistant-maternel

Lors de la rupture du CDI, il faut également respecter un préavis de fin de contrat. Celui-ci change en fonction de l’ancienneté de l’assistante-maternelle.

Le préavis est de 15 jours calendaire si votre assistante-maternelle a moins d’un 1 an d’ancienneté et de 1 mois calendaire si elle a plus d’1 an de contrat.

Dans un cas comme dans l’autre, vous pouvez décider de dispenser l’assistant-maternel d’effectuer son préavis de fin de contrat. Cependant, en cas de dispense de préavis à votre initiative, vous devrez rémunérer l’assistant-maternel comme s’il avait travaillé jusqu’au dernier jour prévu au contrat.

Si le non respect du préavis est à l’initiative de l’assistant-maternel, il pourrait vous être redevable de dommages et intérêts. S’il s’agit d’une décision prise d’un commun accord, celui-ci n’est pas rémunéré.

Les indemnités de fin de contrat

Lors d’une fin de contrat de l’assistante-maternelle, il faut lui verser des indemnités de fin de contrat.

Si l’assistante maternelle a au moins un an d’ancienneté à votre service : Vous devrez lui verser une indemnité de rupture (sauf en cas de faute grave ou lourde)

L’indemnité de rupture est de 1/120e du montant total des salaires nets (hors indemnité de repas, d’entretien etc…) perçus par l’assistante-maternelle (ex. 4000€ de salaires nets = 33,33€ d’indemnité de fin de contrat)

L’indemnité compensatrice de congés payés dus, non pris, sauf s’il s’agit d’une faut lourde.

Rupture du CDD de l’assistante-maternelle :

Lorsque vous embauchez une assistante-maternellepour un contrat à durée déterminée, la rupture du contrat est complètement différente de celle d’un contrat en CDI.

Comme pour le CDI, s’il s’agit d’une rupture du contrat de l’assistant maternel durant la période d’essai, vous pouvez décider à tout moment de rompre le contrat. Pensez cependant à notifier la fin de contrat par écrit en courrier recommandé avec AR.

Après la période d’essai, la rupture du CDD de l’assistant-maternel n’est possible que si l’une des trois raisons suivantes est évoquées :

  • Faut grave de l’assistant-maternel
  • Cas de force majeur
  • Commun accord

Si le motif de rupture ne rentre dans aucun de ses cas, l’assistant-maternel peut prétendre à des dommages et intérêts, dont le montant serait au moins égal aux salaires perçues jusqu’au terme du contrat prévu.

Les indemnités de fin de CDD

Il faut verser deux indemnités en fin de CDD :

  • l’indemnité de précarité, qui est de 10% de salaire brut total versé durant le contrat (ex. 1000€ versés sur 3 mois d’un CDD de 6 mois, donneront 100€ d’indemnités de précarité)
  • l’indemnité compensatrice de congés payés, concernant les congés payés non pris.

Le cas de l’année incomplète lors de la rupture de contrat de l’assmat

En cas de contrat d’accueil de l’enfant à l’année incomplète, il faut faire la comparaison entre les heures réellement effectuées, ainsi que les heures prévues dans le cadre de la mensualisation prévue dans le contrat de travail de l’assistante-maternelle. Le cas échéant vous devrez faire une régularisation. Si les heures effectuées sont inférieurs aux heures prévues au contrat, il n’y a pas de régularisation.

Les documents de fin de contrat à remettre à l’assistante-maternelle

  • Le dernier bulletin de salaire
  • Certificat de travail, celui-ci devra préciser les dates de début et de fin de contrat, mais aussi mentionner l’emploi “d’assistant-maternel”.
  • Attestation Pôle emploi disponible sur le site du pole-emploi.
  • Afin de vous sécuriser, vous devriez également faire signer un reçu pour solde de tout compte à l’assistante-maternelle.

Nous avons besoin de vous !

Parce que votre avis compte énormément pour nous, nous souhaitons vous intégrer dans la création de nos futurs produits.

En répondant à ce questionnaire, vous pourrez nous aider à mieux vous connaitre et ainsi correspondre au mieux à vos besoins.

powered by Typeform

Le matelas durant la grossesse

Avoir un bébé est le rêve de toutes les femmes. C’est vraiment le moment le plus agréable d’entendre qu’il y a un tout petit être dans notre ventre. Toutefois, vivre la période de la grossesse n’est pas du tout facile. Certaines futures mamans ne supportent pas les douleurs et les répercussions physiques durant les neuf mois. La grossesse change tout et il se peut que vous soyez déstabilisée à cause de tous ces désagréments. Dès votre première semaine, votre corps subit déjà diverses transformations. Au fil des temps, vous vous sentirez plus fatiguée. Et surtout, votre sommeil deviendra plus léger mois par mois vu que le ventre prend plus de volume. De ce fait, il est vivement conseillé de chercher des moyens pratiques pour atténuer tous ces embêtements. Commencez par le choix des accessoires de literie. Offrez-vous le meilleur confort.

L’importance du sommeil durant la grossesse

Outre les douleurs physiques, le sommeil variera aussi en fonction des périodes que vous viviez. Entre autres, durant les premiers mois, vous aurez toujours de grosses envies de dormir à cause du taux de progestérone. Ce dernier est une hormone femelle qui aide à régler votre cycle reproducteur. Par contre, à partir du troisième trimestre, le sommeil pourra être perturbé. Votre ventre grossit et vos hormones préparent votre corps à l’accouchement. C’est pourquoi vous n’arrivez pas à trouver la position confortable lorsque vous vous reposiez. Pourtant, une nuit réparatrice est primordiale avant la naissance de votre bout de chou. Il affecte votre santé et surtout celle de votre enfant. L’insomnie pourra créer diverses complications lors de l’accouchement. Le système immunitaire se déstabilisera, ce qui impliquera le développement anormal du fœtus. D’ailleurs, les manques de sommeil engendrent des douleurs violentes du corps et provoquent une surproduction de cytokines. Il est essentiel donc de prendre en compte tous les critères nécessaires pour jouir d’une nuit apaisante.

Les bienfaits du matelas pour une femme enceinte

Envie de dormir tranquillement pendant la grossesse ? Choisissez un matelas de qualité. Votre corps subit divers désagréments en raison des changements lorsque vous êtes enceinte. Il a besoin de se reposer et reprendre une nouvelle force. Offrez-lui une bonne commodité pour assurer votre santé et celle de votre petit. Privilégiez-vous d’une meilleure pièce de literie. Le matelas est par exemple conçu pour permettre un alignement correct à votre posture. À partir du deuxième semestre, votre poids augmentera petit à petit. C’est pourquoi il est nécessaire d’avoir un soutien musculature dorsale. D’ailleurs, le matelas garantit le bon fonctionnement de votre respiration et votre circulation sanguine. Dans ce cas, prenez bien en compte la sélection du matelas pour vivre un moment agréable pendant la grossesse.

Comment choisir le matelas d’une femme enceinte ?

La taille est un des principaux critères avant l’acquisition d’un matelas. Optez pour une dimension correspondante à votre morphologie. En général, les médecins recommandent souvent les tailles situées entre 140×190 cm et 160×200 cm. Définissez aussi vos habitudes de couchage. Adaptez le matelas à vos positions pendant la nuit. Si vous avez un sommeil plutôt agité, privilégiez un modèle plus grand. Ceci vous permet de gagner un espace supplémentaire. Si on parle de l’épaisseur, sachez que la bonne dimension variera entre 14 et 25 cm. Un matelas trop épais ni moins épais ne procure aucun confort. Ensuite, pour le garnissage, sélectionnez les matières plus souples et douces. Vous bénéficierez de plus de commodité lorsque vous bougez. D’autre part, les éléments naturels comme le coton, le lin ou la laine évitent les points de pression nuisibles à la circulation du sang. Ils vous aideront également à minimiser vos risques d’allergie et garantiront un soutien optimal à votre corps